Aller au contenu

Chroniques et comptes rendus

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0462-7
  • ISSN: 2262-0346
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4314-5.p.0203
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 27/08/2012
  • Périodicité: Semestrielle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
203
CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS


CHARLES SACLEUX (1856 - 1943)
Greatest of Swahili Lexicographerst


Charles SaCGEUx (1856-194.3) passa presque vi,rgt arts de sa longue vie comme
missionnaire chrétien en Afiigtre orientale, principalement dans la région Swahili du Sud. 1 !
consacra rote bonne partie de son temps d faire des études philologiques (et botaniques). Son
oeuvre linguistique fut couronnée, ers 19.39, pur la publication de son Dictionnaire Swahili-
Français, témoignage monumental de  !'érudition de l'auteur. Basées sur le Swahili de la ville de
Zanzibar, ses définitions —dont beaucoup sartt illustrées —donnent des dérivations dans la
mesure du possible et, chose plus importante, consignent toutes les variantes régionales. À tout
prendre, son oeuvre denteure (et en toute probabilité demeurera) le lexique du Swahili le plus
complet et faisant la pkrs haute autorité au monde.


There are Swahili lexicographers and there is SACLEUX. The purpose of this article is to
commemorate Charles SACLEUX on the fiftieth anniversary of his death (1943) and, at the saure
rime, to attempt a provisional assessment of his contribution to Swahili studies, and to Swahili
lexicography in particular. The assessment is "provisional" because his forthcoming entry in the
Dictiortrtaire de Biographie Frar :çaise will surely be the definitive biography — yet because the
Dictionnaire has only just reached the lester "J", and thus because one may reasonably presume
it will be several years before the appearance of entries under "S", an interim assessment seems
appropriate.

Swahili Lexicography

It is nos known when Swahili was first written ; what is certain is thai the earliest extant
Swahili manuscripts (all in Arabie script) date from the 12th~lgth century —some of these
being probably copies of much older work (ALLEN 1967). It is largely because of this
relative paucity of early texts chat a Swahili dictionary similar to the ROBERT Dictionnaire
historique de la langue française will, almost certainly, never be compiled.

While Arabie lexicography influenced the compilation of dictionaries in the languages of
some other Islamic peoples (e.g. Persian and Turkish), that was not the case with Swahili
lexicography —the first Swahili lexicon of substance dates from the second half of the
nineteenth century and was the compilation of J. L. KRAPF, a Christian missionary from
Wurtemberg (BENSON 1964). Thus Swahili lexicography celebrated its centenary only recently,

Cah. Lexicol, 1993-1, pp. 201-218

204

while the first real French dictionary appeared in 1539. There are a Humber of explanations for
such lace lexical development. The main reason is that Swahili-land has always been patvtioned
into numerous dialects (Swahili has had no unifying tex[ such as written Arabic has had). For
various non-linguistic reasons it was the Swahili dialect of Zanzibar tocan chat was favoured by
the waZu~igu "European-Christians" who, in the second half of the nineteenth century, extended
their hegemony throughout the mainland of East Africa.

Early years

Charles Ioseph SACLEUX was born in the village of Enquin, Pas-de-Calais, on 5 July
18562. He was ordained pries[ at the age of twenty-two and the following year entered the
Congrégation du Saint-Esprit (BRiAULT, 1947, 15).

In 1879 SACLEUX set Bail from Marseilles for Zanzibar3, where his community had its
East African headquarters ; here he remained for some monthsa. In due course he was
uansferred to the coastal tocan of Bagamoyos. Where he began a serious study of the Swahili
language "non seulement une langue riche, mais aussi une langue savante" (SACLEUX, 1939,
1093). Indeed, so serious was the young SACLEUX in his pursuit of the language that when the
Sultan of Zanzibar, Sayyid BARGHASH b. SA°tD, paid a visit to the Roman Catholic mission
station in Bagamoyo — "ce fut avec lui [SACLEUX] que Sa Hautesse tint conversation, faute de
pouvoir se faire entendre des aunes" (BRIAULT, 1947, 16  ; unfortunately, it has Hot yet been
possible to find a contemporary reference to verify [his anecdote).

However, ill-heaIth was a problem  : "Toujours malade à Zanzibar de fièvres dont il ne
peut se débarrasser, il sera probablement obligé de revenir en France l'an prochain [1884]. Ce
sera pour lui une occasion de revoir et de faire imprimer les ouvrages qui ont été préparés"6. In
fact it was Hot until 1886 chat SACLEUX visited France on his first time home leave "pour
rétablir sa santé et s'occuper en même temps de ]a révision du dictionnaire souahili-fiançais et
françai s-souahili"~.

The French-Swahili Dictionary

Soon after his return to Zanzibar from home leave SACLEUX crossed over to Bagamoyo to
"recueillir les débris de l'ancienne imprimerie abandonnée depuis 1882. Je serai de retour dans
une huitaine de jours et, pour janvier 1887, j'espère avoir achevé l'installation et voir fonctionner
notre pressé'$. About a year later (February 1888) SACLEUX wrote  : "Je me propose d'aller à
Bagamoyo, lorsque je pourrai le faire sans préjudice pour le dictionnaire. Aujourd'hui j'ai les
corrections de la l le feuillé'  ; (it seems likely that SACLEUX was in Zanzibar when the Getman
warship Leipzig bombarded "the native quarter" of Bagamoyo in October 1888  ; in any case, the
Roman Catholic mission on the outskirts of the tawn was never in any danger). In 1891 the
Bulletin noted  : "à l'imprimerie [in Zanzibar] un dictionnaire Français-Swahili est sous presse.
C'est un travail considérable, très complet, uès soigné, et qui ne peut être terminé que l'an
prochain"I~. From 1888 to 1891 SACLEUX himself supervised the printing of his manuscript

205

(SACLEUX 1891). He was elected a member of the Société de linguistique de Paris in 1894 —
presumably on the saength of the French-Swahili lexicon.

