Aller au contenu

Classiques Garnier

Avertissement
Précisions sur la publication

9

Avertissement

Précisions sur la publication

Les éditions des Mélanges de Littérature,
d
Histoire et de Philosophie

Les éditions des Mélanges ont toutes été publiées dans le format in-12o et au xviiie siècle. Cette présente édition, qui reproduit la première édition en quatre tomes de 1759 et la première édition du tome 5 de 1767, peut être considérée comme la première réédition complète des Mélanges de dAlembert.

Après la première édition de 1753 en deux tomes, les Mélanges comportent 4 tomes puis 5 tomes à partir de 1767. Ce qui veut dire que les éditions, par exemple de 1764, en 5 tomes rassemblent 4 tomes de 1764 et un 5e de 1767. Il ny a aucun nom dauteur sur la page de couverture ou la page intérieure, mais uniquement le titre, en caractères noirs ou noirs et rouges, puis le nom de lImprimeur-Libraire et la date de lédition. À partir de 1759, le contenu des tomes ne change pas de façon importante. En revanche, les Avertissements sont à regarder avec attention car ils sont souvent source de confusion. Il y a des Avertissements qui introduisent la totalité de la publication, des Avertissements au Discours préliminaire, des Avertissements du Libraire et enfin un Avertissement du tome V. Voici un aperçu des éditions.

1re édition de 1753 en 2 tomes

La page de couverture présente un titre aux caractères noirs, le nom de la ville : Berlin, et la date : 1753. Pas de nom déditeur. Réalisée en fait à Paris chez Briasson, cette première édition comporte deux tomes. Comme dAlembert lindique dans lAvertissement, lobjectif est de publier le Discours préliminaire en dehors de lEncyclopédie. Cétait rendre ce dernier accessible à un plus grand nombre de lecteurs que celui des souscripteurs. 10Cet Avertissement est unique et il présente à la fois la rééditon non intégrale du Discours et les deux tomes. En effet, dAlembert a écourté son texte en ne publiant pas les pages dans lesquelles il nommait les savants qui avaient rédigé des articles. Nous avons reporté en note le passage retiré dès 1753. On constatera à lavenir, comme par exemple dans lEncyclopédie méthodique, que ce texte sera le plus souvent cité depuis lédition des Mélanges et non depuis lEncyclopédie. Quant à lessai de traduction de morceaux de Tacite, cest vraiment un « essai », puisque lauteur sengage soit à ne plus traduire Tacite soit à continuer ce travail selon les avis des lecteurs.

Il faut souligner encore que cet Avertissement nappartient quà cette première édition et ne sera jamais reproduit1. On ne saurait le comparer à ceux qui vont suivre puisque six ans plus tard, dAlembert va séparer sa présentation en écrivant un Avertissement global pour la nouvelle édition destiné à présenter les quatre tomes et un Avertissement au Discours Préliminaire.

Pour lheure, le tome I offre donc une seconde édition du Discours préliminaire des éditeurs de juin 1751 maintenant renommé Discours préliminaire de lEncyclopédie. Le tableau du Système figuré des connaissances humaines est joint au texte. À la suite, dAlembert ajoute lÉloge historique de M. Jean Bernoulli (1748) et lÉloge de Monsieur labbé Terrasson (1751).

Le tome II contient également trois textes qui sont : les Anecdotes & Réflexions sur la reine Christine de Suède, lEssai sur la Société des Gens de Lettres et des Grands, sur la réputation, sur les Mécènes, & sur les récompenses littéraires puis un Essai de traduction de quelques morceaux de Tacite.

Le titre Réflexions et anecdotes sur Christine, reine de Suède2 fluctuera selon les rééditions. Au milieu du tome II de 1759 on lira sous un texte similaire : Mémoires et Réflexions sur Christine, reine de Suède. Quant aux 11traductions de Tacite, elles feront lobjet dun tome entier dans la seconde édition de 1759, le tome III. Le public a dû apprécier puisque lauteur a traduit dautres passages de lhistorien latin. Remarquons sans plus attendre, que les deux premières éditions des Mélanges correspondent avec les deux grands procès de lEncyclopédie, 1753 et 1759. Ces rapprochements, nous le vérifierons au cours de la lecture des textes, font des Mélanges la mémoire de lEncyclopédie.

