Aller au contenu

Chronique

Accès libre
Support: Numérique
99
CHRONIQUE

COMPTE RENDU de l'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

du 11 juin 2011 en Sorbonne.


Présents Mmes V. Adam, S. Berrégazd et C. Griffejoen;
MM. J.-P. Chauveau, A. Génetiot, L. Grove et A. Lanavère. — 17 pou-
voirs reçus.

Présidence  : A. Génetiot; secrétaire de séance  : S. Berrégard.

Rapport d'activité et rapport moral (présenté par Alain Génetiot).
Alain Génetiot se félicite de la parution du numéro XXXII des Cahiers,
Textes /Images dans la poésie Louis XIII, dont la qualité est rehaussée
par de belles illustrations en couleurs et qui, malgré le décès de René
Rougerie, a pu bénéficier du travail de l'imprimeur Plein Chant. Aux
difficultés que l'Association a ainsi connues l'année dernière, et qui
l'ont conduite à devenir seul éditeur de la revue, s'est ajouté le manque
de disponibilité du trésorier, qui a obligé le Conseil d'Administration à
se réunir de manière exceptionnelle le lei avril, afin de confier la tréso-
rerie àConstance Griffejoen. Cette dernière espère recevoir prochai-
nement le dossier que détient encore son prédécesseur, Patrick Riard,
ce qui devrait contribuer à clarifier la situation. — Le 4 février s'est
tenue au Centre de Musique Baroque de Versailles une journée d'étude
consacrée à Tristan et la musique, dont l'organisation a été assurée par
Alain Génetiot, avec le soutien financier de l'Université de Nancy, à
laquelle il appaztlent. S'y sont succédées les interventions de Françoise
Graziani (Université de Paris VIII), Emmanuel Bury (Université de
Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Georgie Durosoir (Centre de
musique baroque de Versailles), Thomas Lecomte (Centre de mu-
sique baroque de Versailles) et Pierre Gatulle, ainsi qu'une lecture de
vers de Tristan par Olivier Schneebeli (Centre de musique baroque
de Versailles) et un concert d'airs de cour, offert par Sophie Landy
et Thomas Dunford. Cette journée a remporté un vif succès et fera
l'objet du numéro XXXIII des Cahiers, dont la publication est pré-
vue àl'automne. — Le travail considérable dont s'est chazgée Sandrine
Berrégard l'hiver dernier en l'absence de diffuseur (envoi des Cahiers
aux bibliothèques universitaires qui y sont abonnées, établissement des
factures) a montré à quel point il était nécessaire de trouver un nou-
veléditeur. Pour cela, Alain Génetiot s'est mis en rapport avec Claude
Blum, le directeur des Classiques Garnier, qui accepte d'imprimer et
de diffuser les Cahiers contre la somme de 1700 euros, largement cou-
vertepar la subvention de 2000 euros, que nous recevons chaque année
du C.N.L. Alain Génetiot lit le contrat, qui reçoit l'assentiment de tous,
même si certains points doivent encore être précisés  :qu'en est-il, par
exemple, de la mise en ligne des Cahiers, que la convention prévoit
également, mais qui suppose que les adhérents seuls puissent y avoir
accès ? Nous allons aussi proposer à Garnier de lui remettre les textes
fin mars-début avril, pour une publication fin juin, comme c'était le cas
autrefois. Si le principe des pages à découper est conservé, en revanche,

99

100 le papier de luxe ne sera plus réservé aux bienfaiteurs, mais utilisé pour
l'ensemble des exemplaires. Véronique Adam propose alors, en signe
de reconnaissance, que les bienfaiteurs soient cités dans les Cahiers.
Enfin, Laurence Grove remercie Alain Génetlot des démarches qui ont
permis l'établissement de ce contrat, lequel est adopté à l'unanimité,
tandis que Véronique Adam adresse ses remerciements à Sandrine
Berrégard pour le travail accompli cette année.

Rapport financier (présenté par Constance Griffejoen)

Le solde au 31 décembre 2010 s'élève à 11078,43 euros. Les recettes
sont de 3 548 euros et se repartissent de la manière suivante  :adhésions
et abonnements = 1548 euros; subvention du C.N.L. = 2000 euros.
Quant aux dépenses, elles s'élèvent à 1025,48 euros et se répartissent
de la manière suivante  :frais de gestion = 269,38 euros ;frais bancaires
= 12,50 euros; frais de promotion = 743,60 euros (c'est-à-dire  :Salon
de la Revue = 110 euros ; exemplaires offerts = 128 euros ; journée
d'études = 505,60 euros).

