Aller au contenu

Avant-Propos

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0355-2
  • ISSN: 0241-9890
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3986-5.p.0007
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 06/02/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
7
Actes de la journée d'étude du vendredi 4 février 2011

TRISTAN ET LA MUSIQUE DE SON TEMPS


AVANT PROPOS

Après une journée d'étude consacrée aux rapports entre le
texte et l'image au temps de Tristan parue dans les Cahiers
2010, nous avons poursuivi notre exploration panoramique de
la culture du siècle de Louis XIII en nous intéressant aux rap-
ports entre la poésie et la musique. Ami du castrat Blaise Ber-
thod àqui il dédicace « L'Orphée  », le poème central de La Lyre,
auteur, comme Malherbe à la génération précédente, d'airs de
cour et de vers de ballets', témoin de l'introduction en France
du madrigal et de l'opéra italiens, Tristan gravite à la cour de
son mécène Gaston d'Orléans dans un réseau intellectuel liber-
tin propice aux artistes2. Dans un univers baroque italianisant
où s'invente la musique française et la théorie musicale mo-
derne avec L'Harmonie universelle du P. Mersenne, le premier
xvi~ siècle se pose avec la musique la même question huma-
niste qu'avec la peinture, celle du paragone, de la comparaison
des arts qui repose sur un ut musica poesis par analogie avec le
célèbre ut pictura poesis3.

Le rapprochement entre poésie et musique pose des questions
de poétique qu'Emmanuel Bury met en évidence en comparant
les genres littéraires aux modes musicaux contemporains dont
Tristan a tenté l'évocation dans « L'Orphée  ». Ce même poème
est lu par Françoise Graziani comme une allégorie de l'harmonie
à travers l'union de la poésie et de la musique tandis que Georgie
Durosoir étudie un cas de contrafactum qui transpose un récit
de ballet de Tristan en un poème à la gloire de la Vierge Marie.
Thomas Leconte revient quant à lui sur la contextualisation
des milieux libertins autour de Gaston en étudiant les recueils
d'airs à boire et à danser des années 1630-1650, lieux de pro-
pos satiriques et politiques en prise directe sur l'actualité. La
comparaison sociologique que fait Pierre Gatulle à propos de
l'identité d'auteur comparée entre un poète et un compositeur sur
les exemples de Tristan et Etienne Moulinié permet d'explorer
les instances de reconnaissance et de légitimation à l'âge d'or
du mécénat.

La présente livraison des Cahiers rassemble ainsi les Actes
de notre journée d'étude du 4 février 2011 qui s'est déroulée
au Centre de musique baroque de Versailles et pour la bonne
organisation de laquelle tous mes remerciements vont d'abord
à Catherine Cessac, directrice de l'UMR, et Julien Charbey,

7

8 administrateur délégué, qui nous ont accueillis gracieusement
dans labelle salle Lalande du CMBV, avec l'amicale complicité
d'Anne-Madeleine Goulet. Je remercie de même vivement le
Centre d'études littéraires Jean Mourot de l'Université Nancy 2
et le Centre national du livre qui ont subventionné la présente
publication. Ce dont les Actes ne peuvent malheureusement pas
rendre compte, ce sont des deux performances dont les auditeurs
ont été gratifiés ce jour-là  :Olivier Schneebeli, directeur musi-
cal des Pages et des Chantres du Centre de musique baroque
de Versailles, nous a fait l'amitié de lire les stances de Sénèque
dans La Mort de Sénèque (V, 1) et le célèbre « Promenoir des
deux amants » tour à tour en lecture moderne puis en diction
baroque, accompagné de Thomas Dunford au théorbe. Ce der-
nier est revenu accompagner au théorbe et à la guitare baroque
un concert d'airs de cour Louis XIII donné par la soprano So-
phie Landy-Cluzet, grande habituée de nos manifestations, que
je remercie elle aussi pour sa fidélité aux Amis de Tristan et qui
nous présente à la fin de ces Cahiers le programme du concert
qui a clôturé en beauté cette journée consacrée à la poésie et à
la musique.

Alain GÉNETIOT
Université Nancy 2


1 Voir Catherine Massip, « Tristan l'Hermite et ses musiciens  :quelques
jalons bibliographiques  », dans Cahiers Tristan L'Hermite, VI, 1984, p. 44-49  ;
sur les genres musicaux pratiqués par Tristan, voir Georgie Dumsoir, L'air de
cour en France (1571-1655) Liage, Mazdaga, 1991, et Les ballets de la cour de
France au xvi~ siècle ou Les fantaisies et les splendeurs du Baroque, GenBve,
Papillon, 2004.

2 Voir Claude K. Abraham, Gaston d'Orléans et sa cour : étude littéraire,
Chapel Hill, University of North Camlina Press, 1964 ;Georges Dethan, La vie
de Gaston d'Orléans, Paris, De Fallois, 1992.

3 Voirxvi~ siècle, n°245, octobre 2009, Dtpicturapoesis. Poésie etpein-
ture au xvi~ siècle, dir. Alain Génetiot et Emmanuel Bury; Etudes Epistémè,
n° 18, automne 2010, Ut musica poesis  ?Les relations entre poésie et musique
en Europe de la Renaissance au xvii~siècle, dir. Laila Ghermani.








8

Article de revue: Précédent 2/13 Suivant