Aller au contenu

Compte rendu

Accès libre
Support: Numérique
179

Jean-Pierre Pécau (scénario), Igor Kordey (dessin), Chris Chuckry (couleur) : trilogie Empire, [Paris], Delcourt, 2007, coffret de 3 B.D., 32.5 X 24 cm. No ISBN : 978-2-7560-1197-4. 25,50 € (réédition en 2016).

Vol. I. Le Général fantôme, 56 p., No ISBN : 978-2-75600172-2.

Vol. II. Lady Shelley, 48 p., No ISBN : 978-2-75600306-1.

Vol. III. Opération Suzerain, 56 p., No ISBN : 978-2-75600937-7.

Charles Nodier agent secret de lEmpire !

Quel drôle de type, ce Charles Nodier. Voici une bande dessinée sous la forme dune trilogie qui ne manquera pas de retenir lattention de tous les lecteurs et déveiller la curiosité de la communauté nodiériste et, plus globalement, de ceux sintéressant au Ier Empire. Non seulement notre ami Nodier en est lun des deux protagonistes mais cest au titre de personnage de fiction quil sy trouve enrôlé ! Empire est effectivement un cycle de trois épisodes où lon découvre un scénario général reposant sur ce que son créateur, Jean-Pierre Pécau, nomme fort justement une « uchronie napoléonienne1 ». De quoi sagit-il ? Dune réécriture de lHistoire du Premier Empire. Les auteurs prennent en effet au mot une épigraphe des Mémoires de Sainte-Hélène citée en quatrième de couverture du coffret et de chacun des volumes pour en faire la situation initiale de leur série : « Jaurais atteint Constantinople et les Indes : jeusse changé la face du monde. » Et effectivement, les auteurs sen donnent à cœur joie et changent, pour notre plus grand divertissement, la face du monde… et le destin déjà passablement romanesque de Charles Nodier.

« 1799. Larmée française prend Saint-Jean-DAcre [sic] en Palestine. Bonaparte remonte vers le nord et sempare de lempire ottoman [sic] puis des Indes anglaises2 ». À lire ce postulat de départ dun Bonaparte ayant conquis, suite à la campagne dÉgypte, presque la totalité des 180Indes orientales (laction prend place en 1815 à un moment où seul le Bengale, toujours tenu par les Anglais, résiste encore aux Français), les approximations relatives au mauvais usage de la majuscule dans ce petit programme uchronique nous paraissent, à dire vrai et sans mauvais esprit, bien plus regrettables que cette volonté de prendre des distances avec une autre majuscule, celle de lHistoire des manuels scolaires. Et pour trois raisons. Premièrement parce que Jean-Pierre Pécau, par ailleurs lui-même historien, se revendique du courant de lHistoire alternative et renseigne son lecteur de façon aussi claire quhonnête sur ses intentions en quatrième de couverture. Ces prises de liberté à légard de la chronologie ne sauraient lui être reprochées, à quelque niveau que ce soit, puisque cest une loi du genre. Deuxièmement parce quen choisissant cette voie dune Histoire contrefactuelle, le scénariste dEmpire construit une intrigue qui, depuis le Napoléon et la conquête du monde de Louis Geoffroy (1836), contemporain de Nodier, sinscrit dans une tradition littéraire puis paralittéraire de réécriture de lHistoire légitimant sa démarche. Troisièmement enfin, en raison du fait que J.-P. Pécau met en œuvre les prévisions que Charles Nodier exposa lui-même dans « La Prophétie contre Albion » pour Les Essais dun jeune barde (1804) puisque, nouvelle Carthage, Albion « aurait bientôt à se soumettre au nouveau Scipion3 ! »