The bolanist

White SACLEUX is remembered primarily as a Swahili lexicographer, he was also keenly
interested in marrera botanical. For example, his Dictionnaire of 1891 ends with an Appendix
containing the narres of 1,520 plants to be found in Swahili-land (Zanzibar, Pemba, Mombasa,
Lamu, etc.). In 1930, for his work in the field of botany the Société bota,rique de France
awarded him the Prix Cando- ger. In 193 ?, to mark his contributions to scholarship, he was
awarded the Croix de la Légion d'Honneur.


The dialectologisi

In 1909 SACLEUX was awarded the Prix Volney for his study of Swahili dialects
(SACLEUX 1909). Although he omitted to desciibe the Swahili of Barawa — which is (or was) a
amati Swahili-speaking community on the southern Coast of Somali-land, a community
decimated in the early 1990s by internecine strife, andl although he also omitted a description of
the Swahili dialect of chiChifiuidi (spoken by a few familles South of Mombasa), and although
there have been very considerable developments in linguistic science since 1909, his study
remains, after three-quartera of a century, the most comprehensive general inuoduction to the
Swahili dialects. This work too was based on the Swahili of Zanzibar tocan but "la priorité
accordée ici au dialecte de Zanzibar ne préjuge en rien la question d'antériorité ou la pureté d'un
dialecte sur l'autre (SACLEUX, 1909, XXVI).

The great Swahili-French Dictionary

Shortly before his final departure from East Africa in 1898 SACLEUX was in Mombasa,
central Swahili-land, in connexion with community affaira. He seized that opportunity to revise
certain portions of the draft Swahili-French dictionary  : "j'ai trouvé ici un Mgunya (a native of
nathern Swahili-land] avec lequel je revois tout le dictionnaire pour le dialecte Kigunya,
dialecte très impliqué, très surchargé, mais très intéressant. J'en ai vraisemblablement pour
jusgü à la fin du mois. Je me suis enfin mis en rapport avec un indigène de Vanga [South of
Mombasa] avec lequel il me sera possible d'étudier le dialecte Kivumba, beaucoup moins
impliqué"lI. In fact the monumental Swahili-French dictionary — "le couron- nement de sa
carrière de savant" I2 —was not published for another forty years and it is reasonable to assume
that during this rime SACLEUX was putting the finishing touches to his great work.

SACLEUX's chef-d'oeuvre ("le complément nécessaire de ma Grammaire des dialectes
Swahilis") was published by the University of Paris as Volumes 36 and 37 in the series Travaux
et mémoires de l'/nstitut d'ethnologie (SACLEUX, 1939). The norm was kiUnguja, the Swahili of
Zanzibar tocan —the value of the dialect being, according to SACLEUX, "la situation privilégiée
de la ville de Zanzibar, dont la rade est restée, jusque dans ces dernières années, le centre
commercial de l'Afiique Orientale, tant que les sultans, qui y avaient établi le siège de leur

206

gouvernement, ont maintenu leur autorité, non seulement sur les îles, mais encore sur le
continent, jusque dans la région des Grands Lacs" (SACLEUx, 1939, 2). The origin of this dialect
slighty pre-dates the 1830s, in which decade the rider of Masqat transferred his capital from
Arabia to Zanzibar. As has already been observed, the Swahili dialect which evolved just before
the establishment of the new capital is the most recent and the least literary of the Swahili
dialects ; however it rapidly acquired significance as the language of commerce and as a lingua
franca throughout much of east and central Africa ;had the Dictio, :„aire Swahili-Français
merely recorded the Swahili of Zanzibar tocan it is certain chat the volume would not have
become the definitive Swahili lexicon —for it has been just chat for more than fifty years.
SACLEUX's tour de force was to record all major dialectal varian[s, and thus this erudite work
represents the language of all Swahili-land as it was spoken in the Tate 19th and early 20~h
century.

Another feature of SACLEUX's mastetpiece is chat, although it is not an encyclopaedic
dictionary, it nonetheless describes various cultural by-ways, details of which are either not to
be Pound elsewhere (at least, not in print) or which may be discovered but with difficulty. For
example, how many visitors to Swahili-land have had occasion to give or to receive a
kitaghalifa cha ha/ua  ? (SACLEUx describes this item as a "petit cornet tressé en folioles mica
d'hyphoene  :chaque cornet contient un losange de halt,a [an Arabian version of the Turkish
rahat loukoum, but without the coating of powdered sugar] pour la vente au détail" (SACLEUx
1939, 410). As the setious student of Swahili makes progress he will corne to regard his copy of
"SACLEUx" as indispensable.

There are Iwo main reasons why the great Dictiat,iaire Swahili-F,u, :çais is not more
widely used. First> SACLEUx devised a scheme of transliteration (based on the work of the
French phonetician l'Abbé Lean-Pierre ROUSSELOT, 1846-1924), a scheme which was never
adopted by German and English scholars. Before 1939, German-speaking students of Swahili
preferred the transliteration devised by the distinguished Africanisa Carl MEINHOF ; while
English-speaking students were divided between the schemes of w. E. TAYLOR (in Mombasa)
and Edward STEERE (in Zanzibar). Notwiths[anding, coming to terms with SACLEUX's method
of transliteration is worthwhile, since the 1939 Dictionnaire is an indispensable work of
reference and should never have been allowed to go out of print. The second reason why the
Dictionnaire Swahili-Français is not as widely used as it should be is chat while many scholarly
readers may have a working knowledge of French at the veiy least, most of those who may be
termed "general readers of Swahili" do not —and chus, for them, the treasures within remain
for ever inaccessible and unappreciated ; meanwhile the various prescriptive dictionaries of
standardized Swahili published by the Oxford University Press (in 1939, 1981 and 1992) are
widely used.

It is fruitless to speculate what SACLEUX's great lexicon might have been like had it been
compiled fifty years lacer, or what opinion SACLEUx might have had of subsequent lexicons
such as the Primary Tech, :ical Dictio,ta,y  : English-Swahili (ORLY, 1987), which essentially
records the innumerable lexical recommendations of various committees. Suffise it to say chat
SACLEUx would surely have noted the lexical approach of the Swahili people themselves who

207

do not, generally speaking, cteate neologisms to exptess scientific, technological and other
innovations, but cacher incorporate and adapt foreign words into the structure of their language,
thus "bank" gives bengi, "refrigerator" gives j'riji, "motos-car" gives n :otakaa, and so forth —
such words being accepted and used by all Swahili people, without the deliberations of a single
committee  !

