Aller au contenu

Avant-propos

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-4712-9
  • ISSN: 0035-2136
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4713-6.p.0009
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 19/11/2015
  • Périodicité: Bimestrielle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
9

Avant-propos

Lappartenance générique ny fait pas grand-chose : avènement de spiritualité et de rythme, la poésie peut investir tout texte, en vers comme en prose. La poésie est le hors-saison du texte, le souffle qui par bonheur le fait jaillir hors de lui-même, dans une cadence singulière qui ne répond pas forcément à une intention délibérée dauteur ou à une nécessité de genre. Comme un signe de cette émancipation, ou du moins dune certaine labilité générique, le « poème en prose » naît au mitan du xixe siècle. Après Aloysius Bertrand, cest Baudelaire qui impose et balise le genre, hybride et libre dêtre encore incertain.

Jeune écrivain qui rejoint le naturalisme naissant, Huysmans rejette la tentation poétique qui senferre dans le vers. À deux reprises il sessaye à la « poésie en prose » avec Le Drageoir aux épices et Croquis parisiens, il en goûte la fragilité générique et la liberté formelle, puis il sen écarte définitivement. Pour autant il ne renonce ni à lidéal ni à la spiritualité : il trouve dans létoffe romanesque de quoi propulser un souffle propre et affirmer, poétiquement, une cadence et un pas. Saffirment alors la vision dune réalité triviale et brutale ainsi quune sensibilité à lespace, immobile, parcouru ou quitté.

Les treize textes qui composent le volume 3 de la Série « Huysmans » de « La Revue des lettres modernes » questionnent la nature du lien entre le poétique et le prosaïque, entre laspiration à lidéal et le souci du vrai saisi dans une réalité dégradée : Huysmans, ou comment extraire la poésie de la prose.

Dans la première section du volume, les auteurs sarrêtent sur les premiers pas de lécrivain. Publiée en 1874, sa première œuvre, Le Drageoir à épices, vite devenu Le Drageoir aux épices, exprime un choix générique. Patrice Locmant montre comment linstabilité du poème en prose en tant que genre nouveau constitue un gage de liberté pour un auteur qui se plaît à travailler sur la diversité formelle et les distorsions génériques.

10

Jouant avec lunité organique, la gratuité ou la brièveté, lécrivain novice y manifeste aussi une certaine appétence pour la narration.

Avant même cette publication, Huysmans a été critique dart, à laffût des effets produits par les œuvres picturales. Lui-même usera par la suite de leffet-tableau propre au poème en prose. Le Drageoir aux épices donne libre cours à une esthétique de lekphrasis. Le poème imagine. Il fait image, portrait, tableau. Jonathan Lambert interroge la picturalité dans le poème en prose huysmansien et la met en relation avec la prégnance de lélément descriptif. Examinant Le Drageoir aux épices ainsi que les « Croquis et eaux fortes » publiés en revue en 1875 et 1876, Aude Jeannerod note les ambiguïtés dun modèle pictural hésitant, qui transfigure un matériau prosaïque mais tend aussi à promouvoir une esthétique de la trivialité.

La seconde section du volume cerne tout spécialement la deuxième grande tentative de Huysmans poète en prose, les Croquis parisiens publiés en 1880 et quelque peu augmentés en 1886. Alors que Le Drageoir aux épices lorgnait vers le pittoresque médiéval de Bertrand, les Croquis parisiens sinspirent de la leçon de Baudelaire en donnant à voir le monde contemporain, débarrassé de toute esthétisation convenue. Lidéal poétique traîne sur les trottoirs de la capitale, et lappartenance de Huysmans au naturalisme légitime son intérêt pour les paysages parisiens dégradés, pour les univers sociaux déclassés.

Pour Marc Smeets, Huysmans fait justice à une quotidienneté quil saisit pleinement dans ce second recueil : associé au naturalisme comme méthode, le poème en prose comme dispositif traduit efficacement la modernité et sen fait la chronique. Loin des recommandations de quintessence prodiguées par le narrateur dÀ rebours, la banalité semble avoir trouvé son genre. Éléonore Reverzy considère quavec les Croquis parisiens Huysmans, prenant comme référence non une poésie rendue prosaïque mais plutôt une prose poétisée, donne à son geste décrivain une signification politique : son œil capte avec réalisme les marges de la modernité tandis que sa main écrit la légende dun peuple que lHistoire tend à oublier.

Pour sa part, Henri Scepi aborde les deux recueils, Le Drageoir et Croquis parisiens, et suit le pas du flâneur en proie volontaire au nouveau désordre urbain et à la perte de soi, ségarant dans la futilité et la laideur. Huysmans arpente les espaces dun imaginaire parisien du

11

spleen où la contingence fait signe (mais vers quoi ?), où linsignifiance brille comme telle.

Même si lacte de naissance officiel de Huysmans comme écrivain se fait avec un recueil de poèmes en prose, la postérité retiendra davantage À rebours pour linscription théorique de ce qui, en droit, peut être attendu dun poème en prose dont lauteur affirme alors les grands principes. Après les deux coups dessai auxquels en est resté Huysmans, la poésie en prose devient un exercice pratique et surtout un objet de spéculation dont sempare le foisonnant À rebours. Par une analyse patiente du roman – dans ses versions manuscrite et publiée –, Benoîte Boutron montre lémergence dun art poétique qui, au-delà de loccurrence de lincomplète « Antienne de Pantin », postule un lecteur idéalisé et pose les plus hautes exigences. Catherine Haman-Dhersin investit les ressources de la latinité et montre son apport dans les choix esthétiques dun romancier décadent en majesté : des Esseintes affiche sa préférence pour une poésie latine tardive, vivifiée par le christianisme et déployant ses cadences hors des formes arrêtées. Émilie Pezard distingue dans certaines pages célèbres du roman les contradictions entre une théorie qui défend un idéal décriture agénérique sappuyant sur une esthétique de la concentration, et sa formulation même qui dément de facto les valeurs quelle proclame.

La dernière section du volume sort dune approche exclusive du poème en prose tel que lutilise Huysmans. Elle en élargit la compréhension en examinant les passerelles qui le rapprochent dautres pratiques littéraires ou artistiques. Dans leur écriture, ses deux recueils, loin dêtre des blocs autonomes, ont en effet partie liée avec ses propres œuvres narratives en prose et, plus globalement, avec une dynamique qui traverse toute la littérature du siècle.

Stéphanie Guérin-Marmigère montre la continuité entre les poèmes en prose et les romans de Huysmans, Le Drageoir aux épices ouvrant la voie à une poétique romanesque marquée dès À rebours par lonirisme, légotisme, le culte du passé ou les jeux inter-génériques. Alice De Georges-Métral remarque que certains traits définitoires du poème en prose comme les jeux déchos, la circularité ou lautotélisme, imprègnent une nouvelle aussi réaliste que La Retraite de Monsieur Bougran.

De son côté, Sylvie Thorel remonte aux sources de lécrivain novice, ce qui la mène du côté dAloysius Bertrand, initiateur du genre avec Gaspard

12

de la nuit en 1842, et, avant (et avec) lui, du côté de lesthétique romantique du grotesque développée par Hugo et surtout Gautier : Huysmans a pu y trouver une parenté dans le goût des marges sociales, des existences fragiles et de la vie prosaïque. Camille Filliot établit des passerelles contemporaines et voit les deux recueils de Huysmans participer de lessor sans précédent des représentations imagées et imageantes du second xixe siècle. Entre la naissance du daguerréotype, de la photographie et de la bande dessinée, la picturalité du poème en prose lie à sa manière visibilité et lisibilité.

J. S.