Aller au contenu

Chronique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1182-3
  • ISSN: 2262-2004
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4003-8.p.0062
  • Éditeur: Rougerie
  • Date de parution: 07/12/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
62
CHRONIQUE



ASSEMBLES GENERALE DU 8 JUIN 1995. —Elle s'est
tenue à l'université de Paris-VII, salle Raymond Las Vergnas, sous
la présidence de M. Jacques Moret, président de l'association.
Etaient présents M"" M. Michaud, MM. A. Carriat, J : P. Chau-
veau, P. Dandrey, B. Donné, A. Génetiot, J. Michaud, J. Morel.
S'étaient excusés M""' Y. Bellenger, M.-M. Erlevint, F. Graziani,
MM. A. Blanc, R. François, R. Guichemerre, L. de Meslon. —
Pouvoirs reçus 50.

Rapport moral. Après l'approbation, à l'unanimité, du procès-
verbal de l'assemblée générale du 9 juin 1994, le président J.
Morel se plaît à souligner la fidélité de nos quelque cent-
cinquan[e sociétaires. Depuis la précédente assemblée générale,
l'activité de l'association a été marquée 1" par une deuxième
journée Tristan L'Hermite à Janaillat, le 13 août 1994, qui a
connu le même succès que celle de 1984, grâce à la participation de
Jean-Marie Villégier, de Jean-Pierre Rossfelder et du Théâtre de la
Fontanelle, de Rémy Landy et l'Ensemble baroque de l'Ouest, —
2" par la présence de nos Cahiers au S' Salon de la revue (associé
au Salon du livre, au parc des Expositions de la porte de Ver-
sailles), lieu de rencontres et d'échanges, plutôt que de rentabilité
matérielle, — 3" par la publication du n° XVII des Cahiers, qui
paraissent ces jours-ci. Le président remercie ensuite le C.N.L.
de l'aide substantielle qti il continue de nous accorder, et, pour
l'acquisition de collections complète des C.T.L'H., le Collège de
France (M. Fumaroli) et l'université Stendhal de Grenoble (J.
Semoy). Il complimente les Editions Rougerie pour la demi-page
que Le Monde des li~~res du 2 juin vient de consacrer à leur activité
cinquantenaire.

Rapport financier. Présentés par le trésorier Jean Michaud, les
comptes d'exploitation de l'année écoulée se présentent de manière
incomplète, dans l'attente 1" de la subvention du C.N.L. non
encore encaissée (10 000 F) ; 2" de la facture Rougerie du n° XVII
des Cahiers, qui reste à établir. Chiffres provisoires. Recette
12 533 F (dont cotisations 10 722 F) ; Dépenses 3 524 F. Les
deux rapports sont approuvés à l'unanimité.

Conseil d'administration. Arrivent à expiration les mandats de
M"'^" Y. Bellenger, G. Mathieu-Castellani, A. blansau, et de
MM. Arnold, A._ Blanc, A. Carriat, J.-P. Chauveau, J. Dubu,
R. Guichemerre, J. Michaud, J. Morel. Les onze mandats sont
reconduits à l'unanimité.

Projets. 1° N° XVIII des Cahiers Tristan L'Hermite (1996)
il sera consacré à Tristan et la nature. Se proposent d'y contribuer
Françoise Graziani et Jacques Morel. Gisèle Mathieu-Castellani
s'offre à prendre contact avec Michel Chaillou, Anne Garetta,
Chantal Liaroutzos ; — 2° Exposition Tristan aux Archives dépar-
tementales de la Creuse (dir. Isabelle Maurin-Joffre) dans l'été
1995 ; — 3° Soirée Tristan à La Souterraine à l'intention des

62

63 élèves de l'école (concert) et du public adulte (causerie)  ; — 4° Par-
ticipation éventuelle au 6° Salon de la revue à la porte de
Versailles.


450 000 F POUR LE MANUSCRIT' DES PLAINTES
D'ACANTE. —Pour la troisième fois en cent ans, le manuscrit
des Plaintes d'Acante affrontait le feu des enchères, te 16 juin 1995,
à l'Hôtel George V (Tajan et Clavreuil commissaires-priseurs) il
a trouvé acquéreur pour la somme de 450 000 F. Lors de la vente
du S mai 1914, le Catalogue de livres rares et précieux de  !a
bibliothèque de feu M. Alphonse Willems, P., Leclercq, n° 203 bis,
p. 85-87, le décrivait ainsi « Manuscrit pet. in-4, de 23 ff. écrits
et l f. blanc, miniatures, soie grise brodée en fil d'argent, chiffre
couronné au milieu, entouré de fleurons, doubl. de soie saumon
imprimée, tr. dor. (Rel. anc.) ~. Il s'était vendu 2 160 francs.
Repassé en vente à Londres en décembre 1936 (Catalogue de la
vente Mensing n" 352), son acquéreur avait bien voulu le confier
quelques jours à Eugénie Droz, qui le photographia et, dans un
précieux commentaire (Le manuscrit des Plaintes d'Acante de
Tristan L'Hermite, l'auteur, 1937, 26 p.) en fit l'étude détaillée.
On savait depuis 1914 que Sylvie n'était pas « Mademoiselle d'Ars-
chot la jeune s, comme l'avait cru Bernardin, mais Eléonore
Fébronie comtesse de Berghe. Eugénie Droz révélait à son tour
qu'Acante n'était pas « Tristan L'Hermite lui-même s, mais que le
poète était le porte-parole de Frédéric Maurice de la Tour d'Au-
vergne, duc de Bouillon, neveu du prince d'Orange. C'est d'après
la plaquette d'Eugénie Droz que nous reproduisons la reliure et le
titre-frontispice. A regret, nous délaissons le portrait, par trop
défectueux, de Sylvie (le cartouche est illisible), bien qu'il diffère
sensiblement de celui qu'avait reproduit Jacques Thuillier dans les
C.T.L'H. VI, 1986, p. 25. — A. Carriat.


