Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-10393-6
  • ISSN: 2261-1851
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-10393-6.p.0439
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 27/05/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
439

Résumés

Christiane Deloince-Louette et Christine Noille, « Avant-propos. Que faire de la rhétorique ? »

Fondateur de léquipe RARE (Rhétorique de lAntiquité à la Révolution), Francis Goyet a fédéré chercheurs et étudiants de luniversité Grenoble Alpes autour dun programme de recherche commun (étudier limmense corpus des commentaires rhétoriques de lAncien régime), articulant ainsi magnifiquement laventure collective et lœuvre personnelle, du Sublime du lieu commun (1996) au Regard rhétorique de 2017.

Olivier Millet, « Traduction de la préface de Philippe Melanchthon à ses Opera (Bâle, 1541) »

Larticle propose une traduction française dun texte peu connu de Philippe Melanchthon (préface de ses Opera, 1541) avec un commentaire introductif. Cest à la fois une biographie intellectuelle de lauteur, connu pour sa doctrine nouvelle des lieux communs propres à chaque discipline académique, une revue critique de certaines de ses productions passées, et un discours testamentaire dans le cadre de la confessionnalisation religieuse alors en cours en Europe.

Claude La Charité, « Les Concions et Harengues de Tite Live (1567) de Jean de Amelin dans la bibliothèque de Henri de Valois »

Cette étude porte sur la présence des Concions et Harengues de Tite Live (Paris, Michel Vascosan, 1567) dans la bibliothèque dHenri III, en mettant en relation ce recueil de morceaux choisis tirés de lhistorien romain avec la pratique de léloquence royale et la manière dont ce conciones a pu préparer la formation rhétorique du futur Henri III, voire la compléter a posteriori par la lecture réitérée dun livre possédé du temps où Henri de Valois avait déjà pour précepteur Jacques Amyot.

440

Delphine Denis, « Machines à réécrire. Les trois rhétoriques de Richesource (1667-1681) »

Professeur de rhétorique, Richesource propose, en complément de la première rhétorique – celle des préceptes légués par lantiquité –, une deuxième puis une troisième rhétoriques. Lune constitue la « critique rectifiante » dun texte lu de près, lautre une opération de « plagianisme » appuyée sur une série de manipulations linguistiques du texte-source. Dans les deux cas, les exercices pratiqués forment une efficace machine à ré-écrire, une fois achevé le temps de la lecture active.

Kees Meerhoff, « Le persiflage enseigné en classe de rhétorique (LOrator Belgico-Latinus, 1701) »

Imprimé à Amsterdam en 1701, lOrator Belgico-Latinus est lœuvre dun professeur qui enseigne la rhétorique à Rotterdam. Il est la traduction du chapitre premier du Politischer Redner de Christian Weise. Dans le traité allemand et sa version hollandaise, une attention marquée est prêtée à lapprentissage de lexpression « piquante », sinspirant de la pédagogie des jésuites développée dans les pays méridionaux pour enseigner dans leurs pays protestants lart subtil des argutiae.

Pierre Vesperini, « Subjectivités antiques, subjectivités modernes. Autoschediasma en lhonneur de Francis Goyet »

De nombreux savants et penseurs contemporains croient reconnaître dans la philosophie ou la littérature antique les premières figurations de la subjectivité moderne. Larticle cherche à mettre en discussion cette généalogie, en montrant comment on ne peut jamais rien trouver, dans lAntiquité, qui annoncerait le sujet moderne. La naissance de cette construction imaginaire (donc socialement efficace, cest-à-dire réelle) de la culture européenne est située à lépoque de lidéalisme allemand.

François Cornilliat, « Une feinte de la prudence. Sur le nom et le rôle de “Puissance regnative” dans le Panegyric de Jean Bouchet »

Le Panegyric du Chevallier sans reproche de Jean Bouchet (1527) confie un « miroir du prince » à une dénommée « Puissance regnative ». Ce nom croise 441les concepts de prudentia regnatiua et de potestas regia ou regalis, par jeu avec une figure de la « puissance regale » trouvée chez Jean Lemaire. Le message est que les divers modes de gouvernement usent dune même sorte de prudence, et que la prudence du roi de France doit, en se méfiant delle-même, reconnaître partout la nécessité du conseil.

