Skip to content

Comptes rendus

Free access
Support: Digital
173

Charles Nodier agent secret de lEmpire ! (II)

Jean-Pierre Pécau (scénario), Igor Kordey (dessin), Desko (couleur), Le Sculpteur de chair, vol. IV de la série de B.D. Empire, [Paris], Delcourt, 2016, 32,5 × 24 cm. ISBN : 978-2-7560-7080-3. 14,95 €.

Nous rendions compte dans un numéro précédent de la trilogie de bandes dessinées Empire où Charles Nodier est enrôlé au titre dagent secret de Napoléon Premier1. Cette pure fiction repose sur le principe de luchronie : elle se joue de lHistoire officielle en la réécrivant totalement (Napoléon, après avoir assis sa domination sur lÉgypte et lEmpire ottoman, est sur le point de conquérir les Indes, au grand dam des Anglais). Les éditions Delcourt ont publié une suite à cette trilogie au moment où notre recension de la réédition des trois premiers épisodes était sous presse. Comme promis, nous avons donc le plaisir de vous présenter le quatrième volume de la série intitulé Le Sculpteur de chair.

Ce nouvel opus souvre en 1820 sur un Napoléon au faîte de sa gloire, fêtant le vingt-cinquième anniversaire de son règne à Istanbul, rebaptisée Constantinople. Chateaubriand, ambassadeur de lEmpereur, lui réclame une entrevue. Un attentat est déjoué de peu alors que le vicomte sapprêtait à assassiner le souverain des Français ! Les services de sécurité et lEmpereur lui-même découvrent stupéfaits la réalité des faits : le meurtrier nest pas Chateaubriand mais un « assassin mirage2 », étrange créature ayant pris les traits de lauteur des Mémoires doutre-tombe. Napoléon enrage et jure la perte du tsar Alexandre ier : sous couvert de rivalités géo-politiques, il sagit bien là dun plan fomenté par les Russes que les services secrets au service de lEmpereur se doivent de déjouer au plus tôt. Nous retrouvons dans les montagnes de lAfghanistan lintrépide capitaine Saint-Elme, Indien métisse au service des troupes 174napoléoniennes dépêché sur cette affaire par le général Berthier, chef dÉtat major de Napoléon. Ce dernier lui apprend la mort prématurée par électrocution de lagent qui la prédécédé dans le cadre de cette même mission : un certain… Gérard Labrunie, au nom de code de Nerval.

Cest dans la flamboyante Alexandrie3 que Saint-Elme a rendez-vous avec « M. Honoré4 », personnage haut en couleur officieusement agent de liaison et officiellement négociant propriétaire des entrepôts… Balzac. Celui-ci remet à Saint-Elme son passeport et le place dans un train à vapeur qui le mènera au Caire. Mais que vient fait donc faire dans ce qui pourrait paraître une farce le fameux romancier ? En effet, cet épisode peut surprendre quand on sait que Balzac, au contraire de Nerval, na jamais voyagé en Orient et que lauteur de La Peau de chagrin na eu quune connaissance imaginaire, ou fantasmée, de ces latitudes. Mais il est vrai que sa bonhommie et la fantaisie du personnage plaidaient largement en sa faveur. Laissons-le se justifier lui-même auprès des lecteurs :

Eh bien, Diable, pour la meilleure raison du monde ! ! Pour faire fortune. Dans 3 ou 4 ans jaurai accumulé assez de piastres pour retourner en Europe, je machèterai un petit hôtel particulier à Paris et je me lancerai dans la carrière des lettres, jai toujours voulu écrire5.

