Aller au contenu

Chronique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1191-5
  • ISSN: 0241-9890
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4012-0.p.0074
  • Éditeur: Rougerie
  • Date de parution: 07/12/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
74
CHRONIQUE


ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du 26 JUIN 2004 à la Sorbonne (biblio-
thèque Paul Hazard/Georges Ascoli).

Présents : Mmes V. Adam, F. Arnold, Y Bellenger, S. Berregard, I. de
Conihout, F. Graziani, F. Orwat.

MM. J.-P. Chauveau, B. Donné, J. Dubu, A. Génetiot, L. Grove,
G. Peureux, J. Prévot, P. Riard, G. Saba. — 59 pouvoirs reçus. — Prési-
dence : J.-P. Chauveau.

Rapport d'activité et rapport moral (J.-P. Chauveau)  ; — L'année a été
douloureusement marquée par la disparition subite d'Amédée Carriat
(10 janvier). J.-P. Chauveau veut se faire l'interprète de tous en expri-
mant son émotion; il dit combien il a été touché par les multiples témoi-
gnages de sympathie qu'il areçus. —Après lecture et approbation du
compte-rendu de l'assemblée générale du 27 juin 2003, rappel est fait des
activités de l'année écoulée. Une année qui a été mazquée par des chan-
gements dans la vie de l'association : conformément au vote de l'assem-
blée générale extraordinaire de juin 2003, le siège social de l'association
a été transféré de Tercillat à Janaillat, commune de la Creuse où Tristan
vit le jour en 1600 ou 1601, et où se sont déroulées plusieurs manifesta-
tions autour de Tristan (1984, 1994, 2001), à l'initiative d'Amédée Car-
riat et du maire, Yves Faury, lequel envisage pour 2005 une cérémonie
organisée en hommage à A. Carriat (voir ci-dessous). Manière de maz-
quer la volonté des Amis de Tristan de confirmer l'enracinement de l'as-
sociation dans la terre natale du poète. —D'autre part, Guillaume Peureux
assume désormais pleinement les fonctions —essentielles — de secrétaire,
tandis que Mathilde Bombait a succédé à Yvan Germain à la trésorerie.
Tous ces changements ont nécessité de multiples, et quelquefois longues
démarches administratives. — En octobre 2003, l'association a assuré sa
participation habituelle au Salon de la Revue, à l'espace des Blancs-
Manteaux àParis. Le C.A. s'est tenu normalement en mars : le dossier de
demande de subvention au CNL a été déposé comme prévu en avril; les
Cahiers n° XXVI (Nouvelles perspectives tristaniennes) ont été préparés
pour être diffusés parmi les adhérents à la date prévue. Vote : les rapports
d'activité et moral sont votés à l'unanimité.

Rapport financier (Guillaume Peureux lit le rapport établi paz
Mathilde Bombait, en l'absence de cette dernière, rapport établi à partir
des comptes arrêtés par Yvan Germain au 31 décembre 2003). —
Recettes : cotisations des adhérents : 89 « simples » à 15 Euros, et 40 de
soutien à 20 Euros, soit 2215 Euros; vente de catalogues : 48 Euros;
subvention du CNL : 2000 Euros. Soit au total : 4263 Euros. —Dépenses :
paiement à Rougerie(impression des Cahiers +achat de quelques numé-
ros)  :1884,53 Euros; frais pour la modification des statuts : 27,03 Euros;
frais de secrétariat et de tenues de comptes : 535,80 Euros; frais divers
(dont Salon de la Revue et Maison du Limousin)  :367,74 Euros. Soit


74

75 au total : 2815, 10 Euros. Ce qui fait pour 2003 un solde positif de
1447,9 Euros. Mais ce solde positif élevé tient à une erreur de Rougerie
de 1000 Euros dans sa facturation qu'il a fallu rectifier en 2004.

Situation actuelle, en juin 2004 : pour les recettes : actuellement
82 cotisations « simples », et 29 « bienfaiteur »; on attend la subvention du
CNL (2000 Euros demandés) ;pour les dépenses : il faudra compter avec
les 1000 Euros déjà réglés à Rougerie en correction de l'erreur sur la fac-
ture 2003, et les 100 Euros habituels du Salon de la Revue. Les frais de
secrétariat s'élèvent pour le moment à 108 Euros. À ce sujet, G. Peureux
suggère qu'on puisse faire des économies en remplaçant, quand c'est pos-
sible, le courrier papier par le mail. Dans le prochain appel de cotisation,
on demandera aux adhérents de fournir, s'ils en ont une, une adresse élec-
tronique. —Au total la situation financière est très bonne : au 15 juin 2004,
on a un solde positif de 5804,35 Euros (38074 F.), mais sans compter la
facture Rougerie pour 2004 à venir. Sur le livret A, on a 5781,38 Euros.
— Vote : le rapport financier est approuvé à l'unanimité.

