Aller au contenu

Approximation et dérivation verbale des termes de couleurs
Une explication pragmatique cognitive

  • Type de publication: Article de revue
  • Revue: Cahiers de lexicologie
    2011 – 2, n° 99
    Lexique et philosophie
  • Auteur: Saussure (Louis de)
  •  
  • Pages: 133 à 150
  • ISBN: 978-2-8124-0339-2
  • ISSN: 0007-9871
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4146-2.p.0133
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Cahiers de lexicologie, n° 99
  • Date de parution: 12/12/2011
  • Année de publication: 2011
  • Langues: Français
  • Résumé: Cet article s’intéresse à un critère de Berlin & Kay (1969), relativement peu discuté, pour l’identification des termes « basiques » de couleur ; selon Berlin & Kay, les termes basiques ont une distribution morphologique spécifique. Leur exemple est la suffixation par –ish en anglais (grey, greyish) qui n’est pas autorisée par les termes non basiques. Nous observons à cet égard le comportement du français, tant en ce qui concerne la dérivation d’approximation en –âtre que la dérivation verbale (jaunir). Nous suggérons que la distribution observée en morphologie n’est que la conséquence de faits cognitifs, pragmatiques, liés d’une part à la conceptualisation des couleurs, à la fois rigide (donc non susceptible d’intensification, cf. Kleiber 2007) et couvrant un spectre, et d’autre part à la complexité d’inférences qui supposeraient une divergence entre spécification et approximation pour les termes de nuances précises qu’on tenterait d’approximer par –âtre et qui sont donc de mauvais candidats à une lexicalisation, ce qui se reflète également dans leur impossibilité presque générale de former des verbes.
  • Mots-clés: termes de couleur, pragmatique, cognition, conceptualisation

  • Article de revue: Précédent 9/20 Suivant

    • Version pdf
Disponibilité: Disponible Actuellement indisponible
Prix normal
Support: Numérique
Code de téléchargement
Le code que vous allez entrer est à usage unique. Vous ne pourrez pas l'utiliser pour télécharger une seconde fois cette contribution.
Nous vous conseillons d'enregistrer le fichier pdf sur un espace de stockage auquel vous avez un accès régulier (disque dur, clé USB, etc.).