Aller au contenu

Sommaire biographique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1222-6
  • ISSN: 2417-6400
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1434-3.p.0007
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 08/04/2014
  • Langue: Français

  • Chapitre d’ouvrage: 1/21 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
7
SOMMAIRE BIOGRAPHIQUE




1799

Naissance, à Tours, le 20 mai, d'Honoré Balzac, fils
du «citoyen Bernard-Fran~ois Balzac n et de la «citoyenne
Anne-Charlotte-Laure Sallambier, son épouse ». Il sera
mis en nourrice à Saint-Cyr-sur-Loire jusqu'à l'âge de

quatre ans. Il aura deux sæurs Laure, née en r 80 0,
et Laurence, née en r 802 ; un frère, Henri, né en r 80~.

1804

Il entre à la pension Le Guay, à Tours.

180

Il entre, le 2z juin, au collège des Oratoriens de Vendôme,
qu'il gsrittera, après un rigoureux internat, le 2z avril r 8r3.

1814

Pendant l'été, il fréquente le collège de Tours. En novembre,
il suit sa famille à Paris, rue du Temple.

1815

Il fréquente deux institutions du quartier du Marais,
d'institution Lepître, puis, à partir d'octobre, l'institution
Ganser et suit vraisemblablement les cours du lycée
Charlemagne.

8 i8~6

En novembre, il s'inscrit à la Faculté de Droit et entre,
comme clerc, chef Me Guillonnet-Merville, avoué rue
Coquillière.

r8i8

Il gr~itte, en mars, l'étude de M` Guillonnet-Merville
pour entrer dans celle de M`' Passe, notaire, ami de
ses parents et qui habite la même maison, rue du Temple.
IZ rédige des Notes sur l'immortalité de l'âme.

i8r~

Vers le I" a0rtt, Bernard-Fran~ois Balzac, retraité de
l'administration militaire, se retire à Villeparisis avec
sa famille. Honoré, bachelier en droit depuis le mois
de janvier, obtient de rester à Paris pour devenir homme
de lettres. Installé dans un modeste logis mansardé,
rue Lesdiguières, il y compose une tragédie, Cromwell,
qui ne sera ni jouée, ni publiée de son vivant.

i8zo

Il commence Falthurne et Sténie, deux récits qu'il n'achè-
vera pas. Le z 8 mai, il assiste au mariage de sa sueur
Laure avec Eugène Surville, ingénieur des Ponts et
Chaussées. Ses parents donnent congé rue Lesdiguières
pour le z~' janvier r8zr.

i82i

Le ze' septembre, sa soeur Laurence épouse M. de Mont aigle.
i8zz

Début de sa liaison avec Laure de Berny, âgée de quarante-
cing ans, dont il a fait la connaissance à Villeparisis
l'année précédente ;elle sera pour lui la plus vigilante
et la plus dévouée des amies. Pendant l'été, il s~ourne
à Bayeux, en Normandie, avec les Surville.

9 Ses parents emménagent avec lui à Paris, dans le Marais,
rue du Ivoi-Doré.

Sous le pseudonyme de Lord X'hoone, il publie, en colla-
boration, L'Héritière de Birague et Jean-Louis; puis,
seul, Clotilde de Lusignan. Le Centenaire et Le
Vicaire des Ardennes, parus la même année, sont
signés Horace de Saint-Aubin.

i8z3

Au cours de l'étê, séjour en Touraine.

La Dernière Fée, par Horace de Saint-Aubin.

i8z¢

Vers la ftn de l'été, ses parents ayant regagné Villeparisis,
il s'installe rue de Tournon.

Annette et le Criminel (Argow le Pirate), par Horace
de Saint-Aubin. Sorrs l'anonymat: Du Droit d'Aînesse;
Histoire impartiale des Jésuites.

i8z5

Associé avec Urbain Canel, il réédite les ouvres de Molière
et de La Fontaine. En avril, bref voyage à Alenfon.
Débrtt des relations avec la duchesse d'Abrantès. Sa
sueur Lararence meurt le r z août.