2e édition de 1759 en 4 tomes

La seconde édition date de 1759 à Amsterdam chez Zacharie Chatelain & fils, Imprimeur-Libraire. Nous le savons, il faut à chaque fois lire Lyon au lieu dAmsterdam. Elle est en 4 tomes et tous les tomes ont pour page de couverture le titre suivant en caractères rouges et noirs :

Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie. Nouvelle édition, Revue, corrigée & augmentée très considérablement par lAuteur.

Cest lédition que nous avons choisi de reproduire parce que cest la première édition en 4 tomes. Les éditions qui suivront reprendront la plupart du temps cette édition sans grands changements, comme nous allons le voir.

Cest une édition plus complète, mais surtout entre 1753 et 1759, dAlembert na pas fait quajouter des textes, il a aussi effectué des améliorations. Nous avons signalé dans nos notes les ajouts et retraits les plus significatifs, par exemple pour lEssai sur la Société des Gens de Lettres et des Grands où de nombreux paragraphes ont été ajoutés. Toutefois nous navons pas fait de notes particulières lorsquil sagissait de changements dans la conjugaison comme « on arrive à ce vaste temple » au lieu de « on arriverait à » ou bien des parenthèses ajoutées en 1759 alors quen 1753 le même texte nen comportait pas.

Nous venons dinsister sur la question des avertissements. Détaillons-la. À partir de 1759, il y aura deux Avertissements de lauteur au lieu dun seul en 1753. Ainsi le tome I de 1759 commence par un Avertissement sur cette nouvelle édition. Il présente les 4 tomes. Comparons le début des avertissements aux Mélanges. En 1753 le début de lAvertissement aux 2 tomes était :

Des différents morceaux qui composent ces Mélanges, les uns ont été déjà soumis au jugement du Public, les autres paraissent pour la première fois.

Le Discours Préliminaire de lEncyclopédie a été reçu…. 

12

On voit bien quil présentait la réédition du Discours. Maintenant, lAvertissement sur la nouvelle édition de 1759 commence ainsi :

Des différents morceaux qui composent ce Recueil, les uns voient le jour pour la première fois, les autres ont déjà été soumis au jugement du Public ; & parmi ces derniers, il en est plusieurs qui reparaissent avec des augmentations & des changements.

On a retouché en quelques endroits ….

Il présente les 4 tomes. Pas le Discours préliminaire. Nous invitons le lecteur à lire la suite de ce premier Avertissement global, ci-après dans ce présent volume. Quant à lAvertissement du Discours qui suit cet Avertissement et qui précède le texte du Discours préliminaire, il reprend des passages de lAvertissement aux Mélanges de 1753 puisque ce dernier, on sen souvient et nous venons de le dire, avait pour objet principal de présenter la réédition du Discours hors Encyclopédie. Ce sont des phrases reprises mais on ne saurait comparer la présentation dun ouvrage en 2 tomes à la présentation dun texte.

Ajoutons que cette deuxième édition de 1759 constitue la troisième édition du Discours préliminaire. Le tableau du Système figuré des connaissances humaines est joint au texte. Enfin ce premier tome continue avec lEncyclopédie, non plus par les éloges, mais avec lAvertissement du tome III, intitulé Préface du troisième volume de lEncyclopédie. Il se termine avec lEssai sur la Société des Gens de Lettres et des Grands.

Le tome II commence par les éloges de Bernoulli et Terrasson, lesquels terminaient le tome I de 1753 alors sans introduction. Maintenant ils sont introduits par des Réflexions sur les éloges académiques. Si léloge du mathématicien ne comporte pas de différence entre les deux éditions, il nen est pas de même pour celui de labbé. Il ne commence quà la deuxième page de celui de 1753, les pages précédentes ayant été reportées au début des Réflexions. Voici le début de lÉloge en 1753, proche du texte des Réflexions (pour la comparaison, voir ci-après tome 2, p. 277) et intéressant par le point de vue sur lhistoire :