Cest dans ce train que Saint-Elme va (enfin) retrouver son vieil ami Charles Nodier, mandaté sur la même affaire, guerre des services oblige, par le ministre Talleyrand. Bien décidé à faire alliance avec Saint-Elme, Nodier lui révèle le secret du « sculpteur de chair ». Sen suivent quatre pages dun récit enchâssé tout hugolien du Paris nocturne de Notre-Dame et de lîle Saint-Louis où, dans une cabane qui tient lieu de laboratoire de fortune, un bâtard parfait héritier de Quasimodo et Gwynplaine, avoue lorigine de latroce mutilation qui lui défigure le visage. Cet « homme qui rit », comme on est volontiers enclin à le nommer, est voué à être « fourgu[é] à des forains, [pour] en faire une attraction de fêtes foraines, un genre de bête de foire6… », suite à une expérience ratée de son bourreau, une sorte de nouveau docteur Frankenstein. Mais qui est ce mystérieux apprenti-sorcier ?

175

Voici donc notre duo Saint-Elme / Nodier parti à la recherche de cet alchimiste des corps, piste qui les mènera jusquaux pyramides dÉgypte, poursuivant celui dont il soupçonne être à lorigine de ces macabres manipulations. Cest loccasion pour le lecteur de retrouver avec une certaine jubilation celui qui hante lexistence de Nodier, un curieux personnage qui avait déjà suscité notre lintérêt lors des épisodes précédents, laustère Joseph de Maistre, agent spécial au service de la Sainte-Russie, dont on apprend peu à peu, grâce à ce dialogue, les liens qui lunissent à Nodier :

– Jean-Charles-Emmanuel Nodier, vous êtes obstiné. Dommage, nous aurions pu nous entendre…

– Nous entendre sur quoi ? Vous êtes un monstre.

– Précisément, vous aimez les monstres, mon cher. Oseriez-vous dire le contraire ? Nous partageons beaucoup de choses, notre haine du progrès, par exemple. Je le sais depuis ce jour à Besançon où nous nous croisâmes7

Ce personnage, aussi inquiétant que captivant, relance à lui seul la série et semble, dans sa fuite en avant rocambolesque, annoncer une suite au long cours aux aventures orientales de Nodier et de son acolyte, sur fond de technologies uchroniques censées pimenter leurs pérégrinations. Les ressorts caractéristiques du genre steampunk y sont en effet toujours omniprésents, souvent inspirés des univers cinématographiques de la même veine, ou ceux relevant de la fantasy, de la science-fiction ou encore des adaptations des comics. Lintroduction de machines à vapeur de toutes sortes8, le recours à des épées électrifiées qui sont de véritables avatars de sabres laser9, les références à des scientifiques comme Joseph Farcot ou Charles Babbage10 dont les inventions, au xixe siècle, sont exploitées pour justifier la représentation dexosquelettes11 ou de robots, raviront les fanatiques du genre 176sans trop heurter ceux qui y sont allergiques. Cet arsenal steampunk est également mâtiné dans ce volume dun brin désotérisme. À loccasion dune nuit dévoilant le sphinx et les pyramides sur fond de voie lactée très pure, Nodier disserte par exemple sur lexistence probable dune vie extraterrestre suscitant ainsi les moqueries de Saint-Elme, son acolyte à lesprit rationnel. Moqueries douces-amères un peu infondées quand on sait à quel point Nodier, qui connaît ses classiques, verse dans cette pente ésotérique avec goût et culture puisque cest en citant Lucrèce et son De Natura rerum quil se croit autorisé à sinclure, par cet exemple dautorité, dans une filiation où la rhétorique nest pas lennemi de limagination la plus féconde :

Si la même force, la même nature subsistent pour pouvoir rassembler en tous lieux ces éléments dans le même ordre quils ont été rassemblés sur notre monde, il te faut avouer quil y a dans dautres régions de lespace dautres terres que la nôtre, et des races dhommes différentes, et dautres espèces sauvages12.

Une note de bas page de lalbum mentionne le « premier cycle13 » des enquêtes du binôme Nodier / Saint-Elme, formé antérieurement par les trois premiers volumes. Cette allusion est de nature à espérer la pérennisation de la série, puisquun premier cycle en suppose un second, et que ce nouvel opus est censé louvrir. Cest tout ce que lon souhaite aux lecteurs et aux auteurs et ce que lon attend de leur éditeur, tant ce quatrième tome de la série Empire sinscrit parfaitement dans le ton et la qualité des trois premiers par linventivité du scénario, la beauté et parfois même laudace du dessin dIgor Kordey (voyez par exemple la dernière planche représentant une impressionnante vue en plongée du canal de Suez). La galerie de portraits des auteurs romantiques présents au titre de personnages de fiction dans ce numéro 4 achève demporter notre enthousiasme par loriginalité des rôles que le scénariste de cette 177bande dessinée, Jean-Pierre Pécaud, leur assigne, avec autant de malice que de talent.