Wann-Chlore, par Horace de Saint-Arrbin. Sous l'ano-
nymat :Code des gens honnêtes.

z8z6

Le r`''~ jrràn, il obtient un brevet d'imprimectr. Associé
avec Barbier, il s'installe rate des Marais-Saint-Germain
(ar jourd'hui rue Visconti) . Au cours de l'été, sa famille
abandonne Villeparisis portr se fixer à Versailles.

t8z~

Le r p juillet, avec Laurent et Barbier, i1 crée rtne société
pour l'exploitation d'une fonderie de caractères d'impri-
merie.

10 182ô

Au début du printemps, Balzac s'installe r, rue Cassini,
près de l'Observatoire. Ses affaires marchent mal

il doit des liquider et contracter de lourdes dettes. Il
revient à la littérature : du r j septembre à la fin d'octobre,
il séjourne à Fougères, chef le général de Pommereul,
pour préparer un roman sur la chouannerie.

18z~

Balzac commence à fréquenter les salons il est reçu chef
Sophie Gay, chef le baron Gérard, chef Mme Hamelin,
chef la princesse Bagration, chef Mme Kécamier. Début
de la correspondance avec Mme Zulma Carraud gui,
mariée d rrn commandant d'artillerie, habite alors Saint-
Cyr-l'École. Le zy juin, mort de Bernard-François
Balzac.

En mars a paru, avec la signature Honoré Balzac, Le
Dernier Chouan ou La Bretagne en IRoo qui, sous
le titre définitif Les Chouans, sera le premier roman
incorporé à I,a Comédie humaine. En décembre,
Physiologie du Mariage, «par un jeune célibataire n.

1830

Balzac collabore à la Revue de Paris, à la Revue des
Deux Mondes, ainsi qu'à divers journaux: le Feuilleton
des journaux politiques, La Mode, La Silhouette,
Le Voleur, La Caricature. II adopte la particule et
commence à signer « de Balzac ». Avec Mme de Berny,
il descend la Loire en bateau (juin) et s~ourne, pendant
l'été, dans la propriété de La Grenadière, àSaint-Cyr-
sur-Loire. A l'automne, il devient un familier du salon
de Charles Nodier, à l'Arsenal.

Premières «Scènes de la vie privée » La Vendetta;
Les Dangers de l'inconduite (Gohseck) ; Le Bal
de Sceaux ; Gloire et Malheur (La Maison du Chat-

11 qui-pelote) ; La Femme vertueuse (Une double
famille) ; La Paix du ménage. Parmi les premiers
« contes philosophiques » :Les Deux Rêves, L'Élixir
de longue vie...

i83i

Désormais consacré comme écrivain, il travaille avec achar-
nement, tout en menant, à ses heures, une vie mondaine
et luxueuse, qui ranimera indéfiniment ses dettes. Ambi-
tions politiques demeurées insatisfaites.

La Peau de chagrin, roman philosophique. Sous l'étiquette
« Contes philosophiques v :Les Proscrits ; Le Chef-
d'~,uvre inconnu...

1832

Entrée en relations avec Mme Hanska, «l'Étrangère »,
gui habite le château de Wier~cho2vnia, en Ukraine.
Il est l'hôte de Jean Margonne à Saché (où il a fait
et fera d'autres séjours); puis des Carraud, qui habitent
maintenant Angoulême. Il est devenu l'ami de la marquise
de Castries, qu'il r joint en aoüt à Aix-les-Bains et

qu'il suit en octobre à Genève désillusion amoureuse.

Au retour, il passe trais semaines à Nemours auprès

de Mme de Berny. Il a adhéré au parti néo-légitimiste

et publié plusieurs essais politiques.


La Transaction (Le Colonel Chabert). Parmi de nou-
velles «Scènes de la vie privée » :Les Célibataires
(Le Curé de Tours) et cinq « scènes n distrnctes qui
seront groupées plus tard dans La Femme de trente
ans. Parmi de nouveaux «contes philosophiques • n
Louis Lambert. En marge de la future Comédie

humaine premier dizain des Contes drolatiques.

1833 :

Début d'une correspondance suivie avec Mme Hanska.
Il la rencontre pour la première fois en septembre à

12 Neuchâtel et la retrouve à Genève pour la Noël. Contrat
avec Mme Béchet pour la publication, achevée par 1~'erdet,
des Études de moeurs au xixe siècle qui, de r8jj à
rBjJ, paraîtront en doar~e volumes et qui sont comme
une préfiguration de La Comédie humaine (I à IV
« Scènes de la vie privée ». V à VIII : «Scènes de la vie
de province n. IX à XII : «Scènes de la vie parisienne »).

