TY - EJOUR A1 - Kleiber, Georges TI - Constructions « olfactives » : le cas de [Dét] odeur + de + N2 T2 - Cahiers de lexicologie 2013 – 1, n° 102. Unité en sciences du langage et collocations JO - Cahiers de lexicologie (ISSN 0007-9871), 102, 2013 – 1 DO - 10.15122/isbn.978-2-8124-1259-2.p.0151 SN - 0007-9871 SP - 151 EP - 168 AB - Nous nous proposons d’étudier dans cet article la construction « olfactive » [Dét] odeur + de + N2. Nous montrerons, premièrement, comment s’opère l’identification des odeurs et expliquerons pourquoi elle s’opère ainsi. En second lieu, nous utiliserons ce type de SN « olfactif » pour tester la pertinence de la notion de construction. Nous essaierons tout particulièrement de voir si, comme le postulent les grammaires de constructions, une unité polylexicale telle que celle que représente [Dét] odeur + de + N2 constitue bien une « construction », c’est-àdire un « tout » (syntaxique et sémantique) dont certaines propriétés (sémantiques et/ou syntaxiques) ne peuvent pas être déduites des « parties » qui la composent, mais doivent être attribuées au « tout », c’est-à-dire à la construction elle-même. PY - 2013 DA - 2013/06/27 DP - Classiques Garnier PB - Classiques Garnier CY - Paris KW - odeurs, noms d’odeurs, grammaire des constructions, dénomination, désignation LA - fre UR - https://classiques-garnier.com/cahiers-de-lexicologie-2013-1-n-102-unite-en-sciences-du-langage-et-collocations-constructions-olfactives-le-cas-de-det-odeur-de-n2.html Y2 - 2019/11/13 ER -