Aller au contenu

Classiques Garnier

Table chronologique des pièces

555

Table chronologique
des pièces

I. Canzone (Non si trouv hoggi al mondo innamorato) 119

II. Canzone (Non si trouv hoggi al mondo innamorato) 119

III. Mon Dieu, puis que mas visité 120

IV. Chanson (Noble chevalier de Losse) 122

V. Chanson spirituelle. 1572
(Helas ! je suys un pecheur miserable) 125

VI. Complainte faulsement mise en public au nom de Madame la Princesse de Condé après lassassinat de Monseigneur (Dames dhonneur, je vous pry à mains joinctes) 127

VII. Desaveu de la chanson cy-dessus escripte, fait au nom de Madame la Princesse (Tous vrays Chrestiens ayants de Dieu la crainte) 130

VIII. De Monseigneur le Prince de Condé (Approche ce tumbeau et me vien recognoistre) 132

IX. Le couronnement de Montesquiou traistre (La voix quouÿt en mourant Montesquiou) 133

X. Epitafe de M. Jean dEstouteville, sieur de Villebon, chevalier de lOrdre, capitaine de cinquante lances, bailly de Rouen, lieutenant general en Normandie en labsence de monsieur le duc de Buillon (Villebon qui du Ciel ne voulut approcher) 134

XI. Subjet de lEpitaphe (Vimont, vicomte de Montivilliers) 136

XII. Chanson des massacres de France, Sur le chant du Psalme 68 : “Que Dieu de monstre” (Que le Roy fasse seullement) 137

