Aller au contenu

Chronique 1987

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1174-8
  • ISSN: 2262-2004
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3995-7.p.0082
  • Éditeur: Rougerie
  • Date de parution: 07/12/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
82
CHRONIQUE 1987

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 12 JUIN 1987. —Elle s'est tenue,
comme à l'accoutumée, au Centre d'étude des XVII° et XVIII° siècles, sous
la présidence de M. Jacques Morel, président de l'association (9 sociétaires
présents, 59 pouvoirs reçus).

Rapport moral. Après l'adoption à l'unanimité du procès-verbal de
l'A.G. du 13 juin 1986, le président se félicite de la fidélité de nos sociétai-
res, dont le nombre se stabilise aux alentours de 130. Il salue la sortie récente
du n° 9 des Cahiers, remercie Rougerie des qualités de son travail, et le C.N.L.
de l'aide qu'il continue d'apporter généreusement à l'association. Il adresse
des félicitations à J.-P. Chauveau pour son Anthologie de la poésie fran-
çaise du XVIlesiècle parue dans la collection "Poésie ", — à J. Tortel pour
l'obtention du Grand Prix national de poésie et l'hommage qui lui a été rendu
au Festival d'Avignon en juillet-août 1986, — à J.-M. Villégier pour sa mise
en scène d'Atys àl'Opéra-Comique, puis à Versailles. Il signale le montage
de La Mariane fait en avril par Gérard Desarthe au Conservatoire de
Paris, — la publication par " Biblio 17 ", supplément des PFSCL de W.
Leiner, d'une substantielle étude de Margaret Belcher, Bird Imagery in the
lyric Poetry of Tristan L'Hermite, — la soutenance récente, à Rennes, de
la thèse de Stéphan Bouttet.

Rapport financier. Présenté par le trésorier Jean Michaud, il fait état
de 118 cotisations acquittées à ce jour et établit ainsi les comptes pour l'année
écoulée  :Recettes 24.582,52 F (dont 7.218,55 F de cotisations et 5.000 F
de subvention du CNL) ;dépenses 10.008,05 F (dont 9.373 F pour l'impres-
sion des Cahiers) ;excédent 14.574,47 F (qui sera absorbé par l'impression
du n° double des Cahiers 1988). Le rapport financier, comme le rapport
moral, est adopté à l'unanimité.

Conseil d'administration. Douze mandats viennent à expiration (Mmes
Y. Bellenger, A. Mansau, G. Mathieu-Castellani ; MM. J. Arnold, A. Blanc,
A. Carriat, R. Chatreix, J.-P. Chauveau, J. Dubu, R. Guichemerre, P.
Menanteau, J. Morel). Ils sont renouvelés à l'unanimité.

Projets.

1) Le n° 10 des Cahiers sera consacré à Tristan et l'Europe de son temps
(relations de Tristan avec les Pays-Bas, l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne, la
Suède...) ; se proposent ou seront pressentis pour y collaborer Mmes D. Dalla
Valle, N. Bonvalet, A. Mansau, C. Rizza, MM. J.-P. Chauveau, J. Dubu,
M. Israel, J. Semoy. Ce n° 10 contiendra en outre une table récapitulative
des articles publiés depuis 1979 et la liste des sociétaires.

2) Une édition de luxe de La Mer, sur l'initiative de J. Mauriliéras, est à
l'étude avec l'illustrateur Mathieu-Marin. — J. Semoy s'est offert à réser-
ver une place à Tristan dans l'exposition sur La Hyre qui doit se tenir au
musée de Grenoble dans l'hiver 1988-1989.

3) Quant au projet d'acquisition de la cheminée de Janaillat aux armes des
L'Hermite, il doit être définitivement abandonné, le propriétaire en deman-
dant un prix déraisonnable.

La MARIANE DE DESARTHE. —Les quatre derniers soirs d'avril 1987,
au Conservatoire de Paris, les jeunes acteurs de l'Atelier ont joué La Mariane,
sous la direction de Gérard Desarthe. Pour Michel Cournot, enthousiasmé
par le spectacle, (Le Monde, 5 mai), ce fut là "une présentation de toute
beauté ". Et de louer tout à la fois le "parfait concert d'ensemble "des
apprentis acteurs, et les qualités du texte mis en scène  : " Desarthe a eu rai-
son de choisir Marianne pour faire travailler des étudiants acteurs, pour deux
raisons avant tout  :premièrement, cette pièce est écrite dans une langue fran-
çaise magnifique; des vers alexandrins vivants, dynamiques, colorés, trans-
parents et mystérieux, sensibles et sauvages (...). Et deuxièmement, cette
pièce est sans cesse une décharge, un déchaînement de réactions humaines

82

83 pures, d'instincts, d'élans passionnés, manifestés dans leur allant, avec génie,
comme sans parasites d'un métier ". On attend la reprise sur une grande
scène nationale, de cette première tragédie de Tristan, si méconnue encore,
dont le dernier montage, par Antoine Bourseiller, remonte à 1959.