Sébastien Vacelet

Lycée franco-argentin Jean-Mermoz

Buenos Aires

*
* *
UNE BIOGRAPHIE EN CINQ ACTES

Alain Chestier, Charles Nodier. Du proscrit à lImmortel. Récit. Cabédita, 2015, p. 147.

Cest la deuxième publication, après Il était une fois… Charles Nodier, coécrit avec Annie Gay et Jacques Geoffroy (2008), quAlain Chestier consacre à Charles Nodier. Cette fois-ci, le parti pris de lauteur est de raconter cette « vie pour le moins rocambolesque » sous forme dun récit, divisé en cinq « actes ». Ce choix formel surprenant, faisant penser immanquablement à une tragédie classique, serait-il un clin dœil aux tergiversations de Nodier toujours hésitant entre sa culture classique et ses affinités romantiques ? La forme dramatique dune biographie donne limpression (illusoire ?) dune unité et dune linéarité qui sont en effet rarement associées à la vie « rocambolesque » de Charles Nodier.

Le récit commence par la fin, cest-à-dire par la mort de lauteur de La Fée aux miettes, entouré par sa famille et ses amis écrivains. Les rôles se sont inversés : celui qui a épaulé les jeunes romantiques voulant entrer en littérature est maintenant présenté au grand public seulement comme un ami des grands Victor Hugo, Alexandre Dumas et Alfred de Musset.

Dans l« Acte I », le récit revient à lhistoire dun enfant précoce et surdoué, impliqué malgré lui dans la Révolution française. Le jeune 178Nodier, lecteur assidu des volumes de la bibliothèque de son père, fait ses premières tentatives littéraires, destinées dabord à glorifier (p. 15-16) et ensuite à railler lesprit de la Révolution (p. 27). Il fuit les frasques de la politique locale pour se consacrer à létude des insectes et à ses premières amours. Chestier raconte nombre danecdotes montrant un Nodier rebelle et vaillant, prenant dès le plus jeune âge la défense des perdants et des opprimés (p. 21 et ensuite p. ex. p. 102) et sengageant dans des sociétés secrètes, ce qui vise certainement à rendre encore plus attachante cette figure romantique du proscrit généreux.

L« Acte II » présente un Nodier provisoirement établi dans la capitale, sessayant au journalisme et jouissant de premiers (quoique timides) succès littéraires avec la Bibliographie entomologique, saluée par Lamarck, ainsi quavec ses premiers romans, Stella et Le Peintre de Salzbourg. Le goût des sociétés secrètes dirige Nodier vers les Méditateurs (p. 36-39) dont la fréquentation lui vaut également un amour désespéré pour Lucile Franque. Ses démêlés avec la police politique impériale sont également évoqués, ce qui complète le portrait de lauteur en jeune conspirateur.

L« Acte III » retrace cette période de transition entre le « proscrit » et l« immortel » en montrant un Nodier déjà marié, successivement professeur dhistoire naturelle et de belles lettres à Dole, secrétaire du chevalier Croft, bibliothécaire à Laybach, ensuite journaliste dans la presse parisienne (Journal de lEmpire et Journal des débats) et auteur de Jean Sbogar qui connaît un grand succès auprès du public.

L« Acte IV » donne une image du premier salon littéraire quouvrent les Nodier à Paris, rue Choiseul. Dans la monarchique Société des bonnes lettres, dimportantes amitiés se nouent : Nodier rencontre le jeune Hugo, il se lie damitié avec les auteurs de La Muse française. Viennent ensuite dautres entreprises et publications : Voyages pittoresques et romantiques, et toute la bibliographie quil est inutile de citer ici in extenso. Chestier retrace sur quelques dizaines de pages la formation du salon de lArsenal.