XIII. En apvril 1571. De la IIIe paix (Après tant de malheurs de la civile guerre) 142

XIV. Robin a teste de linotte 143

XV. Horatius, Epode, Ode VII : “Quo quo scelesti ruitis”
(Où allez-vous ainsi que faittes-vous Françoys) 144

556

XVI. Sonnet (Te suffisoit il pas quà ton Roy mineur dans) 145

XVII. Autre (Jà desjà troys foys sa ruyne 146

XVIII. In seditiosos contionatores
(Arma boat Mystes, civilia proelia ructans) 147

XIX. Des Prescheurs seditieux
(Nostre Prescheur au lieu dannoncer lEvangile) 148

XX. De Pace III (Francigenas longe respexit clade peresos) 149

XXI. Tu nobis pater es tibi nos submittimus omnes 150

XXII. Mundus non mundat sed totum polluit ergo 151

XXIII. O tu qui cupias Regnum intrare coelorum 151

XXIV. Omnibus sit notum quod Cresson signifie 151

XXV. Tu nobis pater es tibi nos submittimus omnes 152

XXVI. Pressé sur pris 153

XXVII. A mesure Madame rusé ma 153

XXVIII. Epitaphe (Si tu tenquiers, Passant, qui gist
en ce cercueil) 153

XXIX. Troys badaux de Paris disnans un jour ensemble 154

XXX. Discursus Catholicus (In hac lacrimarum valle) 155

XXXI. Du jour des Rameaux (Les aveugles de lAntechrist) 158

XXXII. Pourquoy nostre curé ne deust-il avoir honte 159

XXXIII. La bourse du Roy (Chascun sans garder foy ny loy) 159

XXXIV. De la procession après les nouvelles
(Nous pensons louer Dieu par la procession) 160

XXXV. Pourquoy plus tost de France en maints endroits 161

XXXVI. Sonnet (Point ne faut quayons deffiance) 161

XXXVII. De mundo muliebri
(Quod nunc ex ferro mollis fert femina mundum) 162

XXXVIII. Quatrain (Mourir, helas ! faittes des pauvres vers) 163

XXXIX. Epitafe du Diable dargent (Jadis vous avez veu
que le Diable dargent) 163

XL. Dun peint en fol (Quand tu te plainds, Jacquet,
de ce que ton pourtrait) 166

XLI. Recipé pour faire des enfans (Comme on void le pigeon caressant sa femelle) 166

XLII. Ite sicut juvenes pariter sudate medullis 167

XLIII. Chanson (Voulez ouyr la chanson) 167

XLIV. Odelette (Sus, sus, debout, mon Biguet) 169

557

XLV. Quatrain (Pendant que la jeunesse
en nos sourcils reluyt) 170

XLVI. Autre (Quand vous avez de quoy faire grandchere) 170

XLVII. Autre (Aucuns amans craignent par leur foiblesse) 170

XLVIII. A Chris. de Thou Sr de St Germain sur le lendemain
de ses noces qui fut le jour de mardy gras 1572

(En ce beau jour, de Thou, quHymen de son beau nœu) 171

XLIX. In ejusdem Hymenaeum et ipsum Bacchanalium diem
(Et gratos tibi sors hymenaeos obtulit et rem) 172

L. Le purgatoire de Chastellet
(En ce chasteau laid, obscur et infect) 173

LI. Tost à la confrairie 182

LII. Estrenes, De Ioanique fait lan 1575
(Faute dun t après cinquante) 186

LIII. Estrenes, De Ioanique fait lan 1575
(Faute dun o entre maistre Jean Fy Fy) 187

LIV. Enigme (Trois sortiront dun lieu tenebreux) 187

LV. Sonnet (Le plus rare thresor que lhomme puisse faire) 188

LVI. Mignon je te puys dire 188

LVII. La Paix est faitte 189

LVIII. Si je puis bien juger de ceste passion 192

LIX. Peché / Obscurité / Froid / Mort 193

LX. Satire contre le Chancelier de Lospital. Du latin par
luy-mesmes
(Il vit encores ce vieillard) 194

LXI. Metamorphose du coqu par Passerat
(Mars est venu, voicy le premier jour) 197

LXII. De M. Jean Thibaut (Maistre Jean Thibaut va jurant) 201

LXIII. Magdelon sen vient privement 202

LXIV. Lundy dernier, je feus chez la Normande 203

LXV. Pour faire voir en un tableau 203

LXVI. Arrest fantasticque (Entre Loys trouvé, dit de Bourbon) 204

LXVII. Chanson (Cestoit environ mynuit) 206

LXVIII. Chanson sur la piaffe de la lune
(Je vous veux faire rire) 208

LXIX. Des Chevalliers faits 1567 après la bataille de Saint Denis (Pour avoir fait un cas de lascheté) 210

LXX. De dignitate sacerdotum (Viris venerabilis sacerdotes Dei) 224

558

LXXI. Conte nouveau. 1570 (Je vous veux racompter une gentille histoire) 227

LXXII. Sonnet (Quand du point de lamour
je me ren poursuyvant) 231

LXXIII. La melancholie de Catin (Quand je vey la belle Catin) 231

LXXIV. Villanelle de Catin (Je ne scay que cest quil me faut) 233

LXXV. Chanson (Leger amour, pourquoy as-tu laissé) 235

LXXVI. Discours de la France à Echo
(Qui est-ce qui me donnera) 236

LXXVII. Sornette 1571 (Le cappitaine Jan LOyseau) 240

LXXVIII. Enigme 1564 (Pour rendre lestat asseuré) 241

LXXIX. Recepte pour appaiser lamour
(Pour appaiser, ô amoureux) 241

LXXX. Sonnet (Si Tours a bien receu et caressé de mesme) 243

LXXXI. Mitto tibi navem prora puppique carentem 244

LXXXII. Anser mutat ovem cui potum vacca ministrat 244

LXXXIII. Est quidam in triviis quem appellat turba Poetam 244

LXXXIV. Morum 245

LXXXV. Gaudeant anguillae 245

LXXXVI. Monsieur labbé à toute outrance 245

LXXXVII. Tu regere imperium sancta cum pace memento 246

LXXXVIII. Uxorem qui nescit mœcham invertere cornu 246

LXXXIX. Celluy qui marié par sa femme est coqu 247

XC. Epitafe (Le ciel, la terre, France, et la sainte vertu) 247

XCI. Tres poterant clari Hebraea excellere lingua 248

XCII. Blande puer lumen quod habes concede Sorori 248

XCIII. Le pro, et le contra de la chanson de Guillemette
(Cest chose horrible) 248

XCIV. Envoy. 1572 (Compere Saulmonibus) 251

XCV. Sonnet (Ces touppes de cheveux où se nichent les poulds) 252

XCVI. De pace. 1570 (Quis dubitat quin pax
tam longo tempore tracta
) 253

XCVII. In unam et alteram pacem mense Martio / Et tertiam mense Augusto factam 1570 (Bis fuit infausto Martis pax mense creata) 254