UNE THÈSE SUR LA POÉSIE DE TRISTAN. — Le mardi 5 mai 1987,
à l'Université de Haute-Bretagne (Rennes-II), devant un jury composé de
MM. Jean Marmier, professeur émérite à l'Université de Rennes-II, Jac-
ques Morel, professeur à l'Université de Paris-III, Jean Rohou, professeur
à l'Université de Rennes-II, et Jean-Pierre Chauveau, maître de conféren-
ces àl'Université de Nantes, notre confrère Stéphan Bouttet a soutenu sa
thèse pour le doctorat de troisième cycle sur le sujet  :Les Poésies de Tris-
tan L'Hermite, Etude historique. Cette thèse, qui a obtenu la mention "très
honorable ", fera l'objet d'une publication dans la collection " Biblio 17 "
(Paris -Seattle -Tübingen).

AUTRES TRAVAUX.

— 1. A l'Université d'Alberta, en octobre 1987, Louis Card a consacré à
La Mer une maîtrise de traduction littéraire, sous la direction des profes-
seurs Philip Knight et Nicole Mallet.

— 2. A l'Université d'Aix-Marseille-I, Isabelle Collomb a choisi, pour sujet
d'une maîtrise en cours, sous la direction du professeur Pierre Ronzeaud,
l'étude de L'irrationnel chez Tristan L'Hermite.

— 3. Stéphan Bouttet prépare une édition critique et commentée de l'ceuvre
religieuse de Tristan (Office de la Sainte Vierge et autres pièces), à paraître
chez Droz, à Genève, dans la collection des "Textes littéraires français ".

DU CÔTÉ DE JEAN-BAPTISTE. — M. Jean-Pierre Lassalle, qui
anime à Toulouse les Cahiers Maynard, a découvert à la Bibliothèque muni-
cipale de cette ville un ouvrage qui semble avoir, jusqu'à ce jour, échappé
à la vigilance des bibliographes. II s'agit d'un Almanach /Journalier, /Pour
l'Année Bissextile 1664. / Tres exactement calculé sur le Meridien de Lyon,
/ &Pays circonvoisins, par Tristan /L'Hermite. / Où sont adjoûtées les
principales Foires du Royau-me de France, avec le feriat de la Souveraine
/ Cour du Parlement de Tolose. / (Vignette représentant un astrologue scru-
tant le ciel étoilé, avec la suscription typographiée Tristan L'Hermite) / A
Lyon, /Chez Paul Assié, en rüe Merciere / à l'Enseigne de la belle Fille.
Une fois de plus donc, Jean-Baptiste emprunte le pseudonyme de son
aîné, —sans pour autant occulter son souvenir  : M. Lassalle a repéré éga-
lement, dans la réédition de Paris (1661) de La Toscane Françoise, "Par
Messire Jean-Baptiste L'Hermite de Soliers, dit Tristan ", cette citation au
sujet d'Antoine Dani, marquis d'Attichi  : "Mon frere Tristan L'Hermite
a consacré à sa mémoire l'épitaphe suivante  : Ce garçon noble et gene-
reux... ", dont les dix vers figurent dans La Lyre, p. 156 (voir l'éd. J.-P.
Chauveau, p. 266).

LES FORGES D'ANTOIGNÉ (fin  ?). —Aucun exemplaire non plus dans
le fonds ancien de la Bibliothèque municipale du Mans. Faut-il désespérer
d'éclaircir un jour leur paternité  ?Nous publierons une autre fois les passa-
ges plagiés par le tout aussi mystérieux "sieur de Maulny " (Cf. Cahiers
T. L'H. IX, p. 50).

83

84 APRES TRISTAN  : MAIRET ET ROTROU.— Après avoir révélé au
public de la Comédie-Française les beautés méconnues de La Mort de Sénè-
que (Cf. CTLH VII), Jean-Marie Villégier a mis en scène, dans une copro-
duction de la Comédie de Caen et de l'Illustre Théâtre, Les Galanteries du
duc d'Ossonne, comédie de Mairet jouée à Caen du 19 au 28 novembre 1987
(Cf. M. Cournot, Le Monde, 8 décembre 1987), puis à Strasbourg, accueil-
lie ensuite par le Théâtre national de Chaillot, du 5 au 20 mai 1988. Quant
à la Comédie-Française, elle a représenté en alternance, du 27 février au I S
juin 1988, le Saint Genest de Rotrou, dans une mise en scène d'André Stei-
ger (lire le commentaire de notre président, Jacques Morel, dans la revue
Comédie-Française n° 166).

ADHÉSIONS NOUVELLES. —Louise-Marie BARTHÈS, 2, rue
Auguste-Chabrières, 75015 Paris. —Philippe CLEMENÇOT, éditeur, 13,
rue Neuve-Saint-Germain, 92100 Boulogne. —Françoise DUCLOS, 62, rue
Brancion, 75005 Paris. —Alain LANAVÉRE, professeur à l'Université de
Paris-IV et 65, rue de Tocqueville, 75017 Paris. —Claude PUECH, 10, rue
Villaret-de-Joyeuse, 75019 Paris.
























84