An earlier lexicographes, Samuel )OHNSON, remarked  : "I am always lorry when any
language is lost, because languages are the pedigrees of nations"  ; serious students of Swahili
will be grateful, therefore, chat SACLEUX's energy, labour and knowledge have ensured for
posterity as complete a record as possible of the Swahili language. His Dictionnaire SH~ahüi-
Français was not (indeed could not be) the achievement of IBN MANZUR's Lisûn ai-~'Arab
(HAYwOOD 1965, ch. VII), or of Le grand Robert cle ta langue française, or of the Oxfa•d
Engüsh Dictiaia,y (the second edition on compact dise is surely one of the wonders of the
technological wordd). Yet amongst Swahili lexicons SACLEUX's Dictionnaire immediately
became and has temained the best available — "un incomparable instrument d'étude" (COHEN,
1940/1, 81). Again and again this grec[ synchronie lexicon records words which other lexicons
do not record. It may wel ! be chat it is no longer possible to compile a lexical Leviathan of
Swahili Swahili, i.e. the Swahili language as spoken by the Swahili people ; what cannot be
doubted is the fact chat when the Dictionnaire was published in Paris in 1939, colonial
administrators and Christia~ missionaries in East Africa had already taken control of Swahili,
altering the course of the language. More generally, every aspect of Swahili life has been in
decline since then (indeed, since the turn of the century)  : no palingenesis other chan religions
seems likely. It is an indication of the stase of Swahili lexicography that, as the years go by, it
becomes increasingly improbable chat SACLEUx's lexical achievement will be repeated, let clone

superseded.

The SACI,F,UX Papers

Sho,tly before the Nazis occupied Paris, SACLEUX (with others) was evacuated to Cellule,
and then to the Congrégation's houle in Grasse, on the Côte d'Azur13. After Germany's defeat,
tlte Community's archivist retutned to Paris. He wrote  : "So konnte ich bei meinem Besuch in
Paris buchst8blich keine Spur mehr von Sacleuxs Hintetlassenschaft sehen, weder im
Mutterhaus noch in Chevilly [south of Patis], ausser nativlich seine im Druck erschienenen
Werke" (BÜHLMANN, 1948, 31). It is probable that some of those documents related to Swahili.
From the surviving material (a couple of note-books and some correspondence) it is reasonable
to suppose that the destruction (or, just possibly, the loss) of SACLEUX's Nachlass is to be
regretted.

The Comorian Dictionary

Work remained to be dope even in se,iectute. SACLEUX Heves visited the Comoro Islands,
but he spent much lime and expended precious energy compiling a dictionary of the Comorian
language. He completed this task on 10 May 1943 (CHAMANGA & GUEUNIER, 1979). Six days
lacer, at the age of eighty-six, he died in Grasse (BRIAULT, 1947, 23-4).

208

Conclusion

Surprisingly, Swahili scholazs who have entered the Swahili mind have been few and faz
between ;one of these was SACLEUX. In this respect he was equalled, perhaps, by J. L. KRAPF
(1810-1881), by H. E. LAMBERT (1893-1967) and, in a class of his own, by W.E. TAYLOR (1856-
1927) — most appropriately described as "une autorité incontestablé' (SACLEUX 1939, 11).

As has been intimated above, SACLEUX's Dictionnaire Swahili-Français represents the
zenith of Swahili lexicography. Since the 1930s standardized Swahili has been, in the opinion of
this writer, the bane of Swahili studies ; rince 1939 no Swahili lexicon has been published
which adequately reflects the Swahili of first-language speakers ; their speech, moreover, is not
the Swahili taught in the schools, written in the newspapers, and broadcast by radio and
television. 1~e long-awaited Swahili dictionary of Ahmad Sheikh NABHA1vY14, himself a
walking Swahili dictionazy, may proue to be an exception to what has become the cule amongst
East African publishers — name(y, to pubiish Swahili lexicons of the standazdized language to
the exclusion of auwchthonous varieties. All in all, writers of and about Swahili who, during the
second half of the twentieth century, have advocated the standazdized speech have occupied the
centre stage of Swahili studies, while those. wishing to promote the Swahili speech of the
Swahili people have been relegated to the wings. As the years go by the Dictionnaire Swahili-
Frmiçais will probably be regazded more and more as the lexical ntemorial to the genius of a

language.

P. J. L. FRANKL*

Londres


Transcripts of material in the Archives des P.P. du St-Esprit appear with the permission of
the General Archivit, Chevilly, on behalf of the Congrégation.

The writer is deeply indebted to Dr David C. SPERLING for procuring transcripts of
archiva ! material located in Chevilly-Larue, Paris, and for reading a draft of the
manuscript.

The writer is also grateful to Professor H.J.G. GOD1N for much helpful advice.

NOTES

1. Bibliographical information relating to Swahili lexicons may be found in

a) Van SPAANDONCK (Marcel), 1965, Practical and Systematical Swahili
Bibliography  :1850-1963, Btill, Leiden,

b) MIONI (Albeno), 1967, "La bibliographie de la langue swahili  :Remarques et
supplément à la Swahili Bibliography de M. Van Spaandonck", in Cahiers d'Études
Africaines VII.

c) BOUCNEAU (Jacques), 1989, A Te,itative Linguistic Bibliography of Swahili
1964-1984, Ghent.

2. "États de personnel de la Congrégation  ;Tableau général des Pères", 1885, 579.

209

3. Bulletin Général de la Congrégation (Bulletin) tome XI, n° 130, Nov. 1879, p. 531. [[n
1887 the tille was shortened to Bulletin de la Congrégatia : ).