« Agent spécial de Savary4 » : Charles Nodier, contre toute attente, nous est ainsi présenté au service du ministre de la police de Napoléon mais son portrait le dévoile également, pêle-mêle, comme « écrivain, amateur désotérisme et de phénomènes étranges, espion et érudit » révélant un « esprit libre et fantasque5 ». Comment Nodier, pourtant historiquement farouche opposant à Napoléon Bonaparte, a-t-il bien pu se faire débaucher par ladministration impériale pour mener à bien les missions dagent secret qui lui sont confiées, même sous couvert de fiction ? Il faut attendre la page 35 du tome I de la série, Le Général fantôme, et le détour dune conversation nocturne à Bombay en compagnie de Saint-Elme, officier français né aux Indes et compagnon darmes de Nodier tout dévoué au succès de lEmpereur, pour voir ce suspens rompu et ce mystère résolu :

181

[] le ministre de lIntérieur ma fait certaines propositions que je nétais pas en mesure de refuser.

– Et qui étaient ?

– Entrer à son service ou en prison.

– ? !

[] jai toujours eu la fâcheuse tendance à [sic] me placer du mauvais côté de la barricade… Sous lAncien régime, jai fondé un club jacobin, sous la Révolution, jai fait léloge du roi et sous lEmpire jai regretté la Révolution… tout ça en quelques libelles, articles et chansons qui nont pas eu lheur de plaire aux Tuileries6

Le scénariste sappuie habilement sur le vide biographique qui entoure la vie de Nodier lors de son escapade clandestine dans le Jura en 1805, conséquence de la diffusion de la Napoléone, virulente diatribe contre Bonaparte, alors Premier Consul, puis de son emprisonnement à Paris et enfin de son confinement contraint à Besançon dont Nodier, trop épris de sa liberté de mouvement, saffranchit en se cachant dans la région dArbois. Limprudent polémiste relate lui-même cette période de clandestinité et de captivité dans la Préface de son Examen critique des dictionnaires de langue française (1828) :

Un mandat darrêt [] a pesé sur moi pendant quatre ans []. Jétais loin des matériaux de mon grand travail ; mais la pensée men poursuivait dans les bois, dans les ravins, dans les fondrières, et jai failli cent fois être saisi par un gendarme à linstant où je cherchais à saisir une étymologie7.

La trilogie Empire souvre sur un Charles Nodier plus vrai que nature : sous ses allures de dandy, cheveux dans le vent, corps dégingandé et pistolet à la ceinture, les traits du visage de Nodier sont inspirés du portrait anonyme conservé au Musée Carnavalet8. Lapparence physique de Nodier, telle quelle est représentée, paraît assez réussie, en dépit de la difficulté quil y avait à saisir la physionomie protéiforme qui fut la sienne9. Si limage donne corps et vie à lhomme quil fut, et de 182façon assez troublante pour tout lecteur aimant et croyant connaître un tant soit peu Nodier, les premiers mots qui sont les siens, évoquant les « Djinns10 », sont également de nature à bien caractériser cette personnalité hors du commun croyant aux phénomènes paranormaux, et à introduire le lecteur à cette atmosphère dexotisme romantique qui donnera ses couleurs à lensemble de la série. On regrettera tout de même quà cette question adressée par Saint-Elme à Nodier (« Un caractère indépendant, hein ? »), le scénariste fasse rétorquer à ce dernier : « Je suis Franc-comtois, la patrie de Mandrin… », fameux contrebandier en réalité originaire… du Dauphiné11 ! Mais ne soyons point trop sévère : tel quil est campé par J.-P. Pécau et croqué par Igor Kordey, Nodier apparaît bien, et ce nest pas le moindre mérite des trois B.D. qui nous occupent, tel quil aurait pu être : un personnage enjoué, ingénieux et avisé, parfois obstiné, fort cultivé, à la gesticulation expressive et au verbe haut. Bref, un Nodier au conditionnel, pour le dire dune formule, sinsérant parfaitement dans ce monde utopiste de la réécriture de lHistoire napoléonienne. Les trois volumes dEmpire ne viendront à aucun moment démentir ces premières impressions sur lespion hors du commun quest devenu Ch. Nodier par le biais de la fiction imagée.

