Aller au contenu

Avant-propos

Accès libre
Support: Numérique
9

Avant-propos

Créée en 2003 à Sarlat à l’initiative de Frédéric Inizan, l’association « Pour une maison d’écrivains dans la maison de La Boétie », rapidement transformée en Société des Amis de La Boétie, a pris l’initiative d’organiser à partir de 2004 à Sarlat les Rencontres Internationales La Boétie. Cette décision faisait suite à la parution en 2002, aux éditions Vrin, d’une édition du Discours de la servitude volontaire par Luc et André Tournon, accompagnée d’un ensemble d’études coordonné par Tristan Dagron, lequel allait très vite devenir un des artisans essentiels des Rencontres.

Ainsi, tous les deux ans environ, ces rencontres consacrées à l’œuvre de La Boétie et principalement au Discours de la servitude volontaire rassemblent chercheurs et enseignants venus d’horizons géographiques et disciplinaires très variés. Chaque édition des Rencontres est organisée par la SALB en partenariat avec des Universités et des laboratoires de recherche différents. Parmi les tout premiers chercheurs à avoir soutenu cette démarche, Tristan Dagron (Philosophie, ENS Lyon), Anne-Marie Cocula (Histoire, Bordeaux III) ou Olivier Guerrier (Littérature, Toulouse II) témoignent de la diversité des centres d’intérêt qui se croisent depuis bientôt dix ans à l’occasion des Rencontres.

Cette diversité commande le principe même qui préside au choix du thème de chaque édition des Rencontres : en effet, il ne s’agit pas de s’enfermer dans le Discours de la servitude volontaire pour, année après année, en répéter et en approfondir la minutieuse dissection ; il s’agit au contraire de choisir pour chaque édition un thème ou un problème dont l’œuvre de La Boétie offre un traitement complexe et articulé, pour en explorer toutes les facettes possibles : les racines anciennes et médiévales comme les prolongements modernes ou contemporains, les enjeux rhétoriques ou poétiques comme les questions morales ou politiques. Au fil des années, les Rencontres ont ainsi abordé le problème de l’inégalité (« Aux origines de l’inégalité », 2004), celui de la résistance

10

(« Démocratie, pouvoir, résistances », 2006), celui des rapports entre servitude et psychanalyse (« Servitude volontaire et psychanalyse », 2008), celui de la coutume (« La coutume : formes, enjeux et représentations », 2008), et enfin celui de l’amitié (« Amitié & Compagnie », 2010).

En saisissant ainsi le Discours de la servitude volontaire comme un carrefour de problèmes à partir desquels il est toujours possible de rayonner en amont comme en aval, et de multiplier les approches disciplinaires, les cinq éditions des Rencontres La Boétie tentent de rendre compte de la prodigieuse fécondité de ce texte qui n’a jamais cessé d’être actuel. Les actes de ces Rencontres, désormais disponibles aux éditions Classiques Garnier pour les deux dernières éditions, permettent de prendre la mesure de cet effort qui se poursuivra dans les années à venir.