Enfin, l« Acte V » reprend quelques fragments des Mémoires dAlexandre Dumas pour raconter, sans trop de méfiance à légard de la source dumasienne, les soirées de lArsenal (p. 94 et passim). Le mariage de sa fille, la brouille avec Victor Hugo (p. 98), le travail acharné et quelques succès littéraires, couronnés par lélection à lAcadémie, complètent ce portrait dun Nodier au sommet de sa gloire.

179

Les cinq « actes » sont suivis dun chapitre intitulé « Une vision du monde » qui propose une brève analyse du caractère « divers et ondoyant » de Nodier, capable d« attirer et [d]absorber la diversité, la contradiction, jusquà les faire siennes et en les affichant comme telles » (p. 111-112). Chestier semble épouser lopinion, commune à lépoque, concernant le caractère inégal et les qualités incertaines de lœuvre nodiériste. Après avoir rappelé lopinion de Sainte-Beuve sur le « caractère discontinu, éclectique et éclaté de lœuvre de Nodier » (p. 118), après avoir critiqué la médiocrité et lartificialité (pré)supposées de certaines compositions de lauteur du Peintre de Salzbourg, Chestier se met à vanter les vertus du Nodier-lexicographe, ce par quoi son projet de « réhabilitation dun auteur injustement oublié » (4e de couverture) devient assez problématique, dautant plus que dans les conclusions, lauteur réduit limportance de lécrivain à son rôle de « rassembleur, passeur et annonciateur » (p. 136), ce qui finalement est de peu dimportance. Si les œuvres de jeunesse de Nodier ne suscitent pas lenthousiasme de Chestier, celles de la maturité sont davantage appréciées, notamment les contes fantastiques. Il est toutefois dommage que pour parler du fantastique nodiériste, lauteur se limite à létude, certes classique et incontournable, de Tzvetan Todorov, quand dautres études, plus récentes, auraient pu éclaircir davantage la problématique du fantastique romantique. Il est également étonnant de voir la poétique nodiériste comparée ou même ramenée à lesthétique baroque (définie comme « lart de la surcharge », « le goût pour lalliance des extrêmes, pour les expressions antithétiques, pour la théâtralisation des effets » etc., p. 128). On pourrait émettre des réserves sur la pertinence de ces catégories appliquées à lécriture nodiériste.

Le volume contient de belles illustrations (dessins, cartes postales et photographies) venant du fond personnel de lauteur et des archives du lycée Charles Nodier à Dole. Elles visent à rendre plus familier un auteur inconnu du grand public. Un style littéraire qui ménage une large place à la psychologie du personnage, et quon nommera volontiers une écriture sympathique (certainement antipathique pour certains), vise également, je crois, un public avide de biographies romancées, très au goût du jour.

Dans cette publication, un spécialiste de Nodier ne trouvera guère de nouveauté, que ce soit dans lapproche proposée par lauteur ou dans les 180informations sur la vie du bisontin. Mais lambition de lauteur est de sadresser au grand public à qui il veut faire découvrir un romantique trop peu connu et lu aujourdhui, que ce soit à lécole ou à luniversité. Cest certainement pour cette raison que Chestier a décidé dalléger son texte et de ne pas laccompagner de notes de bas de page avec références bibliographiques. Cest toutefois une lourde responsabilité pour celui qui veut introduire de nouveaux lecteurs à lunivers nodiériste et les erreurs dans les citations sont, à cet égard, plus que regrettables, (cf. p. 60, p. 138 et 127 où une citation de P.-G. Castex est attribuée à Nodier).