Le rapport financier est adopté à l'unanimité, et Alain Génetlot
remercie Constance Griffejoen d'avoir réalisé ce travail en dépit des
difficultés qu'elle a rencontrées.

Perspectives Alain Génetiot suggère que nous récupérions les
exemplaires des Cahiers que possède encore Rougerie, afin qu'ils
puissent être vendus, à l'occasion d'événements, comme les journées
d'études. —Alain Génetlot prévoit une participation au Salon de la
Revue, qui se tiendra cette année du 14 au 16 octobre à l'Espace des
Blancs-Manteaux à Paris, et, comme à l'accoutumée, l'Association par-
tagera un stand avec les Amis de Théophile Gautier. Jean-Pierre Chau-
veau assure une nouvelle fois de sa présence. — Le numéro XXXIV,
à paraître en 2012, sera dirigé par Véronique Adam, qui réunira des
articles sur la fiction romanesque, en rapport avec Le Page disgracié.
Elle a d'ores et déjà reçu l'accord de six auteurs, auxquels s'ajouteront
sans doute de jeunes chercheurs, qu'il reste encore àrecruter. — Le
numéro XXXV, quant à lui, sera issu d'une journée d'étude que Lau-
ra Rescia, de l'Université de Turin, se propose d'organiser autour du
thème  :Croyances, incroyances —qui permettra notamment de poser la
question du libertinage chez Tristan. La journée rassemblera des cher-
cheurs italiens et français, en particulier Jean-Pierre Chauveau, qui a
édité L'Office de la sainte Vierge, et Constance Griffejoen, qui vient
de soutenir à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines une
thèse sur le libertinage au xvrie siècle. Reste à déterminer les moda-
lités d'organisation  :l'Université de Turin pourrait payer le déjeuner
et mettre à disposition une salle de conférences, auquel cas les frais
de transport et d'hébergement seraient pris en charge par les univer-
sités françaises. Véronique Adam suggère que la journée se déroule
à l'Université de Grenoble, pour faciliter la venue de tous. Mais fina-
lement, après discussion, il apparaît que la solution la plus simple est
d'organiser la journée à Paris, à la Sorbonne ou à l'E.N.S., en février
2013, et de demander aux universités italiennes de financer le voyage de
nos collègues étrangers. —Constance Griffejoen indique qu'elle pour-


100

101 rait à son tour organiser une journée d'étude, sur l'expression des va-
leurs aristocratiques dans la littérature de l'époque Louis XIII. —Enfin,
Alain Lanavère renouvelle la proposition, qu'il avait déjà faite l'année
dernière, de réunir des spécialistes de Tristan dans une émission radio-
phonique de trois heures. Cinq rubriques sont retenues  : la biographie
de Tristan, la réception de l'aeuvre (en France et à l'étranger), le théâtre,
la prose et la poésie —l'idée étant de faire appel, pour chacune d'elles,
à deux ou trois personnes, qui agrémenteraient leurs analyses de lec-
tures de textes. Véronique Adam, Sandrine Berrégard, Jean-Pierre
Chauveau, Alain Génetlot, Françoise Graziani, Constance Griffejoen
et Laurence Grove seraient ainsi disposés à participer à cette émission,
dont l'enregistrement pourrait se faire àl'automne. —Laurence Grove
signale enfin une exposition quise déroule actuellement dans un musée
de Glasgow et qui a pour sujet les emblèmes, parmi lesquels figurent
ceux de Tristan.

Élection  : Le Conseil d'Administratlonprncède ensuite à l'élection
statutaire du bureau Alain Génetlot, président, Véronique Adam et
Laurence Grove, vice-présidents, Sandrine Berrégard, secrétaire,
et Constance Griffejoen, trésorière, sont reconduits dans leurs fonc-
tions respectives. Par ailleurs, à la demande de Jean-Pierre Chauveau,
Mazie-Odile Sweetser, qui a régulièrement rendu compte des Cahiers,
est élue au comité d'honneur. Enfin, la moitié renouvelable du Conseil
d'Administratlonest réélue à l'unanimité.

L'ordre du jour épuisé, le président lève la séance.

Sandrine BERRÉGARD















101