Aller au contenu

Préface

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09106-6
  • ISSN: 2257-915X
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09106-6.p.0013
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution numérique: 27/01/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
13

PRÉFACE

Un livre fort na nul besoin de préface. Ces quelques pages nen sont pas une. Elles furent écrites comme une preuve destime pour louvrage que vous lisez et un témoignage damitié pour son auteur. Ce livre dAndrés Freijomil est, en effet, lune des contributions les plus originales proposées pour la compréhension de lœuvre de Michel de Certeau. Son point de départ est une comparaison minutieuse des états successifs de lun des textes les plus lus, les plus cités, les plus commentés de Michel de Certeau : « Lire : un braconnage », qui constitue le chapitre xii de LInvention du quotidien. De ce texte, qui définit une poétique de la lecture, Michel de Certeau a donné trois états. Il fut publié comme un article dans la revue Projet en 1978, comme la transcription dune conférence donnée à lUniversité de Genève en 1979 et comme un chapitre du livre de 1980. La trajectoire de ce texte célèbre conduit à formuler une question essentielle : le réemploi ou la « reconfiguration » de textes déjà là comme une modalité fondamentale du travail décriture de Michel de Certeau. Andrés Freijomil permet de comprendre cette stratégie de publication en la situant entre lusage de larticle, conçu comme le laboratoire dune expérimentation intellectuelle, et la défiance vis-à-vis du livre, qui immobilise et fige les textes. De là, lattention quil porte à Michel de Certeau comme lecteur de lui-même et son approche, très neuve, des processus qui ont construit une œuvre qui fut toujours en mouvement.

Comme les trois poèmes successifs dOllan dans la fable de Borges « Le miroir et le masque », les trois états de « Lire : un braconnage » mettent en évidence les raisons de la mobilité dun texte et de sa signification, transformée par le lieu de sa publication, par les lecteurs implicites auxquels il est destiné, par son genre (article, conférence, chapitre) et par les retouches que lui apporte son auteur. Est ainsi énoncé le paradoxe fondateur de ce livre – et, de fait, du travail de Michel de Certeau lui-même : reconnaître lautonomie du lecteur, sa capacité créatrice, son 14invention, suppose que soient identifiés les dispositifs textuels et matériels, discursifs et éditoriaux, qui visent à guider la réception et à orienter, ou fixer, la construction du sens. Cest ce constat, présent au cœur de la tension entre stratégies décriture et tactiques de lecture chez Michel de Certeau, qui rend inséparables dans lapproche dAndrés Freijomil le constat de la plasticité inventive des interprétations et lanalyse de la matérialité contraignante du texte.

Soucieux de reconnaître les matrices qui ont permis à Michel de Certeau de penser et pratiquer une poétique de la lecture avant même ses formulations théoriques des années 1978-1980, Andrés Freijomil fait retour sur les multiples expériences de Michel de Certeau comme lecteur, un « lecteur palimpseste » selon sa belle formule. Il les situe dans la distinction entre deux figures de lecteur : celle, propre à la « grammaire jésuite », du lire entendu comme pèlerinage, comme épreuve, comme renoncement ; celle, toute scientifique, de la lecture nomade, pratiquée comme une appropriation des savoirs et des concepts des sciences humaines, inscrite dans la marche de la lecture chrétienne.

Larticulation de ces deux modes de lecture donne la clef qui permet de situer le travail de Michel de Certeau dans sa propre histoire, dans son perpétuel mouvement, et non comme un corpus doctrinal et théorique sans temporalité. Elle fonde la distinction entre le « premier » Michel de Certeau et le Michel de Certeau « classique » en la concevant comme une inversion de la relation entre cheminement religieux et « braconnage » des savoirs. Le basculement, situé en 1970, nempêche pas Andrés Freijomil de détecter la présence du Michel de Certeau « classique » dans des expériences de lecture antérieures à cette date : celle dun lecteur qui édite les Jésuites français des xvie et xviie siècles (Favre et Surin), celle dun lecteur qui écrit sur ses lectures dans de nombreux comptes rendus et celle dun lecteur qui publie les autres en tant que co-directeur de la revue Christus. La rupture de 1970 nempêche pas, non plus, de marquer la présence du « premier » Michel de Certeau dans son travail postérieur, celui connu du plus grand nombre de ses lecteurs, comme latteste, par exemple, le réemploi de ses premiers travaux sur la manière de lire des mystiques dans louvrage canonique de 1982, La Fable mystique.