Proiets : les Amis de Tristan seront présents au Salon de la Revue à
Paris en octobre prochain. D'autre part ils se sont proposés pour partici-
per, avec d'autres partenaires (la Société des Sciences de la Creuse, les
Amis de Rollinat...) à l'organisation, avec la municipalité de Janaillat,
d'une journée d'hommage à Amédée Carriat, probablement en 2005.
Les Cahiers XXVI, qui paraissent en ce moment, et qui prolongent
le n° XXV en hommage à A. Carriat, sont encore de grande étendue
(112 p.). Mais le CA, en accord avec Rougerie, a décidé de revenir, à
l'avenir, à des proportions plus réduites, et ce, notamment, à la faveur de
numéros thématiques, limités à 4 ou 5 articles, pour lesquels des sujets
on[ été propoosés pour les années à venir : le libertinage, l'image, la
musique, la tragédie et le tragique, les pouvoirs, les sciences, la religion,
les voyages... Pour commencer, il est décidé que les prochains Cahiers
(XXVII, en 2005) reprendront la réflexion sur Le Page disgracié : ce
numéro sera préparé par une journée d'étude, qui sera organisée à Paris
un samedi de janvier (coordinateurs : Alain Génetiot e[ Jacques Prévot).
Intervenants d'ores e[ déjà pressentis : Sandrine Berregard, Mathilde
Bombai, Florence Orwat et Magali Thenot (qui prépare un mémoire sur
le Page avec Françoise Graziani).

Conseil d'administration, Bureau : l'assemblée procède alors à l'élec-
tion de la moitié renouvelable du conseil d'administration. Sont réélus
à l'unanimité Mmes et MM. Adam, Berregard, Chauveau, Dandrey,
Donné, Graziani, Grove, Le Flao, L'Hermite, Niderst, Perouas, Serroy,
Spica. Est élue : Florence Orwat.

L'assemblée ayant terminé ses travaux, le conseil d'administration se
réunit et procède à l'élection de son bureau. Sont réélus à l'unanimité :
Jean-Pierre Chauveau, président; Françoise Graziani et Jacques Prévot,
vice-présidents; Guillaume Peureux, secrétaire; Mathilde Bombait, tré-
sorière.

L'ordre du jour étant épuisé, le président lève la séance.


75

76 TRISTAN OUTRE-ATLANTIQUE. —Les Amis de Tristan L'Hermite
se réjouiront d'apprendre que, grâce notamment à l'intervention et à la
diligence de notre amie Marie-Odile Sweetser, professeur à Chicago, les
publications récentes concernant Tristan (n° des Cahiers, Actes du col-
loque de Nanterre, ouvres complètes publiées chez Champion, édition
de La Mariane par G. Peureux, études d'A. Labenheim, et de James C.
Shepard (cf. la Bibliographie de nos derniers Cahiers) se trouvent toutes
recensées, à partir de 2004, avec mention des divers comptes rendus pou-
vant les concerner, dans French 17. An Annual Descriptive Bibliography
of French Seventeenth — Century Studies (publication éditée à Sonoma
S[a[e University, en Californie).

HOMMAGE CREUSOIS À AMÉDÉE CARRIAT. Le 5 août 2004,
dans le cadre agreste de ses « Jardins-Jeudis de La Spouze » (La Spouze
se situe à proximité de La Celle-sous-Gouzon, 23230), notre ami René
Bourdet a organisé une émouvante soirée en hommage à Amédée Car-
riat; soirée au cours de laquelle, entouré de talentueux comédiens et
chanteurs (Isabelle Tourbier, Jean-Claude Bray, Bernard Brun), il sut
faire revivre poèmes et chansons d'auteurs particulièrement appréciés
d'Amédée, comme Rutebeuf, Maurice Rollinat, Gaston Couté, et bien
sûr Tristan, et, couronnant le tout, quelques poèmes composés par Amé-
dée Carriat lui-même (textes tirés de Compagnie des Ombres, un recueil
écrit pour l'essentiel en Allemagne — il s'y trouvait à cause du STO — à
la fin de la guerre et publié en 1948).

LE SALON DE LA REVUE. Cette année encore, les Amis de Tristan
ont partagé un stand au Salon de la Revue (Paris, Espace des Blancs-
Manteaux, 16 et 17 octobre 2004) avec les Amis de Théophile Gautier
(lequel, curieusement — on le regrettera toujours — ne semble pas avoir
songé à intégrer Tristan dans la galerie de ceux qu'il appelait affectueu-
sement les « Grotesques », poètes « marginaux » du XVII° siècle en qui il
se plaisait à saluer les précurseurs des romantiques de 1830). Occasion,
là encore, d'évoquer le souvenir d'Amédée Carriat, fidèle fervent de ce
Salon de la Revue.

