Aller au contenu

Chronique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-4002-1
  • ISSN: 2262-2004
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4002-1.p.0068
  • Éditeur: Rougerie
  • Mise en ligne: 29/12/2012
  • 1ère édition: 1995
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
68
CHRONIQUE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 9 JUIN 1994. —Elle s'est
tenue à la Sorbonne, salle Bourjac, sous la présidence de M. Jac-
ques Morel, président de l'association. Étaient présents M~ F.
Arnold, S. Dutreuil, C. Grisé, M. Michaud et MM. J. Arnold,
A. Carriat, J : P. Chauveau, P. Dandrey, J. Dubu, M. Dutreuil.
R. Guichemerre, M. L'Hermite, J. Mesnard, J. Michaud, J. Morel.
Excusés M~ N. Mallet, MM. D. Moncond'huy, J. Prévot, J.
Semoy. Pouvoirs reçus 64.

Rapport moral. Après avoir salué la présence de M~ Cathe-
rine Grisé, de l'université de Toronto, et celle de M. Massimo
L'Hermite, venant de Florence, le président déplore la disparition
de deux membres de notre conseil d'administration celle de
Stéphan Bouttet, brutalement décédé à 37 ans, wllaborateur assidu
de nos Cahiers, et celle de René Chatreix, à 92 ans, historien de
la Creuse. Il donne ensuite lecture du procès-verbal de l'assemblée
générale du 11 juin 1993, qui est approuvé à l'unanimité, et dit
sa satisfaction de voir l'association, entrée dans sa quinzième
année, poursuivre avec régularité ses activités. Il exprime ses
remerciements au Centre national du livre pour sa subvention au
titre de l'année 1994, et à l'éditeur Olivier Rougerie pour la
présentation du n° XVI des Cahiers, consacré à la politique dans
l'æuvre de Tristan.

Rapport financier. Les comptes d'exploitation, présentés par
le trésorier Jean Michaud, se résument à ce jour aux chiffres
suivants  :Recettes 13 979 F (dont cotisations 8 980 F) ; Dépenses
12 493 F (dont frais d'impression des C.T.L'H. 11 250 F)  ; Dispo-
nibilités sur C.C.P. 15 175 F. La proposition du conseil d'admi-
nistration du 25 mars de relever les cotisations à 75 F et 100 F
est adoptée à l'unanimité. De même les rapports moral et
financier.

Conseil d'administration. Sont reconduits à l'unanimité les
mandats de Mme' M. Bertaud, F. Graziani, MM. R. Boudard, P.
Dandrey, H. Gerbaud, J. Lagny, M. Lever, L. Pérouas, R. Rou-
gerie, J. Semoy. En remplacement de S. Bouttet et R. Chatreix
décédés, J : P. Chauveau propose le nom de M. Alain Niderst,
professeur à l'université de Rouen, nouvel adhérent  ; M. Massimo
L'Hermite, pressenti, accepte de faire partie du conseil.

Projets : l' N° XVII des Cahiers Tristan L'Hermite (1995)
il sera consacré à la réception de Tristan depuis la publication de
la thèse de Bernardin  : R. Guichemerre propose qu'on dise plutôt
c la fortunes ou ~ les fortunes ~ de Tristan. Ce serait l'occasion
de remémorer ses premiers serviteurs du début du siècle (sans
oublier Debussy, dit J : P. Chauveau), ceux qui l'ont réédité
wmme ceux qui depuis ont proposé des analyses nouvelles de
l'æuvre (sans oublier, dit J. Morel, la place de Tristan dans les
manuels scolaires). J.-P. Chauveau se chargera de rassembler les

68

69 collaborations. — 2° Deuxième journée Tristan L'Hermite à
Janaillat (samedi 13 août 1994). Le programme s'inspire de celui
de 1984, avec la participation assurée de Jean-Marie Villégier et
l'aide matérielle de la municipalité de Janaillat et de son maire,
M. Yves Faury, tout dévoué à notre entreprise.





DEU ?CIEME JOURNEE TRISTAN L'HERMITE DE JA-
NAILLAT (13 AOUT 1994). — La journée commence à 10 h 30
par une table ronde où se presse une centaine d'auditeurs. Après
son allocution de bienvenue, le président Jacques Morel donne la
parole àJean-Marie Villégier qui, riche de son expérience à la
Comédie-Française et au Théâtre national de Strasbourg, met
l'accent sur la modernité du théâtre « baroque s, qui « nous parle
d'un monde confus, coloré, violent, où la raison se cherche et
s'égare s. Si ce théâtre ne se satisfait guère d'un décor solennel
et d'alexandrins somptueux, la poésie, constamment présente dans
le théâtre de Tristan, est « une sauvegarde très sûre s. Puis Jean-
Pierre Rossfelder, qui nous avait offert en 1984 d'importants
extraits de La Mort de Chrispe, et nous prépare, dix ans après, à
accueillir des scènes de La Mnriane, nous communique sa joie de
voir ce théâtre, « creuset de la représentation de la vie passion-
nelle bien avant Racine s, conquérir enfin un public de plus en
plus fervent et nombreux en cette fin du xx~ sibcle. Après lui,
Mme+ Michèle Ducher et Bernadette Gerbaud, toutes deux ensei-
gnantes su groupe scolaire Tristan L'Hermite, inauguré à La
Souterraine le 28 novembre 1992, rappellent la participation en-
thousiaste de leurs jeunes élèves à cette commémoration  :quête
de documents, décoration des classes, lecture, commentaires et
récitation de poèmes et d'extraits du Page disgracié  ; une commu-
nion en poésie que ces jeunes n'oublieront pas. La réussite de
cette table ronde n'est pas sans toucher M. Faury, maire de
Janaillat qui, fier d'être natif du méme canton que Tristan, dit sa
joie d'avoir pu accueillir cette grande journée tristanienne et
l'exposition qui l'accompagne dans sa commune. — Marcel
Dutrcail.