4. Letters from BAUR to DE COURMONT, Zanzibar 10, I, 1880 and 8, II, 1880 ;boîte 197-
A/I.

5. Bulletin, tome XI, n° 133, Avril 1880, p. 714.

6. Bulletin, tome XIII, n° 169, Nov. 1883, p. 56.

7. Bul/etin, tome premier (tome XIV de la collection complète), Paris, 1888, p. 606.

8. Letter from SACLEUX, Zanzibar 3, XI, 1886 ;boîte 197-A/II.

9. Letter from SACLEUX, Zanzibar 5, II, 1888 ;boîte 405-A/IV.

10. Btdleti,r, tome deuxième (tome XV de la collection complète), Paris 1891, 709.

11. Letter from SACLEUX, Mombasa 5, XII, 1897 ;boîte 197-A/IV.

12. "Chevilly  :Anniversaires", in Bulleri, : 1939, 1-2.

13. "Nécrologie  : Le P. Charles Sacleux", in Bulletin 1940-1946, 594-5.

14. Ahmad Sheikh NABHANY, Kandi ya Kiswahi/i "A Swahili classified Dictionary",

forthcoming.

REFERENCES

ALLEN (J. W. T.), 1967, "The Pre-European written Records of the Coast", a paper submitted
to the Conference on East Africa and the Orient, Nairobi.

BENSON (F.), 1964, "A Century of Bantu Lexicography", Afiica„ Language Studios V.

BRIAULT (M.), Juin/Juillet 1947, "Le P. Charles Sacleux, Le grand polyglotte africain (1856-
1943)", in Anales Spiritai,ies, 15-24. There are two photographe of SACLEUX between
pages 16 and 17.

BÜHLMANN (W.), 1948, "P. Charles Sacleux C. S. Sp., Missionâr und Wissenschaftlicher", in
Noue Zeitschrift fiïr Missio,tx~isse,rschaft/Nouvelle Revue de science missionnai,e IV, 17-

32.

CHAMANGA (M.) & GUEUNIER (J.-N.) eds, 1979, Le Dictionnaire Comorien-
Français/Français-Comorien de R. P. Sacleicr, 2 vol., Paris (Langues, cultures et sociétés

210

de l'Océan indien, n° 9)  ; a bibliography of SACLEUX's "ouvrages linguistiques" appears in

Vol. 1, 18-19.

COHEN (M.), 1940/41, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, III.

HAYWOOD (J.), 1965, Arabie Lexicogruphy, Brill, Leiden.

ORLY (R.), 1987, Primary Tech,iical Dictionary  : English-Swahili, Dar-es-Salaam, Institute of

Production Innovation &Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit.


SACLEUX (C.), 1891, Dictionnaire Français-Swahili, Mission des P. P. du Saint-Esprit,
Zanzibar &Paris (2nd edition, 1949, Institut d'ethnologie, Paris).

SACLEUX (C.), 1909, Grammaire des dialectes Swahilis, Procure des P. P. du Saint-Esprit,
Paris.

SACLEUX (C.), 1939, Dictio+u~aire Swahili-Français (Kamusi ya maneno ya kiswahili kwa
,l-ifaransa), Institut d'ethnologie, Paris.




ARCHIVES DE LA ,LEXICOGRAPHIE EUROPÉENNE

Nos lecteurs apprendront avec grand intérêt la récente initiative des éditions Harald
FISCHER d'Erlangen, qui est conduite sous la direction de Laurent BRAY dont tous les
historiens de la lexicographie française connaissent les importants travaux. Ces ARCHIVES
complèteront très utilement les fonds existant sur microformes qui ont connu beaucoup de
succès auprès des spécialistes et des bibliothécaires soucieux de préserver leurs fonds anciens.
Tel fut le cas, en particulier, de l'ensemble de dictionnaires français (140 ouvrages) faisant
partie des 400 tia-es de la collection des ARCH/VES DE LA LINGUISTIQUE FRANÇAISE
réalisée de 1972 à 1975 sous la direction de B. QUEMADA, avec la participation de l'AUPELF
et du CNRS I.

L'intérêt considérable porté aujourd'hui à l'étude de la tradition dictionnairique depuis le
XVIe siècle et, à travers elle, à l'élaboration de savoirs et de pratiques développés à l'échelle
européenne par les dictionnaiistes, justifie pleinement une telle entreprise. On appréciera tout
particulièrement lofait que chacune des reproductions de ces ouvrages sera accompagnée d'une

1. Archives de la Linguistique Fra~içaise, collection d'ouvrages relatifs à la langue

française publiés entre 1500 et 1900 (soit 900 000 p. environ reproduites sur

microfiches). Catalogue sur demande aux Éditions I.C.S., 23, avenue Villemain, 75014
Pazis.

Tél. 45 43 27 50. Fax  : 45 43 46 80.

211

introduction qui, non seulement enrichira les connaissances métalexicographiques acquises au
cours de ces dernières décennies, mais mettra le texte en valeur et en facilitera l'exploitation
scientifique. De plus, les premiers titres annoncés soulignent l'importance de ce nouveau
programme, puisqu'il s'agit de rééditions, ou même de premières éditions de documents rares,
difficilement accessibles, ou demeurés manuscrits.

Nous reproduisons ci-dessous le prière d'insérer, tel qu'il nous a été communiqué parle
responsable de la collection

Les progrès réalisés parla science métalexicographique des trois dernières décennies sont
considérables. Ainsi, les éléments et les structures, les statuts et les fonctions des ouvrages
de référence lexicographique ont pu étre décrits et systématisés. De méme, les grandes
lignes de l'histoire lexicographique européenne ont pu étre esquissées. Cependant une
description précise des différentes traditions lexicographiques européennes reste l'un des
desiderata de la recherche métalexicographique actuelle.


En reproduisant sur microfiches des ouvrages qu'il est généralement difficile de se
procurer dans les bibliothèques, la collection Archives de  !a lexicographie européenne
(ALE) se propose de contribuer 8 l'amélioration de nos connaissances d'histoire
lexicographique.