8 500 F POUR L'ORIGINALE DES AMOURS. — La librairie
René Cluzel, 61, rue de Vaugirard, 75006 Paris, a proposé dans son
dernier catalogue (n° 239, avril 1996, p. 47), un exemplaire de
l'originale des Amours (Billaine & Courbé, 1638  ; voir l'éd. 1.
Madeleine des Plaintes d'Acante, p. xxix) dans une reliure du
xvttt' siècle. Prix  : 8 500 FF. Reproduction du frontispice de Claude
Mellan à la fin du catalogue. — G. Banderier.


TRISTAN A FRANCE CULTURE. — Le 21 septembre 1995,
l'émission « Une vie, une oeuvres (9 h OS - 10 h 30), animée par
Jacqueline Kelen, a été consacrée à Tristan, avec la participation,
entre autres, de Jean-Pierre Chauveau, Jean Serroy et Amédée
Carriat.


UNE EPIGRAPHE APOCRYPHE  ? — On connaît le vers
signé Tristan L'Hermite qu'en 1925 Supervielle plaça en exergue
de Gravitations « Lorsque nous serons morts, nous parlerons de
vie s. Marcel Arland en avait souligné l'à-propos («  façon de mourir
à soi, qui permet de mieux éprouver et chanter la vie s, 1966, et
Gallimard Poésie, 1972) et aussi Etiemble (vers « qui résume assez

63

64 bien l'une des idées fixes de Supervielle s, Bibl. idéale, 1968). Un
doute pourtant avait effleuré Supervielle. Dans une lettre à son
ami Valery Larbaud, dédicataire de Gravitations, il écrivait le
14 décembre 1925 (voir le fac-similé dans ARPA, Revue de poésie
et de littérature, dit. Albert Fleury, 4` trim. 1995, p. 60, et le
texte intégral du paragraphe dans la toute récente édition en Pléiade
des ouvres poétiques de Supervielle)  : c Mon cher ami, ... Benoist-
Méchin ... me dit ce matin que le vers de Tristan L'Hermite (je
viens de souligner malgré moi de crainte sans doute qu'il ne soit
pas de cet auteur) lui a été communiqué par M. Kesser, professeur
à l'Université de Bonn. Celui-ci l'aurait trouvé dans Par deld le Bien
et le Mal... J'ai cherché cet alexandrin, un peu rapidement il est
vrai, dans l'édition de l'Hermite du Mercure de France (1909) a. Et
en vain de même le chercherait-on dans les recueils de Tristan — et
dans l'acte V de La Mort de Sénèque. Rien de tel non plus dans
le livre de Nietzsche. Conclusion de Michel Collot, maïtre d'o ;uvre
de l'édition de la Pléiade ce vers, Supervielle c a bien pu l'in-
venter en croyant le citer a... Amis de Tristan, lequel d'entre vous
éclairera notre lanterne  ? — A.C.


NOUVELLES DU BERCEAU MARCHOIS. — Du 10 juillet
au 30 août 1995, les Archives départementales de la Creuse ont
présenté une exposition c Tristan L'Hermite poète et dramaturge
de la Marches  :une quinzaine de vitrines et de panneaux rassem-
blant des éditions originales et autres éditions anciennes, des
rééditions modernes, des ouvrages français et étrangers consacrés
à l'écrivain, des documents divers (portraits, affiches, partitions
musicales, plans et cartes, montages didactiques, etc. — Le 20 oc-
tobre, à La Souterraine, l'école Tristan L'Hermite avait organisé
dans ses locaux 1° destiné aux élèves, en fin d'après-midi, un
concert donné par les Solistes Carlier (musique baroque et musi-
ques traditionnelles), 2" destinées su public adulte, en soirée, deux
causeries de Jacques Motel et de Jean-Pierre Chauveau, c Qui était
Tristan L'Hermite 7 Regards sur la vie et sur l'oeuvre a. La même
école mettait en chantier un atelier de pratique artistique, échelonné
sur le troisième trimestre scolaire, animé par le sculpteur Jean
Estaque c Expression sculpturale avec Tristan L'Hermite a.


DISPARITION. —Jacques Arnold, membre de notre conseil
d'administration depuis 1985, nous a quittés le 8 octobre 1995. Né
à Chelles le 6 juin 1912, professeur agrégé d'allemand, il avait
animé la revue de poésie Jointures et publié plusieurs recueils,
dont, chez Rougerie, Poèmes donnés, Métroscope, Filantes. A
Mm° Arnold et à leur fille Marianne, nous adressons nos
condoléances.


ADHESIONS NOUVELLES. — M. Alain Balsan, Chef-Lieu,
74150 Vallières. — M. Marek Baterowicz, romaniste et écrivain,
3/26, Borania St., Kensington (Sydney), NSW 2033, Australie. —
M. Jean Estaque, sculpteur, 23000 Savennes. — M. Marc Fumaroli,

64

65 Collège de France, 11, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris. —
Mm` Claudine Lacoste, Société Théophile Gautier, 22, allée des
Bergeronnettes, 34280 La Grande-Motte. — M. Louis Oliva, 10, rue
Jacques-Charpentier, 23300 La Souterraine. — M. Pierre Pasquier,
université Paul-Valéry, 3, rue Rebuffy, 34000 Montpellier. —
Mm° Fabienne Picoty, Les Chassagnes, 23300 Saint-Agnant-de-
Vetsillat. — M. Guy Vincent, 9, rue Pierre-Marie-Chapuis, 95320
Saint-Leu-la-Forêt.





























65

Article de revue: Précédent 9/10 Suivant