TY - EJOUR A1 - Gauthier, Marie-Hélène TI - L’écriture entre « pli sensuel » et « membrane embryonnaire » T2 - Alkemie Revue semestrielle de littérature et philosophie 2015 – 2, n° 16. Le paradoxe JO - Alkemie (ISSN 1843-9012), 16, 2015 – 2 DO - 10.15122/isbn.978-2-8124-6055-5.p.0121 SN - 1843-9012 SP - 121 EP - 151 AB - Si Roland Barthes a salué, dans le haïku, le modèle paradigmatique de ­l’écriture ­comme « pli sensuel », esthétique de ­l’effacement, la création littéraire est aussi ce qui est retravaillé par le silence, le caché, le réel retenu par « la lumière de dessous les mots » (Michel Lambert). Le paradoxe de la littérature tiendrait à cette puissance évocatrice ­d’une rétention riche de ce qui ­n’est pas écrit, et de la porosité de tout ce qui se donne à travers la membrane embryonnaire qui signe le déploiement du pli. PY - 2015 DA - 2015/12/23 DP - Classiques Garnier PB - Classiques Garnier CY - Paris KW - Trace, pli, matrice, porosité, esthétique littéraire LA - fre UR - https://classiques-garnier.com/alkemie-2015-2-revue-semestrielle-de-litterature-et-philosophie-n-16-le-paradoxe-l-ecriture-entre-pli-sensuel-et-membrane-embryonnaire.html Y2 - 2019/09/19 ER -