La plupart des Princes sont beaucoup plus loués durant leur vie quaprès leur mort. On peut dire aujourdhui le contraire des Gens de Lettres ; tant quils vivent, on les critique ou on les oublie, selon quils se distinguent, ou quils restent confondus dans la foule : mais on les célèbre tous, dès quils ne sont plus. Cette multiciplicité déloges funèbres historiques est censurée par 13quelques personnes. Si on les en croit, ceux qui par leurs lumières & leurs talents ont éclairé leurs contemporains, & honorés leur Patrie, sont les seuls dignes de nos hommages ; mais à quoi bon, disent-ils, transmettre à la postérité des noms inconnus à leur propre siècle, & leur accorder solennellement une place dans les fastes littéraires, où lon ne pensera jamais à les chercher ? Quelque exagérés que me paraissent ces reproches, javoue que lusage dont on se plaint a ses abus, (& quel usage na pas les siens) mais je soutiens quils sont bien légers en comparaison de ses avantages. Si les Anciens qui élevaient des statues aux grands hommes, avaient eu le même soin que nous de célébrer les Savants, nous aurions, il est vrai, quelques Mémoires inutiles, mais nous serions plus instruits sur le progrès des Sciences & des Arts, & sur les découvertes de tous les âges ; histoire plus intéressante pour nous, que celle dune foule de Souverains qui nont fait que du mal aux hommes. Dailleurs, ne craignons point que la postérité confonde les rangs : en faisant léloge des Gens de lettres, nous assignons à peu près, même sans le vouloir, la place que chacun doit occuper.

Je souhaiterais seulement, que pour donner à ces sortes de Mémoires toute lutilité possible, on sattachât à peindre lhomme encore plus que lÉcrivain, au risque de changer quelquefois le panégyrique en histoire : les ouvrages dun grand génie, ou dun Savant illustre, fixent assez par eux-mêmes le jugement quon doit porter de ses talents : mais le spectacle de sa conduite, de ses mœurs, de ses faiblesses même, est une école de Philosophie : surtout, quelle instruction ne peut-on pas en retirer, lorsque par son caractère & sa façon de penser, il a mérité de servir de modèle à ceux qui courent la même carrière ?

Tel fut M. labbé Terrasson….

En 1759, léloge de labbé commence après les deux points du deuxième paragraphe « Les ouvrages dun grand génie… » que nous avons soulignés. Il convient de remarquer quentre la version de 1753 et les Réflexions sur les éloges de 1759, dAlembert insiste sur les talents littéraires et scientifiques : 

Le but des éloges littéraires est de rendre les Lettres respectables, & non de les avilir. Si donc, par un malheur qui nest pas sans exemple, la conduite a déshonoré les Ouvrages, quel parti prendre ? Louer les Ouvrages. Et si dun autre côté la conduite est sans reproche, & les Ouvrages sans mérite, que dire alors ? Se taire. On oublie quon doit parler dun homme de Lettres, ou plutôt on en fait indirectement la satire, quand on se borne à célébrer en lui lhomme vertueux ; titre très estimable dans la Société, mais très peu littéraire. Que penserait-on dun Général darmée, dans léloge duquel on ne trouverait ni batailles gagnées, ni villes prises ?

[]

14

Les réflexions philosophiques sont lâme & la substance de ce genre décrits ; tantôt on les entremêlera au récit avec art & brièveté, tantôt elles seront rassemblées & développées dans des morceaux particuliers, où elles formeront comme des masses de lumière qui serviront à éclairer le reste.

Les Mélanges ne contiendront pas dautres éloges que ceux de ce tome, à savoir de Jean Bernoulli, de labbé Terrasson, de Montesquieu, de Mallet et de Du Marsais, ces trois derniers étant la seconde édition de leur première publication dans lEncyclopédie. En règle générale, les textes de dAlembert intitulés « réflexions » consistent à énoncer les principes qui gouvernent leur objet que sont soit léloquence, la poésie, la traduction, etc.

Le tome III, nous lavons dit, est entièrement consacré à la traduction de morceaux choisis de Tacite. Enfin le tome IV contient limportant Essai sur les Éléments de philosophie ou sur les principes des connaissances humaines. Il développe le Système figuré dont le point de départ des connaissances humaines est lentendement humain divisé selon les trois facultés primordiales de lentendement humain que sont la mémoire, la raison et limagination. Voir notre introduction ci-après.

Une troisième édition en 1763 et 1764

À partir de 1763, dune part Zacharie Chatelain lImprimeur-Libraire paraît prendre en main la publication jusquà modifier par endroits le texte3, dautre part la multiplication des éditions semble avoir commencée. En effet, théoriquement toutes les rééditions à partir de 1759 sont réalisées par Zacharie Chatelain. Elles nous paraissent correctes, à condition davoir les quatre tomes complets. Mais il y a dautres éditions effectuées à Amsterdam « Aux dépens de la Compagnie ». Elles sont peut-être moins fiables.