La collection Archives de la lexicographie européenne, lancée en 1992, comprend deux
séries. Dans la première (ALE i), intitulée Encyclopédies, sont reproduites des oeuvres-
clés de la lexicographie de choses européenne  :encyclopédies générales ou spécialisées

qui expliquent et décrivent l'organisation des connaissances humaines de leurs époques

respectives et qui sont devenues indispensables à notre compréhension des siècles
passés.

La deuxième série (ALE 2J, éditée par Laurent BRAY (Université d'Erlangen-
Nuremberg), est intitulée Dictionnaires. S'inspirant de la formule de Ferdinand BRUNOT
selon laquelle "l'étude des lexiques s'impose [...] à qui veut suivre l'histoire du lexique" (HLF
IIl)1. 81. 1909), l'éditeur se propose de mettre à la disposition des spécialistes des
ouvrages dont tes macro- et/ou microstructures sont susceptibles de faire avancer nos

connaissances étymologiques, lexicologiques ou métalexicographiques. Les dictionnaires

retenus, parus du 16e au 19e siècle, sont de différents types, de définitions ou de
traductions, monolingues ou bilingues. Ils ont tous en commun d'étre des repéres
importants de l'histoire lexicographique européenne. Les reproductions de dictionnaires
sont précédées de textes d'introduction.

Titres parus dans la série Dictionnaires

ALE 2ll  :Matthias KRAMER  : Le vraiment parj'ait dictionnaire roial, radical, etimologique,
sinonimique, phraseologique, &syntactique, fiançois-allemand. Das recht vollkommen-
konigliche Dictionarium Radicale, Etymologicum, Synonynilcunt, Phraseologicum, &
Syritacticunt, Frar :tzdsisch-Teutsch. Nuremberg 1712-1715.

212

ALE 2/2  : Giacomo PERGAMINI  : Il Memoriale della Lingua del signor Ciacomo Pergamino
da Fossomb~orte. Venise 1602.

AEL 2/3  : Matthias KRAMER  : Het Kor :inglyk Neder-Noog-Dtritsch ert lioog-Neder•-Duitsch
Dictionarium. Das Kônigliche Nider-Noch-Teutsch, und Hoch-Nider-Teutsch Dictio~tariunt.
Nuremberg &Amsterdam 1719.

ALE 2/4  : Christian LUDWIG  : A Dictionary Ereglish, German und French. Leipzig 1706.
Teutsch-Englisches Leiica~. Leipzig 1716.

ALE 2/5  : Levinas HULSIUS  : Dictinnaire François-Alemand et Alemand-François, non
paravant vert ni imprimé. Dictionarium Tetusch Frantzôsisch, und Frantzôsisch Teutsch. Vor
diseur niemals gesehe~i Hoch gedruckt. Reproduction des première ec troisième éditions.
Nuremberg 1596, Francfort 1607.

ALE 2/7 Levinas HULSIUS  :Dictionarium Teutsch-Italiünisch, trrtd Italiünisch-Teutsch.
Francfort 1605.

Titres à paraître dans la série Dictionnaires dans le courant du premier semestre 1993

ALE 2/6  : John MINSHEU  : A Dictio~iurie in Spanish and English. NoH~ enlarged by
J. Mirtshetr. Londres 1599.

ALE 2/8  : Georg Friedrich MESSERSCHMID  : Vocahtrlatiunt, das ist  : Wôrterbtrch Teutsch-
Italie,eisch, /taliertisch-Teutsch. Durlach 1625.

ALE 2/9  : Franz Jacob LEYS  : Le livre instructif, ou nouveau dictionnaire fi•ançois-espagnol.
Manuscrit. Altdorf 1721.

AI,E 2/IO  : Franz Jacob LEYS  : Dizionario ituliano-tedesco, Neues Teutsch-/talienisches
Wôrterbuch. Manuscrit. Altdorf 1732.

On obtiendra de plus amples informations à l'adresse suivante

HARALD FISCHER VERLAG, Theaterplatz 31, Postfach 1565, D - W 8520 ERLANGEN

213

Nous avons le plaisir d'annoncer ]a nouvelle publication dans la collection Unichamp
aux Éditions Honoré Champion, 7, quai Malaquais, 75006 Paris, de deux ouvrages
fondamentaux de Charles MULLER

-Initiation aux méthodes de la statistique linguistique, ISBN 2-85203-270-8, 1 vol. in-
8, 198 p., br. 90 FF

- Principes et ~néthodes de statistique lexicale, ISBN 2-85203-238-4, I vol. in-8, 206 p.,
br., 90 FF.

Ces manuels d'initiation à la statistique linguistique affrontaient une double difficulté.
Linguistes et littéraires, en général, sont peu familiarisés avec la mathématique, donc mal
préparés à l'emploi de l'outil statistique. En outre, le langage et les langues, surtout dans leurs
formes littéraires, semblent rebelles aux prévisions du calcul des probabilités et à toute analyse
quantitative. N'est-il pas aussi absurde qu'impie de décrire le vocabulaire d'un poème à l'aide de
formules algébriques  ?

Ces ouvrages du Professeur Charles MULLER sont le fruit de son expérience
scientifiyue et de sa pratique pédagogique. Son enseignement a orienté de nombreux
chercheurs, dont il a suscité et dirigé les travaux dans cette jeune discipline. Ses publications et
ses conférences dans divers pays ont fait notablement progresser la linguistique quantitative, et
ont inspiré de nombreuses recherches.

lieux manuels qui, par la clarté de leur conception, ont réconcilié les Lettres avec les
Chiffres.

214

DIPLOME EUROPÉEN DE LEXICOGRAPHIE

(UNIVERSITÉ DE LILLE III -FRANCE)


L'URA SILEX (Unité de Recherches Associée au CNRS DO 382) propose une
préparation au Diplôme Européen de Lexicographie (DEL), en relation avec d'autres centres
européens.

Finalité

Le DEL offre une formation à visée professionnelle de haut niveau dans les domaines de
la lexicologie appliquée (lexicographie, industries de la langue).

Niveau de recrutement

• Maîtrise de lettres ou de langues ou diplôme équivalent  :les candidats doivent
satisfaire aux conditions d'inscription en DEA.