Claudie Martin-Ulrich, « Les audaces de Marguerite. Une relecture du prologue de lHeptameron »

Les devisants du recueil de nouvelles de Marguerite de Navarre sont tantôt des juges, tantôt des témoins, mais avant daccéder à ce statut, ils font, dans le prologue, lépreuve du Déluge. Une nouvelle analyse de ce texte douverture propose de voir comment ces personnages en tribulation deviennent des prudents, progressivement initiés à une nouvelle façon de concevoir le monde. Marguerite expose sa propre vision de la Providence, qui apporte une nouvelle orientation à son projet narratif.

Stéphane Macé, « Prudence et autorité. À propos du Mémoire sur la pacification des troubles de La Boétie »

Moins connu que le Discours sur la Servitude volontaire, le Discours sur la pacification des troubles rédigé par La Boétie en prévision dune ambassade diplomatique en Guyenne en 1562 révèle une autre facette de lécrivain : la structure rhétorique très rigoureuse de ce texte de la maturité fait émerger limage dun auteur conscient de ses devoirs et de son autorité, qui répond en bien des points à lidéal de prudence (au sens ancien du terme) qui doit être celui de lhomme de décision.

Jean Balsamo, « Linnocence et la distinction. À propos de “De la cruauté” (Essais, II, 11) »

Dans « De la cruauté », Montaigne distingue entre la vertu sans effort qui caractérise Socrate et la volupté dans leffort qui détermine la vertu de Caton dUtique. Ce parallèle permet à Montaigne de se peindre comme analyste de ces grandes âmes. Létape suivante, en III, 11, est le portrait de Montaigne lui-même, dont la « complexion » ingenua détermine une personnalité morale vertueuse fondée sur lhérédité et la distinction, valeurs nobles.

442

Corinne Noirot, « Les noces de France et de Gascogne selon Montaigne »

Les Essais mentionnent lappartenance gasconne de manière positive et lopposent implicitement au monde français féminisé par contraste, celui de la langue ou de la cour dHenri III. Si lharmonie des deux mondes est souhaitée, leur confrontation tend souvent à la survalorisation des valeurs gasconnes, celles dHenri de Bourbon, qui sait être rebelle à bon escient. Mais les deux se disent dans le « style mixte » de la langue du « métis » Montaigne, qui nabandonne ni la Gascogne ni la France.

Vincent Descombes, « De la narratio à la “phrase daction” »

Francis Goyet a montré comment la rhétorique antique proposait une théorie complète de la décision. La philosophie de laction, dans la version quen donne Elizabeth Anscombe, confirme cette lecture des classiques. Pour pleinement rendre compte de la décision, il faut expliquer comment une délibération peut être décisive.

Benoît Sans, « Dans la “clinique” de la harangue livienne »

Le présent article confronte différentes tentatives de typologie, anciennes et modernes, pour le genre de la harangue militaire, dont la littérature ancienne nous a fourni de nombreux exemples, mais qui est relativement peu présent dans les traités de rhétorique. On verra ici, à travers lexemple de Tite-Live, quune réflexion proprement rhétorique sur ce type de discours conserve toute sa pertinence et révèle un mode de composition qui pourrait encore inspirer un enseignement de la dispositio.

Corinne Denoyelle, « Lexpression du remords dans la littérature en ancien et moyen français »

Le remords, honte violente ressentie avant ou en labsence de repentir, sexprime en clichés rhétoriques relatifs au passage du temps : il implique une introspection de lénonciateur et une requalification de soi qui se fait essentiellement détestation de soi-même ; il nécessite un aveu de la faute qui passe par une phase de récit et nadmet pas de justification ; il repose sur un rapport au temps opposant le passé perdu de linnocence au présent de la souffrance et à un futur mortifère.

443

Lionel Piettre, « Une parodie à double détente. Historiographie, rhétorique et parrhêsia dans Gargantua »

Roman et parodie dhistoriographies mensongères, le Gargantua peut aussi être lu comme un hommage à une historiographie humaniste. En témoigne limportance donnée par Rabelais à la notion de franchise ou parrhêsia. Celle-ci relève dune utilisation savante de la rhétorique, propre aux historiens humanistes. Le recours aux outils de la narration historique permet ainsi de représenter une franchise en situation et dinterroger les conditions politiques dénonciation de la vérité.

Ullrich Langer, « Le notoire et lévident dans quelques discours de justification (Louis de Condé, Ronsard, Anne de Rohan) »

Le recours au « notoire » et à lévident sera envisagé dans trois discours : la justification de la prise darmes en 1562 par Condé, le dernier des poèmes polémiques de Ronsard face aux Protestants, et les discours dAnne de Rohan se justifiant de son mariage clandestin, dans la nouvelle de Marguerite de Navarre. Le notoire relève du discours juridique, alors que lévidence (exprimée par le déictique « voilà ») nous renvoie à la validation personnelle dun narré de fait, par la personne noble.

