Aller au contenu

Table des matières

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1286-8
  • ISSN: 2103-480X
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1288-2.p.0905
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 09/09/2013
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
905

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION   11

PREMIÈRE PARTIE

ÂGE D’OR, DÉCADENCE

INTRODUCTION   31

L’ARCADIE, ORPHÉE, LA TRAGÉDIE GRECQUE,
ET LA FIGURE DE BACH

Quatre récits originaires par-delà les Anciens et les Modernes   45

L’enchantement des origines :
implications de l’imaginaire arcadien   46

Spéculations autour du chant d’Orphée   54

La tragédie grecque comme idéal esthético-politique   62

Nietzsche exégète de Wagner   67

Remonter le fleuve de la musique jusqu’au ruisseau Bach   73

PERTE DE L’IDIOME ORIGINEL PARFAIT,
CATASTROPHE DE CIVILISATION

Le récit exemplaire de Rousseau   81

Progrès et corruption   82

Décadence et artifice : bilan musical   86

Comment naissent les mélodies ? Nouveau mythe   88

Débat technique, conséquences révolutionnaires   91

906

La musique, expression de l’intériorité humaine, est morale    95

À l’origine : l’idiome parfait, fruit de l’amour    97

Premiers morcellements    99

Naissance douloureuse des institutions   101

Nouvelles brisures   103

UN RÉCIT JUMEAU ÉGALEMENT FONDATEUR

Nietzsche au regard de Rousseau   113

Proximité de Nietzsche et de Rousseau   114

Nietzsche, musique « absolue » et musique « appliquée »   118

Théorie du langage et pensée de la musique   126

La Naissance de la tragédie contre, tout contre Rousseau   130

Unité originelle, fragmentation contemporaine   133

Modalités de la décadence, comparaison avec Mallarmé   134

RUMEUR HAINEUSE DE LA MEUTE
ET MUSIQUE DU SILENCE INDIVIDUEL

Les injonctions du chant originaire
selon Pascal Quignard et Richard Millet   141

Système dans le refus du système   143

Esquisses d’une physiologie musico-langagière   148

Une chute répétée, une musique à rebours   152

Le « collier » du sonore et ses cinq dents   157

Quignard précisé et radicalisé par Millet   160

« La douce langue natale »   162

Corps scarifié, instrument sanctifié   166

Diglossie   168

Une « musique du silence » moderne et antimoderne   172

COMMENT LE SCHÈME DÉCADENTISTE
DEVIENT FICTION LITTÉRAIRE

De la nostalgie de l’infini au genre de la nouvelle
musicale fantastique selon Hoffmann   181

L’harmonie du monde selon Wackenroder et Tieck   183

907

Unité de la nature, ronde des arts   188

De Wackenroder et Tieck à Hoffmann : fin de l’Éden   191

La condition humaine : un opéra bouffe et grotesque   196

L’appel de l’infini : un opéra fantastique   198

MERVEILLEUX ENFANTIN ET MODÈLE OPÉRATIQUE
DANS L’ŒUVRE DE MICHEL LEIRIS   205

Physiologie blessée   207

Objets enchantés   208

Scènes familiales   210

Sexe désirable et coupable   212

L’autre famille   213

Le réel, la fiction, le corridor dérobé   215

Éden compensatoire pour enfance perdue   216

Toujours la mort !   217

J’ai vécu d’art, d’amour et de mort   218

Le sacré selon l’enfant et selon l’adulte   220

Urgence du merveilleux   222

FRAGMENTS D’UN PARADIS PERDU

Lyricomanie et fétichisme   227

Sous le signe de la quête douloureuse   228

La jouissance lyrique placée sous le signe de la perte   232

Fragmentation fétichiste   238

L’âge d’or du chant, son déclin   244

« ÉTERNELLE DÉCADENCE »

Pérennité du mythe originaire chez les écrivains
et les philosophes amateurs d’opéra   251

Entre contemporanéité et passéisme :
le dilettante à la Stendhal   253

Conservatisme mais historicité :
le correctif moderniste de Gautier   259

908

De Baudelaire à Nietzsche.

Convergences de la modernité et de la décadence
dans l’imaginaire lyrique   263

De la décadence à la dégénérescence :
philosophie de l’histoire et biologie   274

Fortune d’un vocabulaire médico-moral :
l’exemple de Romain Rolland   280

Perpétuation du schème décadentiste
dans la première moitié du xxe siècle.

Werfel, Huxley, Hesse et Pourtalès   285

QUAND LA RÉGÉNÉRATION DEVIENT ELLE-MÊME DÉCADENCE

Le « cas Wagner »   297

Wagnérisme et philosophies de l’histoire   299

Promesse de l’aube ou beau crépuscule ?   302

Décadence et régénération, jusqu’à la confusion   307

Retourner vers le passé pour aller de l’avant   315

LA MÉLOMANIE PORTE-T-ELLE LES ÉCRIVAINS
À LA « DÉCLINOLOGIE » (ET VICE-VERSA) ?

Parcours à travers la littérature contemporaine   321

Tombeau musical, littéraire et musico-littéraire   326

Imaginaire musico-littéraire
et « paradoxes terminaux » chez Milan Kundera   329

Les deux « mi-temps » et la « minute beethovénienne »   336

Fin de la musique, fin de la culture européenne   343

Modernité et antimodernité   349

La « leçon de ténèbres » de Richard Millet   353

La grande « déculturation » selon Renaud Camus   358

À rebours de la doxa progressiste :
l’utopie androgynique de Dominique Fernandez   362

Les « Requiems » de Benoît Duteurtre   367

Extrapolations et précisions   370

909

DEUXIÈME PARTIE

RÉGÉNÉRATION ?

INTRODUCTION   379

À REBOURS

Les voies de la régénération selon Rousseau   389

Une pédagogie musicale entièrement rénovée   389

Au