15

Cest le cas dune édition de 1760. Le tome I a pour titre aux caractères rouges et noirs :

Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie.
Nouvelle édition, Revue, corrigée
& augmentée très considérablement par l
Auteur.

Il commence directement avec lAvertissement du Discours préliminaire puis le texte du Discours avec le tableau du Système figuré des connaissances humaines inséré à la fin. Labsence dAvertissement aux 4 tomes ne permet pas de conclure à une réédition des Mélanges mais plutôt à une édition à part des tomes I et II et à la suite de celle de 1759. Revenons à la troisième édition.

Les éditions de 1763 et 1764 contiennent les mêmes titres que ceux de 1759, à Amsterdam chez le même éditeur Zacharie Chatelain, mais ont une page de titre différente, à savoir :

Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie.
Nouvelle édition, Augmentée de plusieurs notes
sur la traduction de quelques morceaux de Tacite.

Il y a les deux Avertissements, celui de lédition de 1759 aux Mélanges et celui au Discours. Ils resteront inchangés. En 1763 et 1764, sajoutent deux autres Avertissements du Libraire : un au tome I et un au tome III pour annoncer les notes ajoutées à la traduction de Tacite. Lisons lAvertissement du Libraire au tome I :

Cette édition ne diffère de celle de 1759 que par un petit nombre de changements légers que lAuteur y a faits ; mais on y a corrigé plusieurs fautes dimpression considérables, & dont quelques unes même altéraient le sens.

Il y a dans ces lignes aussi un argument de vente. Laspect commercial paraît bien fonctionner car depuis 1759, cest pour ainsi dire chaque année quune édition des Mélanges est publiée, par morceaux ou intégralement.

LAvertissement qui introduit au tome I ces deux éditions successives sintitule Préface de lédition de 1759 et reproduit, comme son titre lindique lAvertissement sur cette nouvelle édition de 1759. Les mêmes textes se retrouvent ensuite, cest-à-dire lAvertissement au Discours préliminaire, le Discours, etc. Toutefois, il peut y avoir des tomes marqués de la même 16année dédition, 1763, et être différents avec ou sans, le tableau du Système figuré des connaissances humaines à la fin du Discours préliminaire (sans signe darrachement de pages). Si le tome II est inchangé, par rapport à 1759, il nen est pas de même du tome III qui comporte le second Avertissement du Libraire. Il annonce par la même occasion quil réalise des éditions séparées par tome. Ceci précise nos doutes sur des éditions ne comportant quun ou deux tomes. Voici cet Avertissement :

Cet Essai de Traduction de Tacite forme le troisième volume des Mélanges de Littérature de M. dAlembert. Je me suis déterminé à limprimer séparément en faveur des jeunes Étudiants, à qui jai cru quil pouvait être utile. LAuteur a joint à sa Traduction des Notes, quon trouvera à la fin de ce Livre.

En effet les notes ne sont pas insérées dans le texte mais sont regroupées dans des pages supplémentaires en fin de volume (p. 435-470). Ces notes rendent raison de la manière dont dAlembert a traduit Tacite. Le traducteur sexplique sur le sens quil a compris dans le latin de Tacite et traduit par dautres mots français plutôt que de faire de la traduction littérale. Sauf erreur de notre part, il semblerait que seule cette troisième édition comporte les pages de Notes ajoutées à la traduction de Tacite dans ce tome III édité séparément pour les étudiants.

Le tome IV correspond à celui de cette présente réédition.

Un 5e tome en 1767, quatrième édition

Les Mélanges ne semblent pas avoir déditions en 1765. Il y a une autre publication en 1765, bien plus retentissante, je veux dire celle des volumes de discours de lEncyclopédie qui permet daffirmer que la grande œuvre des Lumières est achevée. Il faut attendre 1767 pour voir paraître un cinquième tome des Mélanges. Il sera ajouté aux éditions précédentes en 4 tomes pour faire, comme nous le faisons nous-mêmes ici, 5 tomes.

La page de titre est la suivante :

Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie.
Quatrième Édition.

Ce sont les tomes de la troisième édition repris à lidentique. Le tome I contient donc la Préface à lédition de 1759, lAvertissement au Discours préliminaire, le Discours, la Préface du troisième volume de lEncyclopédie, etc.