Christiane Deloince-Louette, « Un recueil-sermon (II). Sur les sonnets damour de Jean de Sponde »

Les vingt-six sonnets des amours de Jean de Sponde ont été publiés dans des recueils collectifs posthumes. Le recueil de Raphaël Du Petit Val de 1599 adopte une présentation typographique qui invite à les lire comme un ensemble de six séquences de quatre poèmes encadrées par un sonnet introductif et un sonnet conclusif. On montrera que ce dispositif sert la double visée persuasive du recueil, qui dit le caractère exceptionnel de lamour du poète et exhorte son lecteur à la constance amoureuse.

Giuliano Ferretti, « Les thèses illustrées sous lAncien Régime, une lecture rhétorique »

La thèse illustrée, produit de lenseignement supérieur, est aussi lexpression dune sociabilité nobiliaire. Imprimée, elle sorne dimages et dallégories 444qui en font un objet de luxe, dautant quelle contient souvent une dédicace à un riche protecteur et relève dune rhétorique de léloge. La thèse de Pierre Bullion, soutenue en 1637 et dédiée au cardinal de Richelieu, contient un éloge construit des vertus du ministre, illustré par une composition iconographique à caractère allégorique.

Delphine Reguig, « “Jai voulu voir, jai vu”. Le théâtre comme type dans Athalie »

Faut-il admettre que la composition tardive dEsther et dAthalie ne signifie pas un quelconque retour au théâtre de la part de Racine ? Le projet neuf de « tragédie tirée de lÉcriture sainte » des années 1688-1691 donne à vivre une forme démotion qui demeure dépendante dune exploitation originale des ressources du théâtre comme spectacle. En faisant reposer la tragédie biblique sur une dialectique du voilement du visible et du dévoilement de linvisible, Racine, dans Athalie en particulier, a peut-être fait du théâtre le dieu caché de ses deux dernières tragédies.

Cécile Lignereux, « Les équilibres argumentatifs de lexpostulatio en contexte galant »

Les plaintes contenues dans les Lettres galantes de Madame*** (1691) relèvent dun des types de discours répertoriés par la tradition rhétorique, lexpostulatio. Intégrée au genre judiciaire, lexpostulatio a pour but de faire des reproches à celui à qui lon sadresse afin quil samende. Même si lépistolière se dispense de reproduire lintégralité des grilles argumentatives recommandées par les manuels, ses reproches nen mobilisent pas moins les étapes usuelles de lexpostulatio.

Thierry Herman, « La rhétorique entre caricature et hommage. Le procès dAstérix et Obélix dans Les Lauriers de César (Goscinny et Uderzo, 1972) »

La rhétorique judiciaire est-elle réellement moquée dans les trois pages que Les lauriers de César consacrent au procès dAstérix et Obélix ? Une première lecture pourrait le laisser supposer tant lactio oratoire, les formules convenues de lexorde, la puissance du pathos sont soulignées jusquà la caricature. Mais lartifice rhétorique ne constitue pas un démembrement de la rhétorique, loin de là : par-delà lartifice dénoncé, on peut y voir un hommage à la fonction persuasive.

445

Michel Hochmann, « Annibal Carrache, peintre universel »

La littérature artistique sest largement inspirée de la réflexion de Cicéron sur le genre déloquence le plus parfait. On en trouve un écho dans la notion dartiste universel, une qualité qui fut attribuée à plusieurs peintres, comme Michel-Ange, Raphaël, ou encore Annibal Carrache (1560-1609), proposés tour à tour comme modèles absolus aux artistes et aux amateurs. Cest à ce dernier que sintéresse plus particulièrement larticle, à travers les commentaires qui lui ont été consacrés.

Catherine Vermorel, « Poser la main sur soi dans le portrait peint de la Renaissance italienn »

Apparaissant dans les portraits vers 1482 sous le pinceau de Botticelli, la main qui se pose sur la poitrine a la polysémie dun geste probablement usuel, relevant de la conciliatio. Sous le pinceau de Giorgione, il peut témoigner dune émotion artistique. La main glissée dans la veste deviendra au xviie siècle un témoignage de savoir-vivre masculin. Sil permet aux épouses de se désigner, cest dans les portraits masculins quil devient un appel de séduction, probablement homo-érotique.