Le Médecin de campagne. Parmi les premières «Scènes
de la vie de province » : La Femme abandonnée; La
Grenadière; L'Illustre Gaudissart; Eugénie Grandet
(décembre) .

1834

retour de .Suisse en février. I.e ¢juin naît Marie du Fresnay,

sa fille présumée. Nouveaux développements de la vie

mondaine il se lie avec la comtesse Guidoboni-Visconti.
La Recherche de l'Absolu. Parmi les premières «Scènes

de la vie parisienne » Histoire des Treize

(I. Ferragus, r 8j j. II. Ne touchez pas la hache (La

Duchesse de Langeais), r833-r8j¢. III. La Fille aux

yeux d'or, r~F34-r83f.)


1835

Une édition collective d'Études philosophiques (r83 f-
r8¢o) conrnrence à paraître chef Werdet. Aar printemps,
Balzac s'installe en secret rue des Batailles, à Chaillot.
Arr vrais de mai, il r joint Mme Hanska, qui est avec
son mari à Vienne, en Autriche; il passe trois semaines
auprès d'elle et ne la reverra plus pendant hzrit ans.

Le Père Doriot (r8j¢-r8~ f). Melmoth réconcilié.

La Fleur des pois (Le Contrat de mariage). Séraphita.


x836

Année agitée. Le zo mai naît Lionel-Richard Gzridohani-
Visconti, qui est peut-être son fils naturel_ F.n juin,

13 Balzac gagne un procès contre la Revue de Paris au
sujet du Lys dans la vallée. Fn juillet, il doit liquider
La Chronique de Paris, gsr'il dirigeait depuir janvier.
Il va passer quelques semaines à Turin; au retour, il
apprend la mort de Mme de Berny, survenue le z~ juillet.

Le Lys dans la vallée. L'Interdiction. La Messe de
l'athée. Facino Cane. L'Enfant maudit (r83i-x836).
Le Secret des Ruggieri (La Confidence des Ruggieri).

i83~

Nouveau voyage en Italie (février-avril) :Milan, Venise,
Gênes, I ivaurne, Florence, le lac de Côme.

La Vieille Fille. Illusions perdues (début). César
Birotteau.

1838

Saur à Frapesle, près d'Issoudun, où sont fixés désormais
les Carraud (fëvrier-mars) ; quelques jours à Notant,
chef George Sand. Voyage en .Sardaigne et dans la pénin-
sule italienne (avril-mai En juillet, installation aux
Jardies, entre Sèvres et Ville-d'Avray.

La Femme supérieure (Les Employés). La Maison
Nucingen. 17ébut des futures Splendeurs et Misères
des courtisanes (La Torpille).

~83~

Balzac est nommé, en avril, président de la Société des Gens
de Lettres. En septembre-octobre, il mène une campagne
inutile en faveur du notaire Peytel, ancien codirecteur
du Voleur, condamné à mort pour meurtre de sa femme

et d'un domestique. Activité dramatique il achève

L'Ëcole des Ménages et Vautrin. Candidat à l'Aca-

démie française, il s'efface, le z décembre, devant Victor

Hugo, qui ne sera pas élu.


Le Cabinet des antiques. Gambara. Une fille d'Ève.

14 Massimilla Doni. Béatrix ou les Amours forcés.
Une princesse parisienne (Les Secrets de la princesse
de Cadignan).

r 840

Vautrin, créé le r¢ mars à la Porte-Saint-Martin, est
interdit le r6. Balzac dirige et anime la Revue Parisienne,
qui aura trois numéros (juillet-août-septembre) ; dans
le dernier, la célèbre étude sur La Chartreuse de Parme.
En octobre, il s'installe r9, rue Basse (aujourd'hui la
« Maison de Balzac », ¢~, rue Raynouard) .

Pierrette. Pierre Grassou. Z. Marcos. Les Fantaisies
de Claudine (Un prince de la bohème).

i84i

Le z octobre, traité avec Furne et un consortium de libraires
pour la publication de La Comédie humaine, qui
paraïtra avec un Avant-propos capital, en dix-sept
volumes (r8¢z-r8¢8) et un volume posthume (rBJf).

Le Curé de Village (r8~9-r8¢r). Les Lecamus (Le

Martyr calviniste).

z 84z

Le ry mars, création, à l'Odéon, des Ressources de Quinola.

