Aller au contenu

Christianisme & lettres profanes. Essai sur l’Humanisme français (1515-1535) et sur la pensée de Guillaume Budé

  • Type de publication: Ouvrage
  • Auteur universitaire: La Garanderie (Marie-Madeleine de)
  •  
  • Résumé: Panorama de la vie intellectuelle des vingt années (1515-1535) au cours desquelles s'accomplit — parmi les vicissitudes d'une histoire traversée par les ondes successives de la Réforme pré-calvinienne — la révolution culturelle que consacrera l'institution des «Lecteurs Royaux», ébauche du futur Collège de France. Au centre d'un tableau aux multiples personnages — Erasme, Germain de Brie, Nicolas Bérault, Christophe de Longueil, Noël Béda, Jérôme d'Hangest, etc. — le plus illustre des humanistes français, Guillaume Budé, principal artisan, par sa prodigieuse érudition et par son inlassable pression politique, de cette mutation. Toutefois cette description n'est que le dehors et le support d'une réflexion sur la problématique qu'implique la notion même de «Renaissance» comment, dans une chrétienté alors en quête de son propre ressourcement, et à l'heure du renouveau des lettres profanes, l'intellectuel — l'humaniste — pouvait il vivre les conflits inhérents à sa double culture? Une telle question (qui s'était posée jadis, en termes inverses, aux Pères de l'Eglise) met en jeu, bien au-delà des limites temporelles et des donnés définies ici, les sens mêmes de la vie philosophique, l'unité d'esprit de l'intellectuel, et, s'agissant du chrétien, son salut même. Or, tandis que les débats théologiques du temps et les déchirements qui s'ensuivirent en détournaient l'attention, Budé, en revanche, focalisa sur elle son regard. Assumant jusqu'à leurs extrêmes exigences et la science profane (qu'il voulait encyclopédique) et la science des «choses de Dieu» (qu'il élevait vers les cimes de la contemplation), il élabora pour y répondre la notion de transitus — passage, ou plutôt consécration — de l'hellénisme au christianisme. Seconde édition — mise à jour et notablement augmentée — d'une thèse soutenue en Sorbonne en 1975, ce livre soumet à une minutieuse analyse littéraire nombre de textes néo-latins ou mal connus. Il initie à la rhétorique tendue et savante et à la riche complexité de la pensée de Guillaume Budé.
  •  
  • Nombre de pages: 443
  • Année d’édition: 1995
  • Collection: Études et essais sur la Renaissance, n° 9

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-5715-9
  • ISSN: 2114-1096
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-37312-730-0
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 25/11/2006
  • Langue: Français
Support: Numérique

Ouvrage disponible uniquement en version numérique