• DEA  :les étudiants sont dispensés des cours du tronc commun du DEA et peuvent être
dispensés du mémoire de recherche.

Durée des études

• 2 ans, comportant environ 200 heures de cours pour le DEL, un stage de 2 mois
minimun en relation avec la lexicographie et la rédaction d'un mémoire de recherche (qui peut
être celui du DEA).

[Les cours peuvent ëtre concentrés sur une seule année, mais le contrôle est échelonné
sur deux ans.J

• Deux modules au choix de la première année de ce diplôme peuvent constituer l'une
des options du DEA "Analyses et théories linguistiques". La deuxième année du DEL est un
diplôme d'université.

Programme de la première année

• Tronc commun du DEA (pour les étudiants en DEA)  :voir la brochure du DEA.

• DEL  : 5 modules

I.1. La typologie des dictionnaires et le marché lexicographique français (Michel
Glatigny et Pierre Corbin).

1.2. Informatique et lexicographie (Bruno Hémonnet, Ulrich Heid et Thierry
Fontenelle).

1.3. La représentation du sens dans les dictionnaires (Danielle et Pierre Corbin).
I.4. La structure des dictionnaires monolingues (Danielle et Pierre Corbin).
I.S. La stratification sociale du vocabulaire (Michel Glatigny).

• STAGE  :d'une durée de 2 mois minimum, à effectuer pendant les congés univer-
sitaires.

Programme de la deuxième année

5 modules

I.1. Histoire de la lexicographie (Michel Glatigny).

I.2. Lexicographie computationnelle (Uh7ch Heid}.

215

I.3. Lexicographie et linguistique (Anne-Marie Berthonneau, Danielle Corbin, Pierre
Corbin, Piene Cotte, Henri Porcine, Marleen Van Peteghem).

L4. Terminologie (Teresa Cabré).

L5. Lexicographie bilingue (Henri Béjoint).

NB  : la deuxième année pourra aussi êve préparée partiellement ou entièrement à
l'évanger dans le cadre Erasmus.

Calendrier et horaires 1993-1994

Les cours auront lieu du 28/10/1993 au 03/06/1994.

• Première m,née  :Tronc commun du DEA  :jeudi 17 h 30 - 19 h 30.

• Première et deuxième a,u+ée  :Modules L2., IL2., IL4 et ILS. du DEL  :les cours de ces
modèles seront dispensés sous forme de sessions intensives, en général le vendredi. L'horaire
sera précisé ultérieurement.

• Première et deuxième année  :autres modules du DEL  : le jeudi.

Le Diplôme Européen de Lexicographie (DEL) est une formation de haut niveau dans le
domaine de la lexicologie fondamentale et appliquée.

Il a pour finalité professionnelle la préparation aux métiers des industries de la langue,
pour lesquels n'existaient jusqu'alors aucune formation spécifique  :lexicographie imprimée et
computationnelle, vaitement automatique des langues natwelles, terminologie, terminographie,
néologie, etc.

Corrélativement, il constitue une formation de 3e cycle complémentaire pour les
étudiants préparant une thèse dans les domaines de la lexicologie, de la morphologie
dérivationnelle, de la sémantique lexicale ou de la lexicographie.

Le DEL, qui fait écho à une demande déjà ancienne des milieux professionnels, vise à
répondre aux besoins lexicographiques et terminographiques contemporains, qui sont en pleine
expansion

- Les dictionnaires monolingues et bilingues sont des outils indispensables dans
l'enseignement des langues, dans les métiers de la traduction, dans ceux de la recherche et ceux
qui impliquent d'une façon ou d'une aune la rédaction de textes. Or, les spécialistes de l'étude
des dictionnaires et les lexicographes eux-mêmes s'accordent à considérer que les dictionnaires
existants, même dans les pays ayant une riche tradition lexicographique, présentent des défauts,
des lacunes, des insuffisances qui sont préjudiciables à leur destination  : on peut facilement
imaginer, par exemple, les incidences de définitions inexactes ou mal formulées, ou
d'équivalences fausses ou imprécises entre des termes de langues différentes. Ces carences sont
imputables pour partie aux conditions économiques de l'élaboration des dictionnaires, qui sont
le plus souvent des ouvrages à finalité commerciale produits en temps limité ;mais elles
tiennent aussi au manque de formation des lexicographes, qui, pour décrire le lexique d'une
langue, ne peuvent s'appuyer sur leur seul savoir-faire pratique, mais ont besoin d'outils
théoriques —principalement ceux de la linguistique —adaptés au type de dictionnaire qu'ils
élaborent.

- La construction progressive de l'Europe, communauté multilingue, permet de penser
que le marché lexicographique ne fera que croître dans le proche avenir, ce dont témoigne déjà
la multiplication récente des glossaires plurilingues.

216

- À l'échelle planétaire, les pays à tradition lexicographique faible ou inexistante ont des
besoins dictionnairiques de plus en plus importants.

- Les milieux professionnels les plus variés manifestent aujourd'hui des besoins
lexicographiques, terminologiques et terminographiques croissants. comme le montre
l'élaboration de lexiques spécialisés dans divers organismes et entreprises privés ou publics (en
France  :Agence Internationale de l'Énergie Atomique, Air Liquide, Chambre de Commerce et
d'Industrie de Paris, Conseil International de la Langue Française, Électricité de France,
Électronique Serge Dassault, IBM, Institut Français du Pétrole, etc.).

Les méthodes de la lexicographie évoluent, sous l'influence notamment de l'introduction
de l'informatique et des restructurations éditoriales, et doivent suivre le progrès des sciences
lexicologiques.

Trois centres universitaires agréés parla Communauté Européenne assurent actuellement
la préparation du DEL

- Le Dictionary Research Centre de l'Université d'Exeter, spécialisé en lexicographie,
et qui organise depuis plusieurs années des sessions intensives de lexicographie.

- Le Vakgrcep Lexicologie de l'Université Libre d'Amsterdam, spécialisé en lexicologie
computationnelle, engagé dans plusieurs programmes européens et collaborant avec les éditions
néerlandaises Van Dale.