17

Le tome V est loccasion de préciser les Éléments de philosophie par des Éclaircissements, de rapporter les questions qui ont occupé lépoque dont celle concernant linoculation et de finir avec lEncyclopédie sur larticle Genève, puis la critique des pasteurs et la position de Rousseau. Attirons lattention à nouveau sur les Avertissements car ce tome V contient un nouvel Avertissement pour présenter ce tome. Il débute par lévocation du grand roi, Frédéric II, protecteur des philosophes français, et termine sur létat misérable de la philosophie, « philosophe » étant un nom avec lequel on épouvante les enfants. Le faux est alors gagnant sur le vrai. Mais le tome ne se finit pas ainsi. Dans un retour sur la querelle initiée par larticle Genève avec Rousseau, dAlembert inverse la situation en démontrant que son jugement sur les pasteurs était juste puisque maintenant Rousseau partage son avis. Il était dans lerreur pendant que lui disait « vrai ». Cest ainsi que les Mélanges se terminent par le mot « vrai ». Entre les deux, les Réflexions sur les probabilités, linoculation, la poésie, létude et lharmonie des langues rendent ce tome majeur (voir ci-dessous les tables des matières puis notre introduction).

Autres éditions de 1768 à 1783

À partir de 1768, pour toutes les rééditions, le titre des Mélanges change à nouveau pour reprendre celui de 1759, à savoir :

Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie.
Nouvelle édition, Revue, corrigée
& augmentée très considérablement par l
Auteur.

Lédition de 1768, dont nous navons trouvé que le tome 5 est réalisée à Amsterdam aux dépens de la Compagnie.

En 1772, une édition, aux caractères toujours rouges et noirs, comporte des Libraires différents. Pour le tome I, il est marqué à Paris, et se trouve chez Laurens jeune, Imprimeur-Libraire, rue Saint-Jacques, no 32, vis à vis celle des Mathurins. Il commence par lAvertissement sur cette nouvelle édition, cest-à-dire quil reprend le titre de 1759, puis lAvertissement au Discours préliminaire de 1759, le Discours, etc.

Le tome II est édité à Amsterdam, chez Arkstée et Merkus et Marc-Michel Rey et il y a une modification dans les textes autour de laffaire des pasteurs de Genève. Après lExtrait des Registres de la Vénérable 18Compagnie des Pasteurs & Professeurs de lÉglise & de lAcadémie de Genève est ajoutée une Lettre dun Professeur en Théologie dune Université Protestante à Mr dAlembert. Ce tome II insère le dossier sur cette querelle paru dans le tome V de 1767 qui, de plus, ne contient pas cette Lettre. On peut sinterroger pour savoir si cest vraiment dAlembert qui a ajouté cette Lettre en 1772. En effet, la Lettre prend appui sur les Mélanges pour dénoncer des incohérences de la part de lauteur. Le Professeur présente une étude comparative détaillée entre certaines pages du tome II, cest-à-dire de la Lettre à Rousseau de 1759 et le tome IV. Il reproche à dAlembert de ne pas avoir appliqué la même logique à la religion protestante que celle quil a appliquée dans sa philosophie ou ses œuvres mathématiques. Bref, il prend le parti des Pasteurs de Genève, tout en sen défendant et en insistant sur ses maîtres que sont Newton, Leibniz et Wolf. La fin de la Lettre fournit la raison de lécrit. DAlembert aurait porté tort à la religion protestante déjà suffisamment meurtrie par « lApologiste de la St Barthélémy pour les opprimer. » De surcroît, lannée suivante, une publication similaire aux précédentes paraît chez Zacharie Chatelain en 5 tomes.

Enfin, en 1783, année de la mort de lauteur, on trouve des tomes édités à Leide, chez les Frères Murray. Le titre ne comporte que des caractères noirs et le tome III est sans les Notes ajoutées sur la traduction de Tacite.

