Aller au contenu

Les Cahiers de Lexicologie

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0402-3
  • ISSN: 0007-9871
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4254-4.p.0005
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 27/08/2012
  • Périodicité: Semestrielle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
5
Les Cahiers de Lexicologie






En novembre 1957, nous définissions ainsi le programme du
Centre d'Etude du Vocabulaire français de Besançon

— contribuer au développement des recherches dans les diffé-
rents domaines touchant l'étude du vocabulaire français, par la
définition, la normalisation et la coordinatiôn des travaux ;

— assurer la liaison et la coopération entre chercheurs et
spécialistes des Universités françaises et étrangères ;

— favoriser le rapprochement, tant par les méthodes que par
les travaux collectifs, des différentes sciences de l'homme intéressées
par le développement des études lexicologiques et linguistiques.

La place très importante accordée dans ce programme aux
échanges entre spécialistes devait conduire la Section de Documen-
tation du Centre à créer un organe de liaison et de coordination
les CAHIERS DE LEXICOLOGIE.

Il ne s'agit donc pas d'une nouvelle publication périodique de
Iinguistique, mais bien d'un instrument de travail actuel, permettant
de faire le point des problèmes, des méthodes, des informations, des
travaux en cours, et ouvert à tous ceux, déjà nombreuz, que cette
initiative intéresse.

Monsieur R. L. Wagner, Professeur à la Sorbonne, nous a
adressé la missive qui suit, en manière d'introduction à ce premier
numéro des CAHIERS

~ Ai-je besoin de vous dire les aveux que je forme pour une
entreprise, qui en se développant, comblera un aide que beaucoup
d'entre nous ressentent péniblement  ?

La lexicologie ne se limite ni à un relevé de mots ni à un
ramassage d'exemples (ignorés oit méconnus) qui permettent

6 d'avancer dans les dictionnaires étymologiques, la date du « premier
emploi a d'un ferme. C.e travail est nécessaire, certes, puisque sans
lui une histoire du lexique français et des différents vocabulaires qui
le composent n'est pas concevable  ; mais il ne couvre qu'un secteur
particulier d'un domaine très vaste  ; et les lexicologues ne devraient
jamais oublier, en faisant leurs fiches, qu'ils s'emploient, en méme
temps, à renouveler la sémantique grâce aux précisions qu'ils
apportent sur les circonstances et les conditions dans lesquelles on
a fait exprimer à un mot tantôt plus, tantôt moins qu'il ne signifiait
d'abord... si ce n'est, parfois, tout autre chose.

De telles études attirent beaucoup de chercheurs, en France et
hors de France. Le mal est que, jusqu'ici, les défrichements par des
isolés, en francs-tireurs, les découvertes faites par eux, les réflexions
auxquelles ces recherches les ont conduits, rien de tout cela n'a été
coordonné ni divulgué commodément. Chacun de nous sait, à peu
prés, ce qui se fait en lexicologie dans sa propre Université et dans
la partie gril le concerne en propre ; mais ii ignore généralement ce
qui se fait ou ce qui se prépare dans une Université voisine, ef à
plus forte raison dans les Universités étrangères. Combien de fois
est-il arrivé, par exemple, que deux chercheurs enquêtent sans 'le
savoir, en s'ignorant, sur le m@me domaine, ce qui enfraYne une
perte absurde de temps. Si vos Cahiers devenaient un Centre actif
et à jour de renseignements, si l'on y trouvait note des recherches
lexicologiques conduites par des chercheurs indépendants, des
mémoires de D.E.S., des thèses en cours de préparation, ils ren-
draient déjà un sérieux service.

lis en rendront d'autres, le jour où les lexicologues prendront
l'habitude de tellr adresser des notes de méthode dont profiteront
tous ceux qui, particuliers, étudiants ou professelers, désirent coopé-
rer à ce travail d'ensemble.

11 est donc souhaitable que Ies Cahiers de Lexicologie atteignent
désormais régulièrement le public assez large auquel ils sont desti-
nés. Lancés aujourd'hui d'une manière un peu empirique, ils ne
tarderont pas à prendre la juste forme que leur imposeront les
diverses exigences de vos correspondants. Une fois exposés ef réso-
lus les problèmes matériels que pose le riche équipement moderne
de votre Centre d'Etude, se reposeront tôt ou fard fous ceux qui
concernent l'interprétation, le classement, la ventilation de tous les
faits de lexique enregistrés et reproduits par vos machines.

Je ne serais pas étonné que le Centre bisontin des études du
vocabulaire français devienne alors, tout naturellement, celui d'une
Société Internationale de Lexicologie française.

II faut, de toute manière, que le travail patient, difficile, auquel
nous vous êtes attaché depuis longtemps, porte ses fruits. Ces

7 Cahiers, qui témoignent de vos efforts, en sont un, déjà. C'esf .pour-
quoi je leur souhaite, de tout coeur, bonne chance et longue vie.  »

*~

Dans les perspectives exposées plus haut, chaque numéro sera
consacré à une question définie qui sera reprise, pour discussion ou
compléments, selon la correspondance reçue. Chaque volume
contiendra, en outre, une rubrique bibliographique et des notes
documentaires.

Répondant aux besoins les plus actuels, Jes premiers fascicules
aborderont les problèmes méthodologiques àl'ordre du jour, et tout
d'abord, celui des inventaires. Dans ce numéro

Problèmes et méthodes des Inventaires, à propos du laboratoire
d'analyse lexicologique du Centre.

Faisant suite à cette présentation technique, A. J. Greimas
expose quelques points de méthodologie linguistique qui serviront
de base aux discussions ultérieures.

P. J. Wexler ouvre la rubrique Inventaire des Inventaires par
la présentation du fonds Pougens en dépôt à l'Institut, premiére
enquête d'une série qui s'attachera à dresser progressivement le
bilan des dépouillements d'accès difficile (*) .

La dernière partie, purement documentaire, est consacrée à la
première des listes de notes bibliographiques qui seront réguliére-
ment publiées (*').

B. Q.

(*) Dans les prochains numéros, présentation des fonds Delboulle, Gode-
froy, Duraffour, etc...

(**) Une bibliographie exhaustive des thèses de doctorat Françaises d'intérêt
lexicôlogique soutenues ou en cours a été établie par H. Millerand, P. J.

Wexler et Mme Pinard pour le volume 2 des Cahiers.