Alain Chestier se plaint que lhistoire littéraire ne cite le nom de Nodier que rarement, « comme lun des auteurs mineurs du romantisme français » (p. 121), mais en même temps, il passe sous silence tout ce que la critique nodiériste a pu établir au sujet de la vie et de lœuvre de Nodier depuis les années 1960. Certes, Chestier mentionne les grands critiques attendus (Béguin, Castex, Milner, Juin, Picon et Steinmetz), mais il semble ignorer les travaux plus récents qui lui auraient permis de modérer sa thèse sur le désamour de Nodier parmi les historiens de la littérature et surtout déviter quelques erreurs, notamment celle de lattribution à Nodier du recueil dInfernaliana dont la paternité incombe non à Nodier (comme la critique a longtemps pensé), mais probablement à Collin de Plancy, qui a lui-même plagié le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, ce qui a été établi par Jacques-Remi Dahan (Visages de Nodier, PUPS, 2008, p. 62-63).

Le volume se clôt par une bibliographie indicative douvrages écrits par Nodier et sur Nodier. Cette liste provoque également quelques perplexités. Pourquoi Stella et Histoire du Roi de Bohême et de ses sept châteaux sont inclus dans la catégorie de « contes et nouvelles » et non pas dans celle des « romans » ? Pourquoi les Méditations du cloître, une fois qualifiées de roman (p. 118), sont ensuite recensées dans la liste des « contes et nouvelles » quand ni lune ni lautre de ces catégories ne conviennent à cette annexe au Peintre de Saltzbourg ? Pourquoi le Journal de lexpédition des Portes de fer, ouvrage rarement lu et justement rappelé à la mémoire collective, figure dans la catégorie des « contes et nouvelles » ? Pourquoi Chestier met-il côte à côte des ouvrages originaux de Nodier et des traductions, de plus coécrites avec dautres auteurs ? Malheureusement, on pourrait continuer à émettre des réserves sur cette bibliographie assez sommaire et malheureusement truffée derreurs.

181

Alain Chestier voulait sadresser au grand public pour combler une lacune dans la connaissance générale de cet « auteur injustement oublié » (4e de couverture). Malgré les inexactitudes et quelques erreurs bibliographiques mentionnées ci-dessus, le volume pourrait certainement attirer lattention de nouveaux lecteurs désireux de faire connaissance de Charles Nodier.

Marta Sukiennicka

Université Adam Mickiewicz
de Poznan (Pologne)

Institut de Philologie Romane

1 On se reportera à ce compte rendu des trois premiers épisodes : « Charles Nodier agent secret de lEmpire ! », in Cahiers détudes nodiéristes no 4 (sous la dir. de Caroline Raulet-Marcel), Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 179-187.

2 Le Scuplteur de chair, éd. citée, p. 5.

3 Superbe planche à la p. 20 où le phare dAlexandrie, à leffigie de Napoléon, règne sur lEmpire.

4 Ibid., p. 19 et 21.

5 Ibid., p. 22.

6 Ibid., p. 29.

7 Ibid., p. 43.

8 Le train et dautres machines à vapeur occupent une place centrale dans un classique du cinéma steampunk comme Wild Wild West de Barry Sonnefeld (1999).

9 Les fameux Jedi, dans la série Star Wars (La Guerre des étoiles) créée par Georges Lucas, sont munis de cette arme redoutable qui a fait la marque de fabrique et de reconnaissance de ces héros.

10 Cf. p. 45 et 49. – Babbage et sa machine analytique avaient déjà largement inspirés les auteurs dEmpire dans les deux premiers volumes de la série. Voir à ce sujet notre premier compte rendu, op. cit., p. 184-185, note 17.

11 Ces exosquelettes ne sont pas sans rappeler celui utilisé par Ripley (Sigouney Weaver) dans une scène de combat face à lalien dans Aliens de James Cameron (1986), pour ce qui concerne le genre de la science-fiction. Le thème est aussi largement présent dans Iron Man 2 de Jon Favreau (2010, avec Robert Downey Jr. dans le rôle-titre), sur fond despionnage industriel autour darmures surpuissantes. Rappelons que le personnage dIron Man provient de lunivers de la B.D. et des comics éponymes (1963-1996) : cest cette armure qui lui donne sa qualité de super-héros et peut, à ce titre, être considérée comme un véritable exosquelette.

12 Op. cit., p. 47.

13 On la trouve à la page 55 : « Voir premier cycle dEmpire tome 2 ».