- L'URA 382 du CNRS (SILEX) de l'Université de Lille III, seul centre français
spécialisé dans la recherche théorique sur le lexique et les dictionnaires.

Chaque centre a une orientation spécifique. Celle du centre anglais est plutôt historique
et pragmatique. Celle du centre néerlandais est computationnelle. Celle du centre français est à
dominante linguistique, à la fois théorique et pratique  :l'enseignement vise à appliquer le savoir
linguistique à la conception expérimentale de dictionnaires de types différents. C'est là sa
spécificité à la fois par rapport aux autres centres et par rapport aux diverses formations se
réclamant des industries de la langue.

Le DEL s'adresse aux étudiants désireux d'acquérir une formation de haut niveau dans le
domaine lexical (lexicologie et lexicographie), qu'ils envisagent ou non une insertion
professionnelle dans les domaines de la lexicographie ou de la terminologie. Il est accessible  :

- aux étudiants désirant préparer un DEA à l'Université de Lille III  ;

- aux étudiants préparant un DEA de linguistique dans une autre université française ;

- aux étudiants déjà titulaires d'un DEA de langue vivante, de littérature ou de linguis-
tique (sciences du langage) ;

- aux professionnels de la lexicographie désirant acquérir un complément de formation et
pouvant attester d'un niveau équivalent à la maîtrise.

1-Étudiants désirant préparer un DEA à l'Université de Lille III

L'option "lexicographie" du DEA "Analyses et théories linguistiques" est une partie de la
première année du DEL.

217

Les étudiants doivent être titulaires d'une maîtrise de lettres ou de langues ou d'un
diplôme équivalent. Ils doivent satisfaire aux conditions d'inscription en DEA.

Conditions à remplir pou obtenir le DEA

• Validation des cours du tronc commun du DEA

• Validation de deux modules au choix de la première année du DEL

• Rédaction et soutenance d'un mémoire de recherche.

Conditions supplémentaires àremplir polo obtenir le DEL

• Validation des trois autres modules de première année

• Validation des cours de la deuxième année du DEL

• Stage.

2 -Étudiants préparant un DEA dans une autre université française et étudiants
déjà titulaires d'un DEA

Ces étudiants sont acceptés dans la formation sur examen de leur dossier.

Leur formation en linguistique doit équivaloir au niveau de la licence.

Si leur mémoire de DEA porte sur un sujet en rapport avec la lexicographie et/ou la
lexicologie, ces étudiants peuvent êue dispensés de la rédaction du mémoire de recherche.
Conditionu d remplir polo obtenir le DEL

• Validation des cours de la première et de la deuxième année du DEL.

• Stage.

3 -Professionnels de la lexicographie

Si ces étudiants peuvent justifier d'une expérience de la lexicographie professionnelle
depuis au moins six mois, ils sont dispensés du stage.

Conditions d remplir polo- obtenir le DEL

• Validation des cours de la première et de ]a deuxième année du DEL.

• Rédaction et soutenance d'un mémoire de recherche.


Une brochure détaillée est disponible sur demande. Pour tous renseignements,
s'adresser à Danielle CORBIN (URA SILEX, Université de Lille III, B.P. 149, 59653
Villeneuve d'Ascq Cedex, France. Téléphone  : 20 33 61 32. Télécopie  : 20 91 91 71) ou à
Marie-France PILARSKI (Téléphone  : 20 33 61 33).

218

METRICH R., FAUCHER E., COURDIER G.

(Groupe Lexicographique de l'Université de Nancy ll)

Les Invariables difficiles. Dictionnaire allemand français des particules, connecteurs,

interjections et autres "mots de la communication",

Tome 1(aber-ausserdem), Nancy, Bibliothèque des Nouveaux Cahiers d'allemand

Collection "Outils", Vol. IU1.1992, 320 p.


Les dictionnaires d'apprentissage constituent un genre lexicographique désormais bien
connu, du moins dans les aires linguistiques française et anglaise, mais peu illustré en allemand.
Les dictionnaires d'apprentissage très sélectifs s'apparentent aux manuels et sont souvent de
dimensions modestes ou directement liés à une formations spécifique.

Ce n'est pas le cas de ce dictionnaire qui couvre "les mots de la communication", tels que
Jacques CHAURAND les nomme, ni mots lexicaux ni mots grammaticaux, et que la tradition
allemande dénomme "Partikeln", ces "petits mots" qui constituent un problème souvent négligé

dans l'enseignement de l'allemand, et pas seulement pour les francophones. Ce volume n'est que
le premier d'une série importante (seule la lettre A est couverte ici), dont l'achèvement est prévu
pour 1993-1994. Une seconde série, français-allemand, complètera celle-ci. Mais l'intérêt de
cette publication ne se limite pas au fait de proposer un outil qui comble effectivement une
lacune généralement constatée, caz la méthodologie adoptée est longuement exposée dans une
introduction finement articulée et azgumentée. C'est cet aspect que nous examinerons ici.

La centaine de pages que comporte l'introduction est plus qu'un mode d'emploi (fourni
paz la suite)  :une analyse lexicographique d'une démarche originale. S'agissant d'un type de
dictionnaire innovateur, ces réflexions ont un intérêt qui dépasse le sujet traité.

Les auteurs commencent par faire le point sur le traitement lexicographique de la
catégorie linguistique qui les concerne. Les dictionnaires généraux de langue comme les
quelques dictionnaires spécialisés réservent aux mots de la communication un traitement tout-à-
faitinadéquat et un nouvel outil s'impose. Mais ceci suppose une définition rigoureuse de cette
catégorie, lourde tâche compte tenu des analyses divergentes relevées dans les écrits des
linguistes allemands ou français. Les auteurs en fournissent une définition de travail et isolent
neuf sous-ensembles, selon des critères pragmatiques et syntaxiques (affinant par là même
certaines distinctions, comme celle entre modalisateurs et adverbes modaux, par exemple), et
selon leurs caractéristiques morpho-syntaxiques et prosodiques ainsi que leurs principales
fonctions de communication. Il n'est pas question cependant de refléter dans un dictionnaire la
pointe de la recherche linguistique dans le domaine, parcellaire, voire contradictoire, et en tout
état de cause trop complexe pour la consultation occasionnelle qui distingue l'ouvrage
lexicographique du manuel. Les auteurs adoptent une approche de dénominateur commun
capable de garantir une unité de consultation.