XCVIII. La paix faitte deux foys au fascheux mois de mars 254

XCIX. Sonnet (France, cest à ce coup que ne seras deceue) 255

C. Sonnet (Je voy jouer la France au beau jeu de…) 256

559

CI. De Carolo IX (Rex ingens animo,
eximia spe, atque indole magna
) 259

CII. De Olivario, Hospitali Birraga
(Nuper ab exilio fuerat revocatus in Aulam) 258

CIII. De Mesmio et Fauro (Mesmius amisit vano quaesita labore) 259

CIV. Vis dicam vendis quia nescis perdere Faure 259

CV. Description du bonnet carré et les proprietés, composition et vertus dicelluy (Incontinant après que le grand Lucifer) 260

CVI. Dizain à ce propos (Dieu garde-nous du bonnet) 266

CVII. Prosopopée de la France
(O terre, ô mer, ô ciel tournant sans cesse) 267

CVIII. Le LII Pseaume de David commenceant : Domine exaudi orationem meam. Sur le chant : Deba contre mes debatteurs. 1550 (Entens (Seigneur) mon oraison) 272

CIX. De Monsr lAdmiral (De la mort, du tumbeau de loubly, de lenvye) 276

CX. Passant veux-tu scavoir celluy qui gist icy ? 277

CXI. Cruel, cruel Françoys, tu ne tes contenté 278

CXII. Celluy qui empeschoit que la France ne cheust pas 278

CXIII. Du hault en bas, Gaspart on a jeté 279

CXIV. Gaspard, tu es pendu avec ignominie 279

CXV. Du Cardinal (Ci-gist ung cardinal,
lequel avec ses preux) 280

CXVI. Pourquoy gette-on icy sur ce tombeau 280

CXVII. Comparaison (Pour bien sçavoir la consonance) 281

CXVIII. Sardini et Gondy tiennent en leur puissance 282

CXIX. Sonnet (Les guerriers, les imposts, les affaires de France) 283

CXX. Sonnet (Dessoubs ce grand François de qui lastre doré 284

CXXI. Caroli Lotharingi Card. Interloquutores : Viator et Gallus (V.- Quis igitur tumulo hoc ? G.- Carolus Lotharingius Ille) 285

CXXII. De Combault et de Rouet
(Pour espouser Rouet, avoir un evesché) 285

CXXIII. In Anum, Politiani
(Huc huc jambi arripite me jam mordicus) 286

CXXIV. Petri Cardinalis Bembi Aenigma
(Ante alias omnes meus hic quas educat hortus) 288

CXXV. Quae reddunt coitum suaviorem 292

560

CXXVI. Quae reddant venerem venustiorem 292

CXXVII. Fama volat mammas olim caruisse papillis 294

CXXVIII. Au temps jadis navoit, à ce quon dit 294

CXXIX. Dixain (Un jour, quelquun aux Cordeliers estoit) 295

CXXX. Aultre dixain (Un gris caphart, craignant perdre
ses bribes) 295

CXXXI. Aultre dixain (Robin passant devant le temple) 296

CXXXII. Le pasquil de la court, composé nouvellement par maistre Pierre de Cognieres ressuscité. 1561 (Qui penses-tu, noble peuple de France) 297

CXXXIII. Sonnet (Les citoyens de la cité bruslée) 305

CXXXIV. Chanson (Quant ce triste temps je voy) 305

CXXXV. Cantique daction de grâce à Dieu pour la redemption de son Eglise fait par Isaye Capp[itr]e douziesme et traduit presque de mot à mot sur le chant du pseaulme CXXXVIIIe : Il fault que de tous mes espris etc. (Je te rends grâce, ô Seigneur) 309