Sans aller plus loin dans les détails, il nous semble raisonnable de ne considérer comme éditions correctes que les éditions chez Zacharie Chatelain uniquement jusquen 1767 compris. Pour plus de clarté, nous listons ci-dessous les Tables des matières de 1753 et 1759, seules exactes :

I. Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie, Berlin, 1753, 2 tomes 

Tome I :

Avertissement

Discours préliminaire des éditeurs de lEncyclopédie

Explication détaillée du Système des connaissances humaines

Observations sur la division des sciences du chancelier Bacon

Éloge de Bernoulli

Éloge de Terrasson

Tome II :

Réflexions et anecdotes sur Christine, reine de Suède

Essai sur la société des gens de lettres, à M***

Essai de traduction de quelques morceaux de Tacite

19

II. Mélanges de Littérature, dHistoire et de Philosophie, Nouvelle édition revue, corrigée & augmentée très considérablement par lAuteur, à Amsterdam, chez Zacharie Chatelain & fils, Imprimeurs-Libraires.

Tome I (1759) :

Avertissement sur cette nouvelle édition (écrit le 24 février 1759)

Discours préliminaire de lEncyclopédie

Avertissement

Discours préliminaire de lEncyclopédie

Explication détaillée du Système des connaissances humaines

Observations sur la division des sciences du Chancelier Bacon

Préface du troisième volume de lEncyclopédie

Essai sur la Société des gens de lettres et des grands, sur la réputation, sur les mécènes et sur les récompenses littéraires

Table

Tome II (1759)

Réflexions sur les éloges académiques

Éloge historique de M. Jean Bernoulli

Éloge de M. labbé Terrasson

Éloge de M. Le Président de Montesquieu

Analyse de LEsprit des lois

Éloge de M. labbé Mallet

Éloge de M. Du Marsais

Mémoires et réflexions sur Christine, reine de Suède

Discours de M. dAlembert à lAcadémie Française du 19 décembre 1754

Réflexion sur lélocution oratoire et sur le style en général

Description abrégée du gouvernement de Genève

Lettre à M. Rousseau, citoyen de Genève

Table de ce qui est contenu dans ce second volume

Tome III (1759)

Observations sur lart de traduire en général

Essai de traduction de quelques morceaux de Tacite

Table de ce qui est contenu dans ce troisième volume

Tome IV (1759)

Essai sur les éléments de philosophie ou sur les principes des connaissances humaines

Réflexions sur lusage et sur labus de la philosophie dans les matières de goût

De labus de la critique en matière de religion

De la liberté de la musique

Table de ce qui est contenu dans ce quatrième volume

Tome V (1767)

Avertissement

Table de ce qui est contenu dans ce cinquième volume

Éclaircissements sur différents endroits des éléments de philosophie

20

Doutes et questions sur le calcul des probabilités

Réflexions philosophiques et mathématiques sur lapplication du calcul des probabilités à linoculation de la petite vérole

Avertissement

Réflexions sur linoculation

Réflexions sur la poésie

Lettre à un journaliste

Suite des réflexions sur la poésie et sur lode en particulier

Réflexions sur lhistoire

Apologie de létude

Sur lharmonie des langues et sur la latinité des modernes

Notes sur quelques endroits de lécrit précédent

Justification de larticle Genève de lEncyclopédie

Avertissement

Extraits des registres de la vénérable compagnie des Pasteurs

Extrait de la Lettre imprimée de M. Rousseau à M. dAlembert du 20 mars 1758

Extrait des Lettres écrites de la Montagne par le même M. Rousseau, Amsterdam 1764

Extrait de lOuvrage intitulé, Nouveaux Mémoires ou Observations sur lItalie & sur les Italiens par M. Grosley

Terminons par les éditions des Œuvres complètes de dAlembert4 par Bastien en 1805 (18 vol.) et par Belin en 1821-1822 (5 vol.). Elles ne reprennent pas tous les écrits de lauteur et nen suivent pas lordre de publication mais reprennent quelques textes des Mélanges. Il en est de même pour lédition souvent utilisée de Belin qui nest ni introduite ni annotée mais qui commence par le bel éloge que lui avait consacré Condorcet. Elle est aussi riche en préfaces prises ici et là, notamment dans les Opuscules mathématiques et diverses publications de la fin du xviiie siècle comme celle de Pougens en 1799. À la fin du xixe siècle, louvrage de Charles Henry, Œuvres et correspondances inédites de dAlembert en 1887, reste pertinent.

21

Orthographe

Nous avons adopté une orthographe moderne, jugeant que la substitution des terminaisons des mots en « oit » par « ait », ou « élémens » par « éléments », ou « tems » par « temps » et autres modernisations, ne modifiait pas la pensée de lauteur mais rendait la lecture plus fluide. En revanche nous avons respecté la ponctuation ainsi que lusage particulier des majuscules pour les noms communs. Par exemple, nous avons changé « Poëte » en « Poète » et non en « poète ». Nous avons également laissé les « & » pour « et » afin de conserver pour le regard limage dun texte du dix-huitième siècle. La ponctuation a été respectée car cest la respiration du texte.

