Aller au contenu

Classiques Garnier

« L’éternelle élégie de mes larmes » (Troyennes, V. 119) : douceur de la plainte tragique