CXXXVI. Des Nez (Aminadab qui procrea Naason) 311

CXXXVII. De Carolo IX
(Claudius incendi jussit sua moenia, Carolus) 313

CXXXVIII. De eodem
(Carolus excedens propere ut sua fata tulerunt) 313

CXXXIX. De eodem (Bella paras dum Carle tuis et carcere tetro) 314

CXL. In Carolis IX effigiem funebrem
(Exequias Carli cum maesta Lutetia videt) 315

CXLI. Sonnet (Quelle aveugle fureur nous force
et nous maistrise) 316

CXLII. Traduction (Esperance qui as,
dès quau berceau jestois) 317

CXLIII. Sonnet (Je ne crains pas que Dieu, le sçavoir, la vertu) 317

CXLIV. Quatrain (Il ne congnoist amour
qui na senty sa flame) 317

CXLV. De C. IX (Plus cruel que Neron, plus ruzé que Tibere) 318

CXLVI. Je scay Moreau, les affaires de France 319

CXLVII. In Ramum (Rame vir es magnus, quid ni ? qui non
nisi magna
) 324

CXLVIII. Ladieu de Pologne par P. D. Por. (Adieu Poulogne, adieu plaines desertes) 325

561

CXLIX. Ode à Bure (Contente-toy dun point) 327

CL. Ad D. Pillerium sapientissimum 330

CLI. Elegia Elisabet, Reginae Franciae In obitum Regis Caroli IX (Regina Elisabet conjux franci optima regis) 332

CLII. Omnia pontus erant, ponti sunt omnia fex 334

CLIII. De Guysio et Card. Fratre
(Si dux prima forent tunc cum civilia bella) 334

CLIV. Florida francorum fulgenti francia fastu 335

CLV. Mos fuit antiqua Romana in gente diebus 335

CLVI. Du Card. (Le Paradis, lEnfer, aussi le Purgatoire) 336

CLVII. Jam cecidere duo nomen quibus incipit à Ka 336

CLVIII. Epitaphium Justi Hameri (Corpus in hac urna Justi doctoris Hameri) 337

CLIX. Clementis VII P. M (Occubuit tandem Clemens,
clementia tandem
) 337

CLX. Mignonne, je ne puis vous donner pour estrennes 337

CLXI. Ah ! je le scavoy bien quelle a la fesse molle 339

CLXII. De St Laurent et de Mle de B.
(Un chappon de Loudun des plus haults enjambé) 339

CLXIII. Enigme (Je vey ces jours passés une fort belle garse) 340

CLXIV. Et jeu sans villainnie. Enigme
(Pour le plus doux esbat que je puisse choisir) 341

CLXV. Epitafe du braquemart de F. Pierre
(Cy est gisant soubs ceste pierre) 341

CLXVI. Si seul à seul se bayser follement 345

CLXVII. Autre (Robustes … de garses effondrées) 346

CLXVIII. Enigme (Ce lieu public est une femme) 347

CLXIX. Huictain (Je ne veux plus / La Messe frequenter) 348

CLXX. Les longs regrets de nostre dur encombre 349

CLXXI. Aux piaffeux (Je me ry, quand je voy
de ces jeunes guerriers) 352

CLXXII. Aux piaffeux (Ils iront, non feront,
ces courtisans gorriers) 353

CLXXIII. De H. P. R.
(Esse putat sua mista rosis cum lilia liquit) 353

CLXXIV. Nulla fuit major Gallorum gloria quam cum 354

CLXXV. Borgia Romulidum Caesar sinuosa vorago 354

562

CLXXVI. De ostentis noctu visis in vigilia D. Michael
(Saepe citam patriae monstrant ostenta ruinam) 355

CLXXVII. Phocas, un jour advisant un vieil homme 356

CLXXVIII. Quand vous mappellez Jean loyson 357

CLXXIX. Une femme se conseilloit 357

CLXXX. Epitaphe de Hugonis (Cy-gist un bon gros cordelié) 358

CLXXXI. Sonnet de la chasse
(Braves chasseurs, qui par lobscur umbrage) 359

CLXXXII. Ce fut le plus grand jour desté 360

CLXXXIII. Un Monsieur de robbe longue 361

CLXXXIV. Un notaire, selon lusage 361

CLXXXV. Quand frere Jan sen va aux champs 362

CLXXXVI. Le fil de leaue fault compasser
(De cruaulté, Neron a eu le prix) 362

CLXXXVII. Celluy qui na argent en bource (Loreille sourde) 363

CLXXXVIII. Le jeu damours, où jeunesse sesbat 364

