Aller au contenu

Résumés

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: André Gide, l’Européen. Avec un texte inédit d’André Gide
  •  
  •  
  • Pages: 341 à 345
  • ISBN: 978-2-406-08299-6
  • ISSN: 2492-9697
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08301-6.p.0341
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Bibliothèque gidienne, n° 10
  • Date de parution: 02/02/2019
  • Première édition: 2019
  • Langue: Français

  • Article de collectif: Précédent 23/24 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
341

Résumés

Martina Della Casa, « Introduction »

Cet ouvrage explore la pensée européiste dAndré Gide, son enracinement dans lespace culturel européen et la réception de son œuvre en Europe.

Stéphanie Bertrand, « Penser lEurope daujourdhui avec Gide »

Lactualité européenne de Gide est double : elle émane de la pensée quil a développée sur lEurope, mais aussi de ses pensées (aphoristiques). Létiologie gidienne du « malaise » européen éclaire et met en perspective les causes de la « crise » européenne contemporaine, tandis que les fréquentes citations gnomiques dont il fait lobjet aujourdhui dans les discours publics et politiques européens, confirment et prolongent la « réforme » de lhomme quil appelait de ses vœux dans son article « LAvenir de lEurope ».

Jean-Michel Wittmann, « Gide, du “génie des races” à la “culture européenne” »

La référence à la notion de race façonne la vision gidienne de la littérature européenne. Découvrir la diversité des races, au cours de ses voyages, lui permet en effet de mieux définir son identité française. Il perçoit la littérature comme lexpression du génie dune race, même sil souligne le caractère composite de la nation française. Dans le même temps, de manière plus originale, il refuse néanmoins denfermer lécrivain dans le déterminisme de la race et vante son irréductible singularité.

Paola Codazzi, « LEurope dAndré Gide, équilibre et diversité »

André Gide revient souvent à lidée que cest par sa particularité même que chaque nation contribue à léquilibre européen. Ce qui est intéressant est que ce motif fait écho à son discours sur la France, qui se veut elle aussi 342comme la terre de lunité dans la diversité. Ce travail vise à resserrer les liens entre fiction (Les Faux-Monnayeurs, 1925) et discours critique, afin de montrer de quelle manière on peut être pour Gide, « à la fois patriote et internationaliste » (Journal, 1934).

Pierre Masson, « De la Belgique au Luxembourg et à lAllemagne. Deux étapes dune éducation européenne »

André Gide a successivement connu la Belgique et le Luxembourg. La littérature symboliste a fait de la Belgique un pays daccueil privilégié, où il noua de nombreux liens, les plus importants étant avec la famille van Rysselberghe. Et cest lamitié entre la Petite Dame et Aline Mayrisch qui lui permit de trouver au Luxembourg une seconde terre daccueil, où il allait prendre conscience, à partir de 1918, des problèmes européens qui ne cesseraient plus de loccuper.

Carmen Saggiomo, « Gide et la culture italienne comme fondement de lidentité européenne »

En juin 1950, André Gide donne une conférence au sein de lInstitut français de Naples. Sa causerie est lacte par lequel il sacquitte explicitement « dune vieille dette de reconnaissance » envers lItalie. Lécrivain reconnaît à ce pays complexe où fusionnent lart et la nature, la littérature et la vie civile, le christianisme et la romanité, un rôle de premier ordre dans lhistoire de lEurope. En Italie, Gide trouve à la fois les racines de lEurope et le sens de lavenir.

Peter Schnyder, « “Comment peut-on être Suisse ?” Suivi dun texte inédit de Gide »

Gide vit dans les pays dAfrique du Nord et en Italie – il végète en Suisse, où il séjourne pour des cures. Or, il y va de sa santé et finalement de son art. Cette contribution retrace le rejet du pays alpin qui animera lécrivain toute sa vie, à partir de partis-pris personnels qui glissent, sur le tard, vers des critiques sociales. Le texte inédit reproduit ici sur linsularité de la Suisse dénonce les mythes chers aux Suisses et leurs difficultés à trouver leur place dans une Europe en construction.

343

Mechthilde Fuhrer, « La “Préface” à lAvertissement à lEurope de Thomas Mann par André Gide (1937) »

Au moment où Thomas Mann est déchu de la nationalité allemande, André Gide préface la version française de ses derniers écrits, parus en France sous le titre Avertissement à lEurope. Par cette prise de position politique, Gide ne prend pas seulement la défense de lhomme de Lettres allemand, Prix Nobel (en 1929), mais expose par là même sa vision humaniste engagée de portée européenne.

Frédéric Canovas, « “Je ne pensais pas que je pourrais tant aimer Rome”. Ambivalence du regard chez André Gide et Maurice Denis »

Gide arrive pour la première fois à Rome en 1894. Durant ce séjour, Rome ne se révèle pas à la hauteur de ses aspirations. Pensant trouver la Rome des Élégies de Goethe et des poèmes de Virgile, Gide ne peut être que déçu par la capitale dun état moderne, où coexistent vestiges de lAntiquité, temples chrétiens et immeubles bourgeois. Il faudra attendre un troisième séjour en 1898 pour que lécrivain ressente enfin cette « exaltation si particulière » au contact de la Ville éternelle.