Le premier volume, Le Général fantôme, souvre in medias res sur la spectaculaire intervention du « 13e cuirassé » de « lartillerie automobile » française12. La puissance de feu des canons, montés sur des chars à vapeur eux-mêmes mus par des chaudières à charbon, vient à la rescousse du courageux capitaine Saint-Elme et de ses troupes pourtant promis à une 183cuisante défaite13. Les premières pages précisent dentrée le genre de la série puisque ces inventions techniques relèvent du steampunk, fil rouge esthétique de la série. Ici, cest bien lère industrielle de machines à vapeur qui vient perturber les repères chronologiques et le cours des choses. Cet appui inespéré a tôt fait de déloger les assaillants ennemis que sont les Afghans. Nodier sort de lun des engins et fait la connaissance de Saint-Elme, quil ne quittera plus dans les trois volumes de cette série. Ensemble, ils embarquent à bord du Revenant, le vaisseau à vapeur du capitaine Surcouf filant à « 9 nœuds14 » en direction de Bombay, siège du commandement français des Indes. Ils y rejoignent Savary qui leur expose la situation. À la frontière ouest du Bengale, un mystérieux officier anglais inconnu des services de renseignement français a éradiqué, contre toute attente, la progression et lambition de larmée impériale dans leur conquête des Indes orientales. Les Anglais semblent reprendre la main : les territoires fraichement conquis par les Français pourraient ainsi rapidement retourner sous le giron de la coupole britannique. Pour contrecarrer les plans de ce général imprévisible et surtout invisible, Savary dépêche Saint-Elme, lun de ses meilleurs agents, et Nodier, spécialiste de locculte, pour tirer cette affaire au clair : ce nest pas tant lidentité que la nature réelle du général fantôme que ces deux héros doivent mettre au jour, avant de neutraliser ce dangereux ennemi sur lequel les rumeurs les plus folles courent. Nodier croit même probable quil sagisse dune « intelligence artificielle » comparable à celle créée par le Dr. Frankenstein15. Sil ne croit pas si bien dire, Nodier est encore loin dimaginer que ce nest pas une créature monstrueuse qui lattend mais sa créatrice elle-même, Lady Shelley, qui donne son nom au second opus de la série.

184

Dans ce deuxième épisode, Lady Shelley, les deux espions français découvrent qui est vraiment cet inquiétant général signant les victoires du camp adverse. Se substituant à deux espions anglais, Saint-Elme et Nodier réussissent à pénétrer le commandement ennemi. Celui qui fait lobjet de leur recherche leur est alors enfin présenté par Miss Mary Shelley en personne :

Messieurs, je vous présente Coloseus, ou « le Général », comme lont surnommé les militaires qui nont jamais beaucoup dimagination… [] Voyez… Toutes vos cartes mécanographiques sont passées durant la nuit, le colosse a une nouvelle mémoire, beaucoup plus performante que la précédente. [] Grâce à une invention française. Un Lyonnais, Jacquard, les a conçues pour automatiser ses métiers à tisser, nous les avons adaptées pour notre machine analytique. Ce que vous contemplez cest un cerveau mécanique capable deffectuer les 4 opérations de base plus un certain nombre dautres. Celui-ci est bien moins puissant que le modèle I construit à Cambridge par Charles Babbage16.

Mais laffaire tourne mal suite à un interrogatoire surprise pour tester la machine qui voit Saint-Elme se trahir. Au moment où ils sont démasqués, Nodier et Saint-Elme informent alors le lecteur sur ce quils viennent de découvrir :

– Je vous ai déjà parlé de ce Jacquard… Une fois en Angleterre, il a très bien pu rencontrer ce Babbage que je ne connais pas, un mathématicien si jai bien compris. Sa machine semble être capable de faire des calculs très rapidement et de retrouver des informations dans un genre de catalogue…

– Des calculs dans un catalogue… comme un joueur déchecs ayant à sa disposition toutes les parties jouées, vous comprenez maintenant comment il arrive à battre lEmpereur ? Bon dieu, cest un général mécanique ayant toute la stratégie de tous les généraux du monde à sa disposition17.