CLXXXIX. Dun amoureux (Un amoureux cerchant party) 365

CXC. Un bon moqueur confesse à son curé 366

CXCI. Un villageois offrit dans un cretin 366

CXCII. Un jour, un advocat bien congneu par la ville 366

CXCIII. Sonnet (Puis doncq quil est ainsy
que je me voy pris) 367

CXCIV. Discours (Jay veu que jestois ung riart) 367

CXCV. Air funebre de la mort de Monsieur le prince de Condé (Loÿs, Loÿs, Loÿs, si du ciel on oit goutte) 369

CXCVI. Epitaphe (Cy-gist ce grand Loÿs,
puissant foudre de guerre) 373

CXCVII. In Romam (Hi colles ubi nunc vides ruinas) 373

CXCVIII. In caudam (Non ego Romulea miror
quod pastor in Urbe
) 375

CXCIX. In Romanos (Romulus est generis vestri author,
et Ilia mater
) 375

CC. De Roma (Roma armis terras, ratibusque subegerat undas) 376

CCI. De eadem (Roma quid est ? quod te docuit praeposterus ordo) 376

CCII. In pontifices (Flumen apud superos nullum est,
quid pontibus ergo
) 377

CCIII. In eosdem (Non modo ponti fex, sed terrae jure vocaris) 377

563

CCIV. Fratres extra mundum (Pene, manu, lingua fratres munda omnia foedant) 377

CCV. De diplomate pontificio Iamb.
(Diplomate pro pontificio pecuniam) 378

CCVI. De mutato Paparum creandorum ritu
(Femina Petre tua quondam ausa sedere cathedra) 379

CCVII. Qui ras ras ras vasta pro uus uus uus
(Qui subigis terras vasta sub clade proteruus) 380

CCVIII. Pontificum pia mens pacem non tristia belli 380

CCIX. De Ruppella 1573
(Corripiet tua gens Ruppellae moenia princeps) 381

CCX. Jod. (Patres ipse sequor non agrum desero pinguem) 381

CCXI. Qui subigis terras vasta sub clade proteruus 381

CCXII. Un vicaire disant la messe 382

CCXIII. Estrenes (Je vous souhaitte pour estrenes) 382

CCXIV. Chasseurs (Nous ne voullons
les fiers sangliers chasser) 383

CCXV. Martial. ad procillum lib. I epigr. (Hesterna tibi
nocte dixeramus
) 384

CCXVI. Imitation françoise (Sorbille, quant chez toy en disnant lautre jour) 384

CCXVII. Dun nouveau marié (Amy, pourquoy me veux-tu tant reprendre) 385

CCXVIII. Estreines 1576 (Pour avancer ses beaulx enfans) 386

CCXIX. Enigme 1574 (Faulte dun E entre cinquante et dix) 386

CCXX. Un jour, Catilina disoit 387

CCXXI. Quid misere francos regina pecunia linquens 387

CCXXII. Epitaphe (Icy gist le conte Guillame) 388

CCXXIII. Chanson (Vous yrez à la messe) 388

CCXXIV. Sonnet (Il vauldroit myeulx que Marcel eschevin) 393

CCXXV. Gallia cum geminas sequeris pro numine claves 393

CCXXVI. Recipe contra Pestem (Dum male grassatur pestis,
jejunia vites
) 394

CCXXVII. Horrida me febris siccavit ad usque medullas 394

CCXXVIII. Alternis dicis mœchum me, Mœche, fovere 395

CCXXIX. Cum femur in coena nostro super indidit Alba 395

CCXXX. Condolet externa lusum me fraude mariti 396

564

CCXXXI. Gastii Epitafion (Non miror quod tu Lector mirare
sepulchrum
) 397

CCXXXII. Ex Menandro (Ætatis est quae nubilis jam filia) 398

CCXXXIII. Ad Pellaudium (Quae sanare luem possint,
si forte laboras
) 399

CCXXXIV. Aphorismi (Latranti stomacho capo sit usque cibus) 399

CCXXXV. Haec facias nisi tu, res est dignissima scitu 400

CCXXXVI. Ipsi praeteritis jeunando crede diebus 400

CCXXXVII. De hospita vernonensi Rob. Gaguini jocus
(Cum facturus iter Vernonem intraveris hospes) 400

CCXXXVIII. A far che quante persone seranno à 402

CCXXXIX. Ad Leon. suavium de faba regifica
quam eum devorasse accusat. 1576
(Incestas an me insimulas fraudisve nefandae) 402