La grande force du livre dAndrés Freijomil est de mettre en œuvre quatre modèles dinterprétation pour comprendre comment Michel de Certeau a lu les textes anciens, ceux de ses contemporains et, aussi, 15ceux dont il était lauteur. Comme dans lexégèse classique, le premier sens est historique. Tous les écrits de Michel de Certeau, depuis ses premières contributions au bulletin Pax jusquaux ouvrages devenus classiques, sont ainsi replacés dans leur temps et leur lieu, quils soient ceux de linstitution ou ceux de la publication. Mais la lecture dAndrés Freijomil est, également, typologique, comme létait la mise en regard de passages de lAncien et du Nouveau Testament. Elle déploie, en effet, des comparaisons attentives entre différents états du « même » texte, soit à lintérieur dune même séquence chronologique (ainsi les trois versions de « Lire : un braconnage »), soit en enjambant la césure de 1970 et en suivant minutieusement le travail de réécriture des textes du « premier » Michel de Certeau par le second. La confrontation des manières de lire de Surin telles que Michel de Certeau les analyse dans un article en anglais dans The Month en 1960 puis les reprend comme chapitre dans LAbsent de lhistoire en 1973 ou dans La Fable mystique en 1980 est exemplaire de cette démarche.

Une troisième lecture, morphologique celle-ci, sattache aux gestes et traces des pratiques lectrices. Celles laissées par Michel de Certeau sur certains des ouvrages quil a lus pour la rédaction de son article de Projet permettent de repérer, au plus près du moment de la lecture, les soulignements, les annotations marginales et les fiches mises dans louvrage. La lecture généalogique, quant à elle, est utilisée à différentes échelles : celle des citations, dont sont reconstruites les chaînes textuelles qui les mènent jusquau texte de Michel de Certeau, et celle du travail sur un « même » texte, qui montre que de minuscules réécritures (un mot pour un autre, une modification de ponctuation) peuvent produire des transformations majeures du sens. Pour Andrés Freijomil, la philologie est un art de lire la lecture.

Son livre désigne une tension fondamentale. Dun côté, la poétique de la lecture ou, mieux, la lecture comme poétique, constate ou revendique lautonomie créatrice du lire, la subversion ou le déplacement du sens imposé par linstitution et fixé par lautorité. Dun autre, lanalyse des discours et létude de la matérialité des textes étudient les dispositifs qui visent à faire que les textes soient compris par leurs lecteurs comme ils doivent lêtre. Cest là la tâche de léditeur de textes anciens, qui établit le texte quil édite en décidant de son sens possible ou probable ; la tâche du recenseur, qui restitue ce que louvrage recensé a voulu dire, ou des 16auteurs eux-mêmes, en ce cas, Michel de Certeau ou Andrés Freijomil, qui façonnent les dispositifs discursifs et éditoriaux susceptibles de transmettre le sens quils attribuent à leurs textes. La tension ainsi repérée entre un lecteur qui est libre et un texte qui doit le contraindre, conduit à reformuler la poétique de la lecture en déplaçant lattention sur les contraintes qui, sociologiquement ou textuellement, limitent les possibilités du braconnage. Lenjeu nest pas sans importance lorsque les discours proposés à la liberté lectrice sont des discours qui prétendent énoncer une vérité, quelle soit historique, scientifique ou religieuse.

En lisant lœuvre de Michel de Certeau avec les catégories que cette œuvre a proposées, en sapprochant delle de la même manière que Michel de Certeau le fit pour les textes anciens ou daujourdhui qui furent lobjet de son travail, Andrés Freijomil formule avec lucidité une redoutable question : comment penser tout ensemble les contraintes transgressées et les libertés bridées ?

Roger Chartier

Chapitre d’ouvrage: Précédent 4/24 Suivant