185

Prisonniers, les deux agents français doivent fuir dans les montagnes de lHimalaya à bord dun étrange véhicule, une imposante roue automotrice fonctionnant à « lhuile de roche18 » pouvant transporter un conducteur et un passager assis superposés en son centre. Bientôt hors de portée de ceux qui tentent de les rattraper puis en panne de combustible, Nodier et Saint-Elme sont recueillis dans une lamaserie mais leurs espoirs sont de courte durée. Lépisode se clôt en effet sur une attaque surprise venue du ciel et leur capture par dinquiétants automates parachutés depuis un gigantesque dirigeable19.

Le troisième album, Opération Suzerain, nous donne les clés de ce nouveau rebondissement. Le dirigeable nest pas la propriété des Anglais mais de la Sainte-Russie cherchant à sinformer sur les cartes utilisées par Coloseus, le général fantôme anglais, et que Nodier et son compère étaient censés transporter. Alors quils sont invités à rejoindre le poste de commandement de laéronef, Nodier reconnaît en Jospeh de Maistre, présent à bord, l« oupire20 » qui le terrorise depuis lenfance ! Nodier relate à Saint-Elme différents épisodes de sa vie où, du Tribunal révolutionnaire du Doubs présidé par son père jusquà ses aventures de journaliste dans les Provinces Illyriennes, il eut à croiser ce sombre personnage. Cette courte intrigue dans lintrigue, sous couvert dune analepse très bien rendue visuellement, permet de mieux cerner la personnalité de Nodier, de faire écho aux « métaphores obsédantes21 » présentes dans son œuvre, même si sa biographie, là encore sans surprise, saffranchit parfois de la chronologie22. La figure du contre-révolutionnaire Joseph 186de Maistre (qui a effectivement séjourné en Russie et sest entiché désotérisme selon lHistoire officielle), suspectée par lagent secret Nodier de vampirisme, ne manque pas de piquant, et son portrait, particulièrement réussi, contribue à lintérêt même dun volume par ailleurs très rythmé, largement dédié aux batailles aériennes, navales et terrestres. Libérés justement par lattaque dune curieuse embarcation volante menée par Surcouf, Saint-Elme et Nodier devront rejoindre les lignes amies pour sauver les Indes françaises de la progression de leurs ennemis23. Lappareil devant se détourner, victime davarie, Nodier et son acolyte font halte à Najipur, où les attend une course de véhicules automoteurs, esthétiquement proche de lunivers des jeux vidéo, en contrepartie de batteries nécessaires à la poursuite de leur voyage24. Le succès de lopération Suzerain dépendra de lingéniosité de Nodier et du scénariste de ce tome troisième : Savary, depuis Bombay, doit avoir accès aux informations transmises par notre héros pour mettre en déroute Wellington et contrecarrer la flotte anglaise.

La série Empire ne manque pas de charme et le lecteur néophyte trouvera de quoi passer un moment agréable en la découvrant, tant lhabileté du scénariste et le talent du dessinateur ont partie liée dans cette réussite. De nombreuses planches sont effectivement somptueuses et particulièrement bien pensées. Le spécialiste de Nodier et des études romantiques sagacera-t-il dune chronologie nodiériste passablement malmenée, en dépit des précautions des auteurs et des rappels que nous avons faits ici, inhérents à la loi du genre de luchronie ? Ce nest pas si sûr tant Nodier lui-même, et le spécialiste ne lignore pas, fut le premier 187à prendre ses distances avec sa propre biographie et sest plu tout au long de sa carrière à semer le trouble sur certains épisodes de sa vie. Voilà qui, en soi, légitimait le projet de ces trois volumes et la poursuite de la série : le tome III annonçait au moment de sa parution, en 2007, un quatrième épisode à la série. Or, neuf ans après la parution du tome III, les éditions Delcourt viennent juste, au moment où ce compte rendu est encore sous presse, de donner une suite aux aventures uchroniques de lagent secret Charles Nodier. Voilà qui justifiait cette petite mise au point sur les trois premiers volumes, dont le superbe coffret est réédité pour loccasion, avant que nous soyons en mesure de vous donner très prochainement notre avis sur ce nouvel opus de la série, Le Sculpteur de chair (disponible depuis juin 2016).