CCXL. Sonnet (Si, comme de lesprit les griefves douleurs) 403

CCXLI. De diplomate pontificio Iamb. (Diplomate pro pontificio
pecuniam
) 404

CCXLII. In Paulum III P. (Pontificis Pauli testes ne Roma requiras) 404

CCXLIII. In Julium II P.
(Mortuus ad superam divorum Julius aulam) 405

CCXLIV. In Borgiam ex Sannazaro (Borgia cur in summa nihili sacra fecerit hora) 406

CCXLV. De Francisso I (Rex, vates, lyricus, Mavortis,
Apollinis, Orphei
) 406

CCXLVI. De Caspar. Collignio Adm. fr. (Anchora et Arx mihi sunt, Aquila est, cocleatus et ordo) 406

CCXLVII. Regnante Henr. II 1557 (Purpura Presbyteri, facies Annae Ara Dianae) 407

CCXLVIII. Henrico parcit populus, maledicit at Annae 407

CCXLIX. Quatuor imberbes suprema sigilla gubernant 408

CCL. De ense Bruti (Caesaris et Bruti sacratum sanguine ferrum) 408

CCLI. In quendam qui vocabatur De Cruce (Dat titulos, dat opes, dat crux mihi nomina gentis) 408

CCLII. De M. Budé. 1540 (Qui est ce corps que
tant de peuple suyt ?) 409

CCLIII. De Card. Loth. (Sera tuae demum fortunae meta levite) 410

CCLIV. Gallicum (Sera tué de mon fortuné metal evité) 410

565

CCLV. Antistrophi de eodem. 1556 (Ecclesiae bonus es pastor nec sanguine gaudes) 410

CCLVI. 1559 (Par lalliance / Et amour eternelle) 411

CCLVII. De Mulierum imperio
(Vulva regit Scotos haeres tenet illa Britannos) 412

CCLVIII. Chanson sur le chant : « Or vous dites Marye… »
(Or la chance est tournée) 413

CCLXIX. Pasquin (Reveille-toy, Pasquin,
grand profette des hommes) 418

CCLX. De morte Fr. Guysii
(Victori cantate Deo cantate triumphum) 423

CCLXI. Ad Berecynthiam quae mutate Hospitio ad Auspicia confugiebat (Hospitium auspicio mutas Berecynthia verum) 427

CCLXII. Epitafio del Papa Pio 4
(Pio quarto giace qui summo pastore) 428

CCLXIII. De eodem (Cur vitio mihi dant quod amavi ?
Christus amavit
) 428

CCLXIV. In eundem de Sulpit papyr. concub.
(Recens sulpitiae cavilla factum) 429

CCLXV. Sonetto bergamasco del medesimo
(Ol credia mò dhauer perfetta schina) 429

CCLXVI. Ipse loquitur
(Quid stulti nostra gaudetis morte Quirites) 431

CCLXVII. Dune gageure (Vexilla regis prodeunt) 431

CCLXVIII. Huittain (Les dames, qui au temps passé) 431

CCLXIX. Quatrain S. N. (Puisquaux princesses,
comme on dit) 432

CCLXX. De monacho, nomine Hectore (Hic jacet haud Hecubae Priami nec filius Hector) 432

CCLXXI. Currere plus que le pas vetulam compellit egestas 433

CCLXXII. Conditions des femmes (La Bonne est celle
qui a la paulme de la main velue) 434

CCLXXIII. Le Musnier le faict par où leaue sault 436

CCLXXIV. Un courtisan à une jeune femme 436

CCLXXV. Recessit hoc tempore 437

CCLXXVI. Chanson du siege de la ville de Sommiere
(Nous pouvons bien mettre en memoire) 437

566

CCLXXVII. Epitaphe du mareschal de Brissac
(La prudence ma fait de tout peuple estimer) 440

CCLXXVIII. Aultre (En terre mort, en cieux je suis en vie) 440

CCLXXIX. Ballade (Au pais bas, un jour en chevauchant) 441

CCLXXX. Ballade (Comme esperdu, transy et hors du sens) 442

CCLXXXI. Cest le pape qui est fils 443

CCLXXXII. Sus un tableau de la France
(Charles, voy, je te prie, soubs la trace divine) 445

CCLXXXIII. Je compare la France et son sort mal heureux 446

CCLXXXIV. Paradoxe. Que les femmes doivent monstrer
le sein decouvert
(Je ne sçay par quelle malice) 446

CCLXXXV. Quatrain (Lucrece et Dido, comme on sçait) 449

CCLXXXVI. Des Huguenots, disoit un grand satrape 449

