Aller au contenu

[Épigraphe de l'annexe]

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07307-9
  • ISSN: 2100-3335
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07309-3.p.0601
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 14/03/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
601 Cédant à la fatigue, la plupart des
voyageurs de l'avion ont repoussé en
arrière les dossiers de leurs sièges et som-
nolent. Quelques-uns ont desserré leurs
cravates et dégrafé leurs cols. Plusieurs
ont baissé les rideaux des hublots et une
demi-pénombre règne dans la cabine.
Une femme a couché sa tête sur l'épaule
de son compagnon. Les hôtesses circulent
de temps à autre dans l'allée centrale en
regardant de droite et de gauche sans
que personne les appelle. L'une d'elles a
donné à un enfant une boîte de crayons et
des images à colorier. [...] À l'horizon la
mince ligne ondulée d'un brun lilas que
dessinait la haute chaîne de montagnes a
disparu. Le hublot, qui a la forme d'un
rectangle deux coins arrondis encadré
d'une moulure de matière plastique, est
divisé en deux parties à peu près égales
par la ligne de l'horizon. La moitié infé-
rieure est occupée, en bas, par l'étendue
blanche du plateau de nuages au-dessus
de laquelle semble peinte, comme une
plinthe, une bande gris bleu. La moitié
supérieure est tout entière emplie par le
ciel d'un bleu très pâle, absolument pur
[...]. Quelque part cependant, solitaire
et aveugle dans le vide immense, Orion
poursuit sa marche.

Claude SIMON, Les Corps conducteurs
(1971), p. 171 et 219.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 16/21 Suivant