Sébastien Vacelet

Lycée franco-argentin Jean-Mermoz (Buenos Aires)

1 Voir cette interview de J.-P. Pécau en ligne. URL : http://www.actusf.com/spip/Interview-de-Jean-Pierre-Pecau.html

2 Présentation en 4e de couverture de chacun des 3 vol.

3 Cité par G. Zaragoza, Charles Nodier, le dériseur sensé, Paris, Klincksieck, 1992, p. 92.

4 4e de couverture de chacun des 3 vol.

5 Ibid.

6 Le Général fantôme, éd. citée, p. 35.

7 C. Nodier, Examen critique des dictionnaires de langue française, Paris, Delangle, 1828, p. 6. – Cette période coïncide avec la rédaction du Dictionnaire des onomatopées françaises publié en 1808 et dédié « À Monsieur Oudet, Bibliothécaire de la Police générale ». Les relations de Nodier avec ladministration impériale sont, il est vrai, paradoxalement troubles à cette époque comme le prouvent ses contacts avec M. de Roujoux, Sous-préfet de Dole, et plus encore son amitié durable avec Jean de Bry, Préfet du Doubs.

8 Cest lun des plus courants : on en trouve de nombreuses reproductions en ligne.

9 Sur le sujet, voir C. Galantaris : « Note sur [le] physique multiforme de Charles Nodier », in Fragmentos no 31 (textes réunis par J.-R. Dahan), Florianópolis, juil.-déc. 2006, p. 19-42 [en ligne]. URL : http://www.periodicos.ufsc.br/index.php/fragmentos/article/viewFile/8396/7874

10 Le Général fantôme, éd. citée, p. 6. – Larticle « Djinn » du Dictionnaire historique de la langue française (Paris, Le Robert, 2006) précise que le mot « a été popularisé par le célèbre poème de V. Hugo, les Djinns (en 1829, Les Orientalesxxviii) ».

11 Ibid., p. 35. – Cette maladresse est dautant plus dommageable quil eût pourtant été facile de voir Nodier se réclamer de Lacuzon, le Rob Roy de la Franche-Comté sur lequel Nodier envisagea décrire, en collaboration avec Victor Hugo, un roman historique à la façon de Walter Scott. Sur la question, voir : J. Larat, La Tradition et lexotisme dans lœuvre de Charles Nodier, Genève, Slatkine Reprints, 1973, p. 208. À la décharge du dialoguiste de la B.D., on relèvera quil est vrai que Mandrin reste un nom qui nest pas tout à fait ignoré du grand public de nos jours, alors que celui de Lacuzon est complètement tombé dans loubli : plusieurs sites internet sont entièrement dédiés au premier, aucun au second.

12 Ibid., p. 5.

13 La technique de la machine à vapeur est maîtrisée dès la deuxième moitié du xviiie siècle, notamment grâce aux travaux de lÉcossais James Watt. En revanche, le char de combat en tant que réalité militaire est naturellement anachronique, même si des précédents théoriques et expérimentaux existent (char de Vinci), mais, on laura compris, cest ici une loi du genre qui impose ce genre dincongruités.

14 Le Général fantôme, éd. citée, p. 9. – Soit environ 16 km/h. La navigation à vapeur existe à cette époque, mais la marine française nutilisera pas de voiliers mixtes équipés dune propulsion à vapeur avant 1820. Le Revenant, un trois-mâts, fut effectivement lune des corvettes commandées par Surcouf.