CCLXXXVII. M.D.LXXIIIII (Sardinius Gondusque locant vectigal et augent) 450

CCLXXXVIII. Vici ego fraude Ducem qui vincere fraude solebat 452

CCLXXXIX. Epitaphe (Cy-gist celuy qui se pendit) 452

CCXC. Entre vous, gens qui vous venez icy ebatre 453

CCXCI. Leau gaste le bon vin 453

CCXCII. Qui veult orloge mainctenir 453

CCXCIII. Qui na amy que de gendre 454

CCLXCIV. Ne te soucye de rien, Guillaume 454

CCLXCV. Guillaume va, Guillaume vient 454

CCLXCVI. Blason de la putain (À quinze ans petite putelette) 455

CCXCVII. Tu di, Paris, ne sçay pourquoy 455

CCXCVIII. Chemyn de Gand en Flandre
(Noz moestre enseigné ny le quemyn de Gand en Flandre) 456

CCXCIX. Chanson (Voulez oyr chanson) 457

CCC. Chanson (Il estoit ung pauvre homme) 458

CCCI. Amour pour vray est une passion 459

CCCII. Amour se loge dedans la teste 459

CCCIII. Doù viens-tu ? fist-il 459

CCCIV. Trois jeunes fils, Mesdames, furent nés 460

CCCV. Tousjours vouldroit pauvre putain 460

CCCVI. Un homme qui nestoit devin 460

CCCVII. Amour avecques ses flambes 461

CCCVIII. Troys pauvr enfans furent jadis, mes Dames 461

567

CCCIX. Si vous voulez vous faire f. 461

CCCX. Si au Jeu damour Je ne passe dix coups
(Si de dix coups je ne passe plus outre) 462

CCCXI. Vous jouriez bien, je nen ments point 462

CCCXII. Ce nest rien pour avoir ouy 462

CCCXIII. Dames, sachez quamour est passion 462

CCCXIV. Femme qui a les doigts menus) 463

CCCXV. Rondeau (À toy, orde, vieille, ruzée) 463

CCCXVI. Ballade (Un noc basty de deux esclattes) 464

CCCXVII. Ce noc (Au grenier, où lon prend les rattes) 465

CCCXVIII. Jay tousjours ouy dire et le croy sans le voir 465

CCCXIX. Rondeau (En chiant lautrhyer, je senty) 465

CCCXX. Huittain sot (Comme possible est, Cupido vaillant) 466

CCCXXI. Huittain fat (Considerant ballades et huictains) 466

CCCXXII. À Me Jul. Paul. Med. (Après un Dieu,
je vous puis estimer) 467

CCCXXIII. Mignonne, je ne puis vous donner en estrenne 467

CCCXXIV. Quand je voy soubs le gris de ce beau pelisson 468

CCCXXV. Souslevez-vous, mon cœur,
haussez-vous sur les mains 469

CCCXXVI. Si tu veux que je meure entre tes bras, mamie 470

CCCXXVII. Non, non, je ne suis pas tellement refroidy 470

CCCXXVIII. Encores, mon amy, pousse, je te supplie 471

CCCXXIX. Je vous pry, mon amy, ne poussez pas si fort 472

CCCXXX. DAnne et de Catin (Dittes-moy,
laquelle est mieux née) 472

CCCXXXI. Dun vivant (Tu narses jamais que par songe) 473

CCCXXXII. Huittain (Si le donner est simplement promettre) 474

CCCXXXIII. Quand dune main maigre et halée 474

CCCXXXIV. Je vous envoye icy un cartel pour estreine 475

CCCXXXV. Dun Robert (Quand Robert void une bouticque) 475

CCCXXXVI. Quatrain (Femme qui fait tetins paroir) 476

CCCXXXVII. Cest maistre Jan de la Citrouille 476

CCCXXXVIII. Sonnet (Quiconque en terre veit,
il est soubs la puissance) 478

CCCXXXIX. Traduit dHorace, “Forte per angustam,
in
1. Epistol. (Un regnardeau maigret et eslancé) 478

568

CCCXL. Ecript à un breviaire (Frere Estienne de Pierrecourt) 479

CCCXLI. Chanson (Au champ gaillard par un matin) 479

CCCXLII. Quatrain (Je fus trop tard,
quand on faisoit partage) 482

CCCXLIII. In Empiricos restauratores Articulorum (Vis medicae leges artis celebrandaque dicam) 483

CCCXLIV. Traduction (As-tu desir de quelque chose
apprendre ?) 484

CCCXLV. Epitafe du Sr de Villebon (Or est mort maintenant
ce vieil outrecuydé) 485