Estelle Doudet, « Regarder Rhétorique. Images et visions au tournant des xve et xvie siècles »

Partant de lhypothèse que « la rhétorique est un regard » (Francis Goyet), larticle explore les discours et les images qui, vers 1500, ont tenté de donner à voir la rhétorique et de regarder à travers elle. La tradition iconographique de la rhetorica est confrontée aux nouvelles réflexions des orateurs français sur la puissance du regard que permet dacquérir lart de léloquence, à partir de lexemple des textes et des illustrations réalisés de 1463 à 1510 pour Les Douze Dames de Rhétorique.

Ellen Delvallée, « Natura, ars, imitatio. De la Complaincte de la mort de maistre George Chastellain de Jean Robertet à La Plainte du Désiré de Jean Lemaire de Belges »

De Robertet à Lemaire, les concepts de natura, dars et dimitatio glissent et se réarticulent. Létude de deux déplorations funèbres révèle que la natura 446est repensée de lun à lautre écrivain, entre préalable nécessaire à la vocation poétique et signe insaisissable dune singularité en construction. La part accordée à lars est en outre remise en exergue chez Lemaire, dans un scénario de succession fondé sur une imitatio qui écarte tout péril de froide copie pour favoriser lémulation.

Jean Lecointe, « La “Virgilienne prononciation”. La mise en voix de lÉnéide dans les narrations sentimentales au xvie siècle en France »

Les transpositions de lÉnéide dans les « romans sentimentaux » saccompagnent de commentaires rhétoriques centrés sur la notion de pathos et la pronuntiatio qui laccompagne. Les moyens mis en œuvre pour transcrire cette dernière sont divers : le phrasé oratoire, laccumulation de marques dénonciation, montrent de manière générale un travail doralisation qui, dans une logique conversationnelle qui léloigne du modèle épique, veut souligner la dimension affective, voire féminine, du discours.

Jean-Yves Vialleton, « Théâtre et dialogue chez Sébillet (1548), Laudun dAigaliers (1597) et Alexandre Hardy (1628) »

On comprend pleinement le sens et la cohérence de textes en apparence énigmatiques comme le chapitre sur le théâtre de lArt poétique de Sébillet ou lavis au lecteur du tome V du Théâtre dAlexandre Hardy, si lon noublie pas que, avant que simpose la référence à la Poétique dAristote, cest la définition par Platon du mode de représentation « mimétique », largement diffusée par le grammairien Diomède, qui sert à penser lécriture théâtrale à la Renaissance.

Sophie Hache, « La langue française est-elle musicale ? Réflexions à la suite dIsaac Vossius (1618-1689) »

En 1673, Isaac Vossius publie un traité polémique, intitulé De Poematum cantu et viribus rythmi : partant de lincapacité des Français à distinguer accents et quantités, Vossius dénie à leur langue toute propriété musicale. Les débats qui sensuivent mettent en jeu une réflexion sur la prosodie au nom de lexcellence de la langue française, à laquelle prennent part notamment François Charpentier ou labbé Dubos, et dont au milieu du xviiie siècle, Jean-Jacques Rousseau se fera encore lécho.

447

Anne Régent-Susini, « Convertir laversio ? Lapostrophe dans loraison funèbre »

Si lapostrophe savère si liée au genre de loraison funèbre, cest quelle y accomplit pleinement sa double potentialité : tout en produisant, sur le mode de la disjonction provocante et inattendue, un effet de sublime longinien, elle travaille également à lunification du discours et du monde ; en reliant dans une parole continuée et intensément adressée lici-bas et lau-delà, les vivants et les morts, elle institue lorateur en pivot vocal dun dispositif de médiations multiples.

Christine Noille, « Figuralités attentionnelles »

Nous proposons ici une théorie rhétorique de la figure. Notre hypothèse est que le point de vue attentionnel permet de redistribuer les différentes catégories de figures en trois régimes concomitants de figuralité pour toute figure, la figuralité par stylisation (ou configuration particulière), la figuralité par simulation et la figuralité par fiction.

Emmanuelle Danblon, « Postface. Le sublime de la rationalité et les audaces de lintelligence : hommage à Francis Goyet »

Lhommage à Francis Goyet se coule dans la chronologie des trois ouvrages majeurs du spécialiste de la rhétorique de lAncien régime : Le Sublime du lieu commun, Les Audaces de la prudence, Le Regard rhétorique. Mais il noublie pas lhomme et lami, dans sa générosité et sa clairvoyance, illustrées par un commentaire impromptu dun poème de Celan.

Article de collectif: Précédent 35/36 Suivant