15 Ibid., p. 21. – La chronologie est, là aussi, volontairement malmenée : le roman de Mary Shelley (1797-1851) nest publié quen 1818 en Angleterre. La première traduction française date de 1821. Mais rappelons que le principe de luchronie permet ce genre de télescopage.

16 Lady Shelley, éd. citée, p. 26.

17 Ibid., p. 28. – Quelques précisions : on doit effectivement à Jacquard (1752-1834), dès 1801, lautomatisation du métier à tisser. Le mathématicien Charles Babbage (1791-1871) sen inspira réellement pour concevoir sa « machine analytique », telle quelle a existé et se trouve fidèlement dessinée et décrite dans cet extrait, fonctionnant à partir de cartes perforées. Lhistorien Pierre Mounier-Kuhn relève que cette « machine analytique est lancêtre des calculateurs programmables qui ont été utilisés largement dans la seconde moitié du xxe siècle, jusquà la généralisation des ordinateurs », en soulignant que « les pouvoirs publics anglais » comprirent très tôt lenjeu de telles recherches, et « décid[èrent] de financer les projets du mathématicien ». (Art. « Machine analytique de Babbage », Encyclopædia Universalis [en ligne] : http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine-analytique-de-babbage/). Les recherches de Babbage, qui, on laura compris, préfigurent la science informatique du xxe siècle, nauront cours quà partir de 1822.

18 Ibid., p. 41. – Cest-à-dire du pétrole, comme le suppose létymologie latine de ce mot. Lexploitation et lutilisation industrielles nont pas cours avant la deuxième moitié du xixe siècle. Le véhicule décrit est bien sûr hautement improbable en 1815, il ne résulte que de limaginaire du scénariste et du dessinateur.

19 Des automates déjà très évolués existent dès le xviiie siècle, tels ceux de Jacques de Vaucanson, évoqués par le personnage de Nodier au début du tome III (voir p. 6). Cest également à cette période quapparaît le principe du parachute, au sens moderne du terme, contemporain des premiers aérostats. Il faut attendre les premières années du xixe siècle pour voir émerger lidée dun aéroplane dirigeable. En revanche, le premier aérostat mû par une machine à vapeur, dû à Henri Giffard, ne prend son envol quen 1852.

20 Voir p. 9 et sqq. – Le mot, dorigine russe, désigne un vampire, créature à laquelle Nodier sintéressa particulièrement.

21 Lexpression est, faut-il le rappeler, de Charles Mauron.

22 Le séjour de Nodier à Laybach eut lieu en 1813 quand la B.D. le situe dix ans plus tôt (voir p. 13).

23 Le vaisseau de Surcouf nest pas sans rappeler La Reine de Saba dans La Fée aux Miettes qui sapparentait lui aussi à un aéronef : « La Reine de Saba est un steamer, donc un bateau à vapeur, mais il dispose de voiles qui lui permettent de planer “comme un vautour” ou de filer comme “une hirondelle”, ces voiles dailleurs taillées en ailes doiseau font de La Reine de Saba un vaisseau aérien, et il dispose daérostats et de “bouches démesurées” qui doivent souffler de lair ce qui en fait un aéronef. » G. Zaragoza, « Une langue fantastique pour La Fée aux Miettes ? », in Cahiers détudes nodiéristes no 2, Nodier et la Langue – La langue de Nodier, sous la dir. de Virginie Tellier, Neuilly-lès-Dijon, 2014, p. 201.

24 Les liens entre le genre du steampunk et la science-fiction sont ténus : la course des « rockets » dans cet épisode (p. 33 et sqq.) nest pas sans rappeler celle des « podracers » présente dans le film Star Wars, épisode I : La Menace fantôme de George Lucas (1999). Dans les deux cas, cest lavarie de laéronef qui impose cette halte et la participation à cette compétition. De son résultat, sous couvert de paris engagés sur cette course, dépend lacquisition des pièces nécessaires à lappareil pour quil puisse poursuivre sa route.