Ayant défini la matière linguistique qui fait l'objet de l'ouvrage, les auteurs décrivent en
détail comment ils la traduisent dans une réalité lexicographique.

219

Au niveau de la présentation de la nomenclature, seule une approche sémasiologique, et
donc alphabétique, garantit une organisation consultable. Les auteurs renoncent à regret à
l'onomasiologie, compte tenu des progrès qui restent à faire en analyse sémantique et
pragmatique. Cette recherche sera peut-être réalisée par l'équipe rédactionnelle elle-même, dont
un membre est le spécialiste français de la question. La question se posera à nouveau au
moment où il s'agira de "retourner" le dictionnaire en réalisant la version français-allemand,
puisque l'asymétrie formelle ne pourra être compensée que grâce à un classement selon les
fonctions de communication que remplit cette classe de mots en allemand. L'autre grand
problème de présentation générale est le dégroupement, qui reçoit ici une solution modulée,
posant une seule entrée principale par forme, avec le cas échéant des sous-entrées nettement
séparées selon des critères simples.

Au niveau de la structure des entrées, les auteurs présentent systématiquement sept types
d'information qui figurent dans chayue article. Dans l'introduction, chacun de ces types
d'information fait l'objet d'une analyse comportant une analyse linguistique des faits, une
exposition des difficultés de description et une justification des solutions lexicographiques
adoptées. Du point de vue de la métalexicographie, cette mise à plat de la démarche est
extrêmement riche en informations, contrepartie positive d'une édition de type non commercial.

Les sept informations yue comporte l'entrée et qui sont commentées ici sont la prosodie,
l'appartenance catégorielle, la syntaxe, le sémantisme, l'usage, les exemples et les traductions.
La prosodie s'impose du fait du caractère essentiellement oral des mots de la communication.
Les auteurs se résignent à une transcription minimaliste, s'en tenant essentiellement à
l'accentuation, en indiquant le sommet accentuel soit de la "particule", soit d'un autre élément de
la phrase lorsque la particule elle-même n'est pas accentuée. Les informations sur l'intonation
sont réduites au strict minimum (on parle exclusivement d'intonation ascendante), mais le fait
qu'un dictionnaire les prenne systématiquement en compte mérite d'être signalé.

Les auteurs nous préviennent que les classes grammaticales des mots de la
communication, lorsqu'elles sont abordées par les linguistes, sont variables et sujettes à
controverse. Dans le but de proposer une classification cohérente, l'équipe rédactionnel]e
invoque une série de critères objectifs (le caractère libre ou lié du mot, son autonomie
énonciative, son caractère intégré ou non intégré, l'incidence globale ou partielle de l'élément,
ainsi que son aptitude à occuper la position zéro ou la position première de la phrase),
permettant la répartition des éléments entre des classes connues (mot, phrase, adverbe,
conjonction, particule).

Les informations syntaxiques concernent "les types syntaxiques de contextes dans
lesquels il [le mot] est susceptible de figurer et d'autre part les positions qu'il peut ou ne peut pas
y occuper" (p. 58). Cette deuxième série d'informations se traduit par des abréviations assez
rares dans les dictionnaires mais, semble-t-il, admises par les germanistes français. Elles sont
reportées sur une fiche mobile qui peut être insérée dans le dictionnaire pour en faciliter la
consultation.

220

Les informations sémantiques comportent les types de contextes énonciatifs
(volontairement idéalisés ici) liés aux "particules", ainsi que les fonctions et les effets de sens,
où les limites entre langue et discours ne sont pas faciles à tracer. Les solutions adoptées ici sont
innovatrices du point de vue lexicographique.

Les informations sur l'usage concernent le registre, la distribution géographique ou
chronologique, bien que, dans le corps de l'ouvrage, celle-ci reçoive un traitement rapide, du fait
sans doute du caractère volontairement exemplaire des renseignements retenus. Les
cooccutTents privilégiés des mots de la communication sont mis en lumière dans cette section.

Les exemples, d'une richesse incomparable, constituent un point d'ancrage
particulièrement solide de ce dictionnaire. Ils sont le plus souvent attestés, extraits de corpus
écrits, oraux et écrits oralisés.

La traduction des exemples, généralement assurée par les auteurs, indique en gras, autant
que faire se peut, les équivalents des mots vedettes.

Le "mode d'emploi" à proprement parler prend la forme d'une vingtaine de pages roses.
Il comporte le résumé de la structure de l'article-type, une liste de signes et abréviations (pour
les utilisateurs étourdis qui égarent la fiche séparée), une "aide à la recherche", (en réalité un
guide des sous-ennées à choisir à partir des conditions d'emploi d'un mot), ainsi qu'un glossaire
d'une cinquantaine d'éléments du métalangage, procédé tout-à-fait exemplaire de la part de
lexicographes.

L'ouvrage que nous présente ici le Groupe Lexicographique de l'Université de Nancy II
est donc le fruit d'une mûre réflexion dictionnairique, et il rendra sûrement service aux
germanistes qui sauront se le procurer. Il est permis de penser, cependant, que l'ouvrage n'a pas
encore trouvé sa présentation définitive. Même si la série est rapidement achevée, sa
consultation en une dizaine de volumes ne sera guère aisée, sans tenir compte de la diffusion
trop resrreinte de ce genre de publication. Les auteurs parlent de CD-ROM en rapport avec
l'incorporation d'exemples oraux - tout à fait souhaitable par ailleurs, mais d'autres exploitations
des possibilités de ce support mériteraient d'être explorées, dont l'incorporation dans un
dictionnaire général bilingue, sous hype~texte, avec accès immédiat aux nombreux exemples qui
font une des grandes richesses de l'ouvrage.


John HUMBLEY

INaLF - CTN