Vincenzo Mazza, « Gide et Kafka réunis par le théâtre. Le Procès, un spectacle européen ? »

Lattention de Gide à légard de la production littéraire européenne lui permet de saisir très tôt limportance de Franz Kafka. Ensuite, en 1940 il écrit : « Je relis Le Procès de Kafka avec une admiration plus vive encore. » Cependant, il note aussi que la préface de Groethuysen ne le satisfait pas. En 1942, lorsque Jean-Louis Barrault lui propose de collaborer à une transposition scénique du roman de Kafka, Gide a loccasion de combler cette insatisfaction en travaillant lui-même sur ce texte. Quelques années après, en 1947, Le Procès sera joué pour la première fois.

Marie-Gabrielle Nancey-Quentin de Gromard, « LŒdipe de Gide, un héros nietzschéen »

LŒdipe de Gide sinscrit dans la lignée des personnages gidiens qui saffranchissent de toute tutelle dans un acte dauto-engendrement. Face à un Tirésias christianisé, Gide représente un Œdipe « goethéen » et païen. Si 344Œdipe est proche du surhumain de Nietzsche, linterprétation du dénouement de la pièce est loin dêtre univoque. Cet article montre la prégnance des modèles goethéen et nietzschéen dans sa conception et la place spécifique que la littérature et la pensée allemandes occupent dans lœuvre de Gide.

Slaven Waelti, « Gide – Nosferatu, acte gratuit et séductions du cinéma »

Gide na pas aimé Nosferatu le vampire de Friedrich Wilhelm Murnau. Toutefois, il se livre à une longue critique qui débouche sur une réécriture imaginaire du film. Cette réécriture ne concerne cependant que la manière de raconter une histoire et jamais la « cinématographicité du film » dont le diariste ne semble pas se soucier. Le cinéma, cest pourtant plus que des histoires : cest un média qui informe très tôt la pensée et lœuvre de Gide, notamment la théorie de lacte gratuit qui est une théorie du cinéma.

Elżbieta Skibińska, « Gide en polonais »

Larticle propose un examen de la réception polonaise de lœuvre dAndré Gide à travers les traductions de ses textes. Prenant en considération les titres traduits, lannée de leur traduction et de leur publication, les éditeurs, les collections, les traducteurs et les paratextes, il montre que le transfert des écrits de Gide en Pologne sest fait de façon irrégulière, fragmentée, et que son « intraduction » semble se faire sans programme préétabli des agents qui en sont responsables.

Thierry Laurent, « La réception dAndré Gide en Lituanie »

Dans la jeune République lituanienne de lentre-deux-guerres, Gide commence à être traduit par lavant-garde. Toutefois, du fait de lidéologie catholique dominante, il nest pas lun des écrivains français les plus influents. Après la tombée sous le joug soviétique (1945), lauteur du Retour de lURSS est proscrit et les universitaires ne peuvent pas librement accéder à ses publications. Depuis lindépendance de 1991, Gide est respecté comme dénonciateur du totalitarisme communiste et représentant du roman moderne.

Biljana Andonovska, « La réception dAndré Gide par le surréalisme serbe »

La réception de Gide par les surréalistes serbes, intervenue sous différentes formes (telles que les premières traductions et interprétations de son 345œuvre, ou encore à travers celles de lanti-roman ou du journal) et de façon continue depuis les années vingt avant-gardistes jusquà la politique culturelle yougoslave des années cinquante, nous montre à quel point lœuvre gidienne trônait au milieu des luttes et des changements littéraires et culturels du xxe siècle.

Maja Vukušić Zorica, « André Gide, “homme occidental” en Croatie »

André Gide est depuis toujours le « contemporain capital » des intellectuels des Balkans, l« homme occidental » en Croatie depuis Bonifačić (1929) et les trois traductions du Retour de lURSS, dont celle de Desnica. Radica et Krleža rappellent Benjamin tout en postulant un Gide « Européen ». Il est un inquiéteur dont la « tonicité » (Anglès) pose la question de lengagement et de la médiation (Nancy) en écrivant « pour ceux qui comprennent à demi-mot » – en débordant son époque.

Paola Fossa, « André Gide et la revue La Voce (1908-1916). Histoire dun rapport européen »

Dans le panorama des revues culturelles italiennes, La Voce tient une place de choix, en se présentant comme le « lieu de construction » dune nouvelle identité culturelle italienne. Bien que différents par lâge, parfois par le niveau stylistique, très souvent au niveau thématique et moral, les écrivains vociani avaient une grande admiration pour lœuvre de Gide. Cet article propose une chronologie de ce rapport, en approfondissant notamment celle avec Giuseppe Vannicola et Giovanni Papini.

Stefania Caristia, « La réception dAndré Gide dans les revues italiennes de laprès-guerre (1944-1952). Entre lhumaniste européen et lartiste incompris »

De quelles manières les revues littéraires italiennes de laprès-guerre utilisent-elles lœuvre et le nom de Gide pour promouvoir ou rejeter certains modèles et conceptions de la littérature ? Le tournant de la guerre produit-il un changement dans la réception de Gide par rapport à lentre-deux-guerres et favorise-t-il un réexamen de son œuvre ? Par lanalyse quantitative et qualitative des articles sur Gide parus dans dix-neuf revues de lépoque, larticle propose des réponses à ces questions.