Aller au contenu

Classiques Garnier

Chronique

106
CHRONIQUE

Compte rendu de l'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du 11 juin
2005 à l'École Normale Supérieure, rue d'Ulm, Paris 5~.

Présents : Mmes S. Berregard, M. Bombant, F. Graziani,
F. Orwat; MM.J.-P. Chauveau, A. Génetiot, Y. Germain,
L. Grove, G. Peureux, J. Prévot, P. Riard. — 46 pouvoirs reçus. —
Présidence : J.-P. Chauveau.

Rapport d'activité et rapport moral (J.-P. Chauveau) : Il
convient de remercier Jacques Prévot qui s'est entremis pour que
nos différentes réunions puissent se dérouler dans de bonnes
conditions, dans les locaux de YENS. —Principales activités :
l'association était présente, comme chaque année, au Salon de la
Revue, les 15 et 16 octobre derniers. — En décembre ont été
expédiés aux adhérents les appels de cotisation. Il est rappelé à
tous nos adhérents que pour la lisibilité de nos finances et pour
l'information de notre éditeur, il est souhaitable que les cotisa-
tions rentrent le plus tôt possible dans l'année nouvelle. —Dès le
début de l'année a été constitué le dossier à l'intention du CNL
pour l'obtention de (a subvention ; réponse attendue cet été. — La
journée d'étude sur Le Page disgracié, préparatoire à la confec-
tion des Cahiers XXVII (à paraître ce mois de juin), et organisée
sous la direction d'Alain Génetiot, s'est déroulée dans d'excel-
lentes conditions à YENS le samedi 15 janvier : expérience très
satisfaisante, que l'on souhaite renouveler àl'avenir. — Le
Conseil d'administration atenu sa réunion ordinaire le 15 mars.

Constatant la faible participation à la présente AG, peut-être à
mettre en rapport avec une certaine érosion du nombre des coti-
sants, les participants sont tous d'accord pour que de nouvelles
initiatives permettent de dynamiser la vie de l'association.

Vote : les rapports d'activité et moral sont approuvés à l'una-
nimité.

Rapport financier (Mathilde Bombart) : Tout d'abord, le bilan
financier de l'année 2004 : Recettes, constituées des cotisations
des adhérents (87 cotisations simples à 15 euros, 32 cotisations
de soutien à 22 euros, soit 2015 euros ), des ventes de revues
28 euros), de la subvention du CNL (1800 euros), elles repré-
sentent un total de 3843 euros. —Dépenses, constituées du paie-
ment de René Rougerie, pour l'impression des Cahiers XXVI,
pour la rectification de l'année précédente (100 euros dus à
R. Rougerie) et pour l'achat de quelques numéros séparés, soit
au total 3557,85 euros, des frais de secrétariat et de tenue de
compte, soit 191,77 euros, de frais divers (Salon de la revue),
soit 100 euros. Total des dépenses : 4318,48 euros. Solde négatif


106

107 de 475,48 euros pour 2004; mais le solde très positif de 2003 :
1450 euros peut être reporté sur les recettes 2004. Soit un solde
positif de 976,50 euros.

Ensuite, la situation actuelle : pour les recettes : on a reçu à ce
jour 62 cotisations simples et 34 cotisations de soutien; l'année
n'étant pas terminée, on peut en espérer d'autres encore. D'autre
part, on attend la subvention du CNL (1800 euros demandés ).
Pour les dépenses : il y a eu 85 euros de frais pour la journée
du 15 janvier; les frais de secrétariat s'élèvent pour l'instant à
144 euros (les frais de secrétariat pourraient sans doute être
réduits si certaines opérations pouvaient s'opérer par mail auprès
des adhérents qui utilisent le courrier électronique : le processus
est déjà engagé, il faut encore le développer). II faut prévoir
100 euros pour le Salon de la Revue (la moitié des 100 euros a
déjà été versée). Quant à la facture Rougerie, elle est généra-
lement stable, autour de 2000 euros. Mathilde Bombait attire
l'attention sur une relative érosion du nombre d'adhérents (96 à
ce jour, contre 129 à la même époque en 2004) et préconise des
actions pour donner plus de visibilité à l'association, notamment
par une participation accrue à des manifestations scientifiques.
Cependant la situation financière est encore très bonne : au
10 juin 2005, on a sur le CCP de l'association un solde positif de
6115,17 euros, et sur le livret A 5911,56 euros.

Vote : le rapport financier est approuvé à l'unanimité.