Bien sûr, nous avons respecté la minuscule de toutes les particules « d » ou « de » devant les noms propres afin de rappeler la distinction dans la langue française entre la particule et larticle indéfini. Cette distinction, inconnue des logiciels « word », est essentielle puisquelle est à lorigine de la place dun auteur dans le classement alphabétique. En effet, la règle de lordre alphabétique étant que tout nom propre est classé à la première lettre majuscule de son nom, mettre une majuscule aux particules revient à classer tous les noms nobles à la lettre « D » ! Nombreux sont les récents index qui montrent cette aberration éditoriale issue du logiciel anglais. Malheureusement peu de commentateurs ont compris ce phénomène dont le risque est la perte de lauteur. Il aurait fallu connaître les règles du français ou encore tout simplement consulter les dictionnaires. DAlembert, toujours classé à « A » est maintenant classé à « D » dans les index uniquement, bien sûr. Pas dans les dictionnaires. La personne qui aura lingénieuse idée de dire un jour : « mais son vrai nom est Le Rond », le fera classer à « L » et, pourquoi pas « le » étant un article défini pour word, ne retrouvera-t-on pas dAlembert à « R ». Si jinsiste sur ce fait, cest que la perte dun auteur revient à la perte dun savoir. Le changement de place est un bon début vers le négatif comme nous lavions indiqué dans les Archives Internationales dHistoire des sciences5.

22

Pour le texte du Discours préliminaire par lequel commence les Mélanges, nous avons signalé les différences entre le texte de 1759 et celui de 1751 dans notre édition chez Champion puis Champion Classiques, en 1999 et 2011. Il existe également de légères différences dans la ponctuation et les écritures. On peut remarquer que le mot « nature » est beaucoup moins souvent écrit avec une majuscule dans la version des Mélanges que dans celle de lEncyclopédie. De nombreuses modifications consistent dans des améliorations de style. Toutefois certaines sont plus intéressantes que dautres, comme par exemple lorsque « âme » devient en 1759 « esprit ».

Notes

Le marquage « Note de dAlembert » désigne les notes de lauteur et celui de « Note de léditrice », les notes qui me reviennent. Dans ces notes Wikipédia a été très peu consultée. Cette encyclopédie en ligne que je soutiens absolument a pour revers de la médaille de pouvoir être corrigée parfois dans le mauvais sens. Cest malheureusement le cas pour lEncyclopédie et pour dAlembert dont les articles sont sectaires et tentent autoritairement de faire croire par exemple que les dix-huitiémistes ont choisi de mettre une majuscule au nom du mathématicien. Dans ces conditions, lorsquil sagissait de personnes célèbres facilement identifiables sur Internet, je me suis limitée parfois à inscrire leurs dates pour permettre simplement au lecteur de les situer rapidement dans lépoque. Pour lessentiel, jai puisé dans le Dictionnaire Larousse universel de 1923 en 2 vol., ou dans dautres dictionnaires plus récents. Jai également tourné mon regard vers les ouvrages, comme ceux de Jacques Roger, qui contiennent des index à lancienne avec la date des auteurs.

Le tome III est particulier puisquil présente en vis à vis le texte latin de Tacite et la traduction en français. Lorthographe latin ainsi que la ponctuation de 1759 ont été conservées. Or, il y a de grandes différences entre le latin de ces extraits du xviiie siècle et celui des éditions actuelles. Comme il est expliqué dans lintroduction qui suit, il semblerait que dAlembert ait utilisé la version de Thomas Gordon. La comparaison avec les textes choisis par Gordon, alors traduits en 1751 en français 23par Pierre Daudé, dans les Discours historiques, critiques et politiques de Tacite, na pas été entreprise. Dans ces conditions, aucune note na été ajoutée au texte français. En revanche les notes dans le texte latin visent à indiquer des points de repères. Jai choisi les textes de la collection Budé pour permettre au lecteur de retrouver rapidement les passages de Tacite. Les paragraphes des Annales viennent tout dabord du texte établi par Henri Goelzer aux Belles-Lettres en 1938 pour les Livres I à XII (tomes I et II des Annales), puis dans la même collection, du texte établi par Pierre Wuilleumier en 1978 pour les Livres XIII à XVI (tome IV). Ce même traducteur avait présenté une nouvelle traduction des Livres XI-XII en 1976 (tome III). Les références des autres extraits tirés de Histoires, La Germanie et Vie de Julius Agricola sont également précisées en notes.