LES DIX-SEPTIÉMISTES EN DEUIL. Toute l'internationale univer-
sitaire — et au premier chef, celle qui regroupe les spécialistes de la
littérature française du XVII° siècle — a appris avec beaucoup de peine la
mort de Wolfgang Leiner, survenue à Tübingen, au terme d'une cruelle
maladie, le 8 février dernier, alors qu'il venait d'entrer dans sa quatre-
vingtième année. Ce n'est pas le lieu de retracer ici, même à grands
traits, la brillante carrière de celui qui, soit aux États-Unis (Seattle, Uni-
versity of Washington, entre 1963 et 1975), soit dans sa mère-patrie (uni-
versité de Tübingen, à partir de 1976), déploya une énergie et une
imagination peu communes surtout au service de la littérature française
du XVII` siècle. Outre la qualité et l'originalité de ses travaux personnels
(on citera notamment sa thèse, publiée en 1965, à Heidelberg, sur l'épître
dédicatoire : Der Widmungsbrief in der franziisischen Literatur, 1580-


76

77 1715), Wolfgang Leiner s'est révélé un merveilleux et généreux décou-
vreur de talents, un exceptionnel stimulateur de la recherche dix-septié-
miste. Concrètement, cela s'est exprimé à travers la création, en 1973,
des fameux Papers on French Seventeenth Century Literature et de leurs
compléments prestigieux, Biblio 17, et ouvres et critiques, et à travers le
lancement en 1978 de la collection des Études littéraires françaises,
outils désormais indispensables pour les chercheurs, soucieux de se tenir
informés, désireux aussi de se faire connaître par des publications. Beau-
coup de nos amis, Amis de Tristan notamment, ont ainsi pu profiter de
la générosité de son accueil, de son ouverture d'esprit et de la pertinence
de ses conseils. Au reste, le volume de « Mélanges » que lui offrirent
naguère ses amis et collègues ne pouvait être mieux intitulé que : Ouver-
ture et dialogue. Les Amis de Tristan n'oublieront pas que Wolfgang Lei-
ner leur avait fait l'honneur de bien vouloir présider, avec toute l'autorité
qui était la sienne, la séance d'ouverture du colloque international de
Nanterre consacré au poète en novembre 2001. Ils voudraient ici expri-
mer toute leur sympathie émue à son épouse, ainsi qu'à ses collègues
proches, notamment à l'équipe qui l'entourait dans l'entreprise des
Papers, qui, ils en sont sûrs, lui survivra.

Jean-Pierre Chauveau

DU NOUVEAU À PROPOS DE L'OFF/CE DE LA SAINTE
V/ERGS.

On sait que l'édition originale de ce recueil de vers religieux de
Tristan parut sous ce titre :

L'OFFICE DE LA SAWTE VIERGE, accompagné de Prieres, Medi-
tations et Instructions chrestiennes, tant en Vers qu'en Prose ; par
F. L'Hermite. Enrichy de Figures, dessinees par le S. Stella et gravees
à l'eau forte par A. Bosse. Paris, chez l'auteur, 1646.

Un exemplaire complet de cette édition originale, devenue rarissime,
est récemment passé en vente (Paris, Hôtel Drouot, 7 décembre 2004,
n° 89). Dans une reliure à grand décor contemporaine de l'édition, en
maroquin rouge mosaïqué, doublure de maroquin rouge, au chiffre non
identifié PD et CT, il est l'un des quatre exemplaires connus que j'avais
mentionnés dans le catalogue de l'exposition Tristan de la Bibliothèque
Mazarine, 2001, n° 44 (d'après sa description dans un catalogue de
vente, aussi à l'Hôtel Drouot, les 8 et 9 mars 1973, sous le n° 237).
L'illustration comporte le frontispice aux armes d'Anne d'Autriche,
14 planches, 20 vignettes et 3 culs-de-lampe de Jacques Stella gravés par
Abraham Bosse.

On se rappelle que le seul exemplaire actuellement connu en collec-
tion publique, celui de la Bibliothèque de l'Arsenal (8° T 2624), est
incomplet des pp. 57-62, 145-272, 393-396, 417-420 et de plusieurs gra-
vures. C'est dire tout l'intérêt de celui vendu en décembre dernier à
Paris. Faut-il regretter qu'il n'ait pas été acquis par une bibliothèque
publique ? Ce n'est pas certain : la reliure de ce joli exemplaire était trop
fragile pour qu'il puise être microfilmé sans dommage ; et cependant il
pourrait fournir d'éventuels compléments, ou, en tout cas des éléments

77

78 de vérification à l'édition établie, pour la publication des t~uvres com-
plètes chez Champion, par notre ami Jean-Pierre Chauveau à partir de
l'exemplaire de l'Arsenal, complété à l'aide d'un exemplaire d'une troi-
sième édition (la deuxième, de 1653, décrite autrefois par N.-M. Bernar-
din et par Fr. Lachèvre, est également introuvable en collection
publique), qui date, elle, de 1656 (actuellement consultable à la Biblio-
thèque Sainte-Geneviève, sous la cote : BB 1477 — Inv. 1640).

Isabelle de Conihout.
Bibliothèque Mazarine



























78