Après un déjeuner très convivial, tenu dans un local muni-
cipal décoré d'une superbe reproduction d'une des planches ornant
la premii !re édition du Page disgracié, exécutée, à la demande du
Maire, par le jeune peintre .Eric Mayer, le public se transporte
â l'église où il peut entendre successivement Jean-Marie Villégier
et Jean-Pierre Rossfelder dire, avec le talent et la passion qu'on
leur connaît, des poèmes de Tristan et quelques pages du Page
disgracié  : l'Ensemble Baroque de l'Ouest (Anne Finet et Sophie
Landy, sopranos ; Rémy Landy. violon baroque ; Catherine Ra-
mona, basse de viole ; Jean-Marie Poirier, luth et théorbe) qui a
l'excellente idée d'enchâsser des airs de cour composés sur les
vers mêmes de Tristan dans un ensemble de pièces vocales et
instrumentales françaises, anglaises et italiennes, représentatives
de son époque ; enfin, les comédiennes Ursula Deuker et Muriel
Piquart qui, sous L direction de J.-P. Rossfelder, incarnent, dans

69

70 un climat de poignante retenue, Salomé et Mariane de La
Mariane. — J.-P. Chauveau.





tÉIJVRFS DE TRISTAN EN LIBRAIRIE. —Sont dispo-
nibles, sauf erreur 1° dans les Textes français modernes (diff.
Klincksieck), les éditions de Jacques Madeleine, Les Plaintes
d'Acante, La Mariane, La Mort de Sénèque, la Folie du sage,
Le Parasite ; — 2° dans les Textes littéraires français (Genève,
Droz) les éditions par Catherine Grisé des Vers héroïques et des
Lettres meslées ;par Jean-Pierre Chauveau de La Lyre ; — 3° chez
Meynier à Turin, l'édition par Daniela Dalla Valle de La Mort
de Chrispe ; — 4° les éditions du Page disgracié par Augusta
Dietrich (Kraus reprint, Millwood N.Y), par Jean Serroy (Presses
universitaires de Grenoble), paz Jacques Prévot (Folio classique) ;
— S° chez Rougerie le Choix de pages d'Amédée Carriat  ;
— 6° dans le volume de la Pléiade Théâtre du XVII° siècle, t. 2,
éd. Jacques Scherer et Jacques Truchet, La Mariane et La Mort
de Sénèque. —Ajouter deux plaquettes artisanales éditées par les
Amis de Tristan  : Le.s Amours dag Sr Tristan, éd. de 1662 (1984,
32 p., 30 F) et le Programme illustré de la journée de Janaillat
(1994, 16 p., 15 F).





QUAND JANS BATHORI CHANTAIT LE PROME-
NOIR. — s La s Grotte a est une des plus belles mélodies de
Claude Debussy ; il y faut un souffle sflr, une voix chaude à la
fois souple et timbrée (...) J'ai fait la première audition du
s Promenoir des deux Amants a aux Annales, accompagnée par
Claude Debussy et j'étais émue, je vous assure, mais c'est un beau
souvenir. a (Sur l'interprétation des mélodies de Claude Debussy,
Éditions Ouvrières, 1953, p. 25-26.)





ADHÉSIONS NOUVELLES. — Mme Christine BROUSSEAU,
1, quai Bourbon, 75004 Paris ; — M. Boris Dotvr~, professeur de
lettres, 14, rue Docteur-Bonhomme, 69003 Lyon ; — M. Gérard
DuQuESNF, agent communal, 23250 Janaillat ; — M. Pierre Dv-
ttr+rm, agriculteur, 23250 Janaillat ; — M. Robert Fx,+rvçois, Le
Clos-Paccard, 13, chemin de l'Abbaye, 74940 Annecy-le-Vieux  ;

70

71 — M~ Isabelle MICHAVn, docteur en chirurgie dentaire, 12, rue
Gustave-L.t Bon, 28400 Nogent-le-Rotrou ; — M. Alain NmERST,
professeur d'université, 40, boulevard de la Bastille, 75012 Paris  ;
— M. Jacques Pnévor, professeur d'université, 15, rue du Général-
de-Gaulle, 91410 Roinviüe-sur-Dourdan ; — M. Jean-Pierre Ross-
Fe~ax, Théâtre de la Fontanelle, S0, rue du Faubourg-du-Temple,
75011 Paris.






























71

Article de revue: Précédent 12/12