Les Cahiers : le numéro XXVII (thème : Le Page disgracié)
est actuellement sous presse. Le numéro XXVIII (2006) sera un
numéro de Varia, plusieurs articles étant encore en attente de
publication. Le numéro XXIX (2007) devrait permettre de
renouer avec la formule du numéro thématique, assorti d'une
journée d'étude préparatoire. L'Assemblée se saisit en effet du
projet émis par Véronique Adam (université de Toulouse II) de
diriger un numéro (et sa journée préparatoire) autour du thème
des paratextes (notes, didascalies, préfaces, dédicaces, etc.) dans
l'ceuvre de Tristan et de ses contemporains. — J.-P. Chauveau
exprime à cette occasion son désir de revitaliser le comité de
rédaction de la revue pour mieux préparer et coordonner le tra-
vail de sélection des rédacteurs, de lecture et de relecture des
textes. Sont pressentis pour constituer ce comité de rédaction,
autour des membres du bureau, Mmes, MM.V. Adam, S. Berre-
gard, D. Dalla Valle, A. Génetiot, C. Grisé, L. Grove et F. Orwat.

Le souvenir d'Amédée Carriat : la cérémonie qui avait été
prévue à Janaillat le 7 août prochain doit être malheureusement
différée, notre ami Yves Faury, maire de Janaillat, ayant été vic-
time d'un grave accident. L'Assemblée exprime ses voeux de
prompt rétablissement, et réitère son intention d'associer notre


107

108 association à cette cérémonie, qui, espérons-le, devrait pouvoir
être programmée pour 2006. —L'Assemblée approuve, d'autre
part, le projet que J.-P. Chauveau a mis au point avec René
Rougerie, et qui consisterait à réimprimer le livre d'A. Carriat :
Tristan ou l'éloge d'un poète, édité en 1955 paz Rougerie, pro-
bablement en s'appuyant sur une souscription. —Notre ami Yvan
Germain nous apprend par ailleurs que le Dictionnaire des écri-
vains creusois réalisé par A. Carriat entre 1964 et 1976 vient
d'être réédité sous forme de CDRom paz les soins de la Société
des Sciences azchéologiques de la Creuse. —L'essentiel des livres
anciens (ceuvres de Tristan notamment) de la bibliothèque
d'A. Carriat ayant été déposé par ses héritiers à la Bibliothèque
multimédia de Limoges, les responsables de cette bibliothèque
songent à organiser une cérémonie, peut-être le 7 septembre pro-
chain, àl'occasion du trois cent cinquantième anniversaire de la
mort de Tristan. Bien entendu, notre association serait, dans cette
éventualité, présente àLimoges. —Enfin l'assemblée s'est ralliée
au projet, destiné à la fois à honorer la mémoire d'A. Carriat, et
à promouvoir notre association, de créer un prix Amédée Camat,
destiné à appuyer et financer des travaux et des publications,
universitaires ou autres, sur la poésie et la littérature du XVII°
siècle, selon des critères à définir. Un CA, convoqué à Paris, le
15 octobre prochain, à l'occasion du Salon de la Revue, devrait
se saisir de la question et mettre définitivement le projet sur les
rails.

Un site Interner : toujours dans l'idée de faire mieux connaître
les objectifs et les réalisations de notre association, l'idée de
créer un site Internet spécifique a pris corps grâce aux proposi-
tions faites paz Véronique Adam, laquelle anime déjà à l'univer-
sité de Toulouse un groupe de recherches qui s'est doté d'un site
de ce genre. Celle-ci va travailler avec les membres du bureau
de façon à pouvoir présenter un projet précis lors du CA du
15 octobre prochain.

Élections au Conseil d'administration et au Bureau : L'As-
semblée procède alors à l'élection statutaire de la moitié renou-
velable du Conseil d'administration. Sont réélus, avec leur
accord, et à l'unanimité Mmes, MM. Bellenger, Bombait, Dubu,
Génetiot, Germain, Guichemerre, Guitton, Peureux, Prévot.
— Puis le Conseil d'administration procède au renouvellement
de son Bureau : sont réélus, à l'unanimité : Jean-Pierre Chau-
veau, président; Françoise Graziani, et Jacques Prévot, vice-
présidents ; Guillaume Peureux, secrétaire ; Mathilde Bombait,
trésorière.

L'ordre du jour, étant épuisé, le président lève la séance.


108

109 UNE JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LE PAGE DISGRACIÉ. —
On ne s'étendra pas longuement sur cette journée du 15 janvier
2005, à l'École Normale Supérieure de Paris, organisée par les
soins d'Alain Génetiot et de Jacques Prévot, puisqu'aussi bien
elle a fourni l'essentiel de la matière des Cahiers XXVII, pour la
préparation desquels elle avait en effet été conçue. Mais il nous
appartient de dire à tous nos lecteurs combien cette première
expérience s'est révélée satisfaisante, non seulement parce
qu'elle est à l'origine d'un numéro thématique de nos Cahiers
qui a une belle unité et une belle tenue, mais parce qu'elle fut
l'occasion d'une rencontre très amicale où les différents exposés
(qui ont abouti aux articles des Cahiers de Sandrine Berregard,
Florence Orwat, Lionel Philipps, Filippo d'Angelo et Patrick
Riard) ont été suivis de discussions et d'échanges fructueux.
Bref, une expérience heureuse, et qui ne manquera sûrement pas
de se renouveler à l'avenir. J.-P. C.