Dans la mesure où mes recherches au CNRS ont porté sur dAlembert et lEncyclopédie je me suis permise de faire référence à mes articles publiés ainsi quaux ouvrages, Savoir et Matières. Pensée scientifique et théorie de la connaissance de lEncyclopédie à lEncyclopédie méthodique, CNRS, 2011 et DAlembert et la mécanique de la vérité dans lEncyclopédie (1999) tout en le résumant en DAlembert et [] lEncyclopédie. Jy reviendrai dans lintroduction. Il faut enfin indiquer que certains articles de lEncyclopédie méthodique ont soit cité soit repris des textes des Mélanges. Cette dernière fait lobjet dun Atelier Panckoucke au Centre Jean Pépin (UMR 8230 CNRS/ENS : http://umr8230.vjf.cnrs.fr/spip.php?article87). Les publications récentes de ses membres, soit dans la collection La vision nouvelle de la société dans lEncyclopédie méthodique, dirigée par Josiane Boulad-Ayoub aux Presses Universitaires de Laval, soit aux éditions Classiques Garnier pour les Prospectus et Mémoires de Charles-Joseph Panckoucke, sont signalées en notes.

1 Nous avons repris cet Avertissement de 1753 dans notre édition de Jean dAlembert, Discours préliminaire, Paris, Champion 1999 et Champion Classiques, 2011, aux pages 189-194. Nous conseillons de sy référer ainsi que pour la différence entre la version de 1751 et celle des rééditions. Nous y avons ajouté lAvertissement aux Mélanges de 1759, p. 195-200 ainsi que lAvertissement au Discours préliminaire dans les Mélanges de 1767, p. 200-204. Nombreux sont les commentateurs qui nont pas fait la distinction entre les Avertissements aux 2 tomes et les Avertissements au Discours préliminaire à partir de 1759. La confusion malheureuse est souvent faite entre lAvertissement aux Mélanges de 1753 où les 2 tomes sont présentés et lAvertissement au Discours préliminaire de 1767. LAvertissement aux Mélanges de 1767 correspond à lAvertissement sur cette nouvelle édition de 1759, pas à celui au Discours préliminaire. Voir plus loin nos explications.

2 Dans lAvertissement de 1753 (ibid., p. 192), dAlembert évoque à la tête du second volume les Anecdotes…, puis, à lintérieur du volume le titre est modifié avec une inversion entre Anecdotes et Réflexions. En 1759, le terme Anecdotes est remplacé par celui de Mémoires.

3 Cest cette édition de 1763 qui avait été choisie par F. Picavet en 1894 (Armand Colin). Une note de léditeur précisait que « le texte de 1763 est identique, à quelques infimes changements près, à celui de 1759. » Il ajoutait que « Picavet signale en notes les variantes, corrections ou additions significatives ». Léditeur Vrin reprend cette édition en 1984 et reproduit les notes. Ce sont ces notes que nous avons corrigées en « Inchangé » dans notre édition de 1999 (repris en Champion Classiques en 2011) car les modifications signalées par Picavet ne correspondent pas à lédition de 1751 annoncée. Enfin, lAvertissement dans cette édition de Picavet ne différencie pas les Avertissements des Mélanges davec les Avertissements du Discours préliminaire si bien quil y a quelques confusions. Lédition du Discours préliminaire en 2000, a repris le texte de Picavet. Nous espérons avoir fait un premier pas vers plus de clarté, mais reconnaissons que cest extrêmement difficile et nous avons aujourdhui plus de facilités pour avoir accès aux textes quau xixe siècle.

4 Nous avons listé les rééditions de ses œuvres dans notre Bibliographie de DAlembert et [] lEncyclopédie, Champion, 1999, p. 447-448. Cest à lintégralité de cette Bibliographie, p. 447-489, que nous renvoyons le lecteur pour les publications concernant lauteur et lEncyclopédie.

5 « Note sur lorthographe de dAlembert » dans Archives Internationales dHistoire des sciences, Vol. 49, No 142, Juin 1999, p. 153.