Mémoires de deux jeunes mariées. Albert Savarus.
La Fausse Maîtresse. Autre Étude de femme. Ursule
Mirouët. Un début dans la vie. Les Deux Frères
(La Rabouilleuse).

r 843

Juillet-octobre s~our à Saint-Pétersbourg, auprès de
Mme Hanska, veuve depuis le ro novembre r8¢r;
retour par l'Allemagne. Le z6 septembre, création, à
l'Odéon, de Paméla Giraud.

Une ténébreuse affaire. La Muse du département.
Honorine.

15 Illusions perdues, complet en trois parties (I. Les Deux
Poètes, i 8~~. II. Un grand homme de province
à Paris, r8jy. III. Les Souffrances de l'inventeur.

a 84jl

r 844

Modeste Mignon. Les Paysans (début). Béatrix
(II. La Lune de miel). Gaudissart II.

r 845

Mai-août Balzac rejoint à Dresde Mme Hanska, sa
fille Anna et le comte Georges Mnis~ech il voyage avec
eux en Allemagne, en France, en Hollande et en Belgique.
En octobre-novembre, il retrouve Mme Hanska à Châlons
et se rend avec elle à Naples. En décembre, seconde
candidature à l'Académie francaise.

Un homme d'affaires. Les Comédiens sans le savoir.

z 846

Fin mars s~our à Rome avec Mme Hanska ;puis la
Suisse et le Rhin jusqu'à Francfort. Le r3 octobre, à
Wiesbaden, Balzac est témoin au mariage d'Anna
Hanska avec le courte Mnis~ech. Au début de novembre,
Mme Hanska met arr monde un enfant mort-né, qui devait
s'appeler Victor-Honoré.

Petites Misères de la vie conjugale (r8¢f-r8¢6). L'En-
vers de l'histoire contemporaine (premier épisode).
La Cousine Bette.

r 84~

De février à mai, Mme Hanska séjourne à Paris, tandis
que Balzac s'installe rue Fortunée (aujourd'hui rue
Bal~ac~ . I_e z 8 juin, il fait d'elle sa légataire universelle.
Il la r joint à Wier~chaurnia en septembre.

Le Cousin Pons. La Dernière Incarnation de Vautrin

16 (dernière partie de Splendeurs et Misères des courti-
sanes).

1848

Rentré à Paris le ri février, il assiste aux premières journées
de la Révolution. La Marâtre est créée, en mai, au Théâtre
historique ; Mercadet, relu en août au Théâtre-Frangais,
n ÿ sera pas représenté. A la fin de septembre, il retrouve
Mme Hanska en Ukraine et reste avec elle jusqu'au
printemps de r8fo.

L'Initié, second épisode de L'Envers de l'histoire con-
temporaine.

r 84~

Deux voix à l'Académie francaise le rr janvier (fauteuil
Chateaubriand) ; deux voix encore le z 8 (fauteuil
Ilataut) . La santé de Balzac, d~à éprouvée, s'altère

gravement crises cardiaques répétées au cours de
l'année.

i 850

Le z¢ mars, à Berditche~, il épouse Mme Hanska. Malade,
il rentre avec elle à Paris le z o mai et meurt le r 8 août.
Sa mère lui survit jusqu'en r8r¢ et sa femme jusqu'en
r 88z. San frère Henri mourra en r 8ï 8 ; sa s¢ur Laure
en z87z.

1854

Publication posthume du Député d'Arcis, terminé par
Charles Rabou.

1855

Publication posthume des Paysans, terminés sur l'initiative
de Mme Honoré de Balzac. Édition, commencée en z 8I j,
des ouvres complètes en vingt volumes par Houssiaux,
qui prend la cuite de Furne comme concessionnaire (I à

17 XVIII. La Comédie humaine. XIX. Théâtre.
XX. Contes drolatiques).

1856-1857

Prrhlication posthume des Petits Bourgeois, roman terminé
par Charles Kabou.

r86~-i8~6

édition défanitive des ouvres complètes de Balzac en
vint-quatre volumes chef Michel Lév_y, puis Calmann-
Lévy. Parmi les a Scènes de la vie parisienne n sont
rértnies pour la première fais les quatre parties de Splen-
deurs et Misères des courtisanes.