LE SALON DE LA REVUE. — Une fois de plus, les Amis de
Tristan étaient présents au Salon de la Revue, qui s'est tenu à
Paris, à l'Espace des Blancs Manteaux, les 15 et 16 octobre 2005.
Ils s'y retrouvaient, en compagnie des Amis de Théophile Gau-
tier, avec lesquels ils partagent un stand harmonieusement; poésie
oblige : si Gautier n'a pas fait entrer Tristan dans sa galerie des
Grotesques, il vouait une admiration sans borne à celui qui contri-
bua àfaire entrer Tristan en Poésie, Théophile (de Viau).

UNE MATINÉE POÉTIQUE ET MUSICALE. — Le 11 dé-
cembre 2005, dans les locaux de l'association « L'Eau Vive », à
Chatou (Yvelines), notre ami Jean Hanoune, qui joue superbe-
ment du luth, et qui est fou de poésie, s'était assuré le concours
de Charlotte Plasse, soprano et récitante, et de Pascale Jazdin,
violon baroque, pour construire un délicieux programme où les
textes de Louise Labé, de Jean Auvray, de Saint-Amant, de
Théophile de Viau et de Tristan (extraits de L'Orphée, La Belle
en deuil, extraits du Promenoir des deux Amants) alternaient
heureusement avec des musiques de leur époque (Thomas
Lampion, John Dowland, Étienne Moulinié, Antoine Boesset... ).
Le public, encore trop peu nombreux, resta sous le charme. Une
expérience à renouveler et à faire mieux connaître à l'avenir.
J.-P. C.

HOMMAGE À AMÉDÉE CARRIAT. — La cérémonie d'hom-
mage àAmédée Camat associé au souvenir de Tristan à Janaillat
(Creuse), village natal du poète, primitivement programmé pour
le mois d'août 2005, avait dû être annulée à la suite du malheu-
reux accident dont avait été victime notre ami Yves Faury, maire
de Janaillat et maître d'ceuvre en la matière. Celui-ci, maintenant


109

110 rétabli à notre grande joie, se propose de programmer l'opération
pour le dimanche 30 juillet de cette année. Au cours de cette
journée amicale, la matinée sera réservée à l'inauguration d'une
plaque en l'honneur d'Amédée Carriat, et à un échange entre les
membres des associations pour lesquelles A. Carriat n'a cessé de
se dépenser (Amis de Tristan, Société des Sciences de la Creuse,
Amis de Maurice Rollinat; l'après-midi donnera lieu à des mani-
festations artistiques (lectures poétiques, concerts). Tous nos
adhérents seront évidemment conviés, les indications pratiques
leur étant fournies en temps utile (probablement à la faveur de la
convocation ordinaire à l'assemblée générale, prévue pour juin).

TRISTAN, OU L'ÉLOGE D'UN POÈTE. —C'est également
pour rendre hommage à Amédée Carriat que les Amis de Tristan
L'Hermite et René Rougerie, notre éditeur, étudient le projet de
rééditer le livre intitulé Tristan, ou l'éloge d'un poète qu'Amédée
Carriat publia en 1955, avec la complicité de René Rougerie.
Livre qui, historiquement contribua grandement au renouveau
des études et recherches tristaniennes, et qui, plus d'un demi
siècle après sa parution, n'a rien perdu de sa justesse, de son
charme, de son pouvoir de conviction.

LE PAGE DISGRACIÉ AU « PRINTEMPS DES POÈTES  ». —
Le 16 mazs 2006, de bonnes fées (la Bibliothèque Départemen-
tale de la Creuse, le Conseil Général de la Creuse, la DRAG
Limousin, et le comédien Jean-Claude Bray) avaient réuni leurs
efforts et leurs talents pour présenter, dans le cadre prestigieux
du Château des Comtes de la Marche à Guéret, un spectacle à
partir du Page disgracié, récit qui « atout pour séduire un lecteur
d'aujourd'hui [...] un roman moderne, parce que c'est un roman
de formation, et que l'auteur, qui raconte sa vie trente ans plus
tard, est rempli d'une mélancolie atténuée par l'humour ».

Au moment même où nous mettions sous presse nous
est pazvenue la triste nouvelle de la disparition de Roger
DUCHÊNE, professeur émérite à l'université de Pro-
vence, bien connu de tous les dix-septiémistes, d'abord
pour ses travaux, notamment sur Mme de Sévigné,
ensuite pour l'activité inlassable qu'il a déployée à la
tête du CMR 17 qu'il avait fondé. Que son épouse et
ses enfants trouvent ici l'expression de notre gratitude et
de notre sympathie.

Jean-Pierre Chauveau

110