TY - ECHAP A1 - Pezard, Émilie TI - Ils ne vécurent pas heureux Variations pessimistes sur La Belle et la Bête dans Notre-Dame de Paris de Hugo et « Quidquid volueris » de Flaubert T3 - xviiie siècle, n° 2 in Masculin/féminin dans l’Europe moderne M1 - 6 DO - 10.15122/isbn.978-2-8124-2039-9.p.0263 SN - 978-2-8124-2037-5 SP - 263 EP - 274 AB - Hugo et Flaubert empruntent les personnages de la Belle et la Bête. Ils déplacent l’attention sur les souffrances de la Bête (Quasimodo ou Djalioh) que la Belle (Esmeralda ou Adèle) ne peut aimer. Le conte merveilleux devient récit pathétique. Malgré sa violence, la Bête, dans son destin solitaire que ne rompt aucune métamorphose, est un être d’exception. La laideur est une valeur. Le symbole moral du conte devient l’« idéal du grotesque » chez Hugo et l’archétype du poète pour Flaubert. PY - 2013 DA - 2014/01/08 DP - Classiques Garnier PB - Classiques Garnier CY - Paris LA - fre UR - https://classiques-garnier.com/marie-leprince-de-beaumont-de-l-education-des-filles-a-la-belle-et-la-bete-ils-ne-vecurent-pas-heureux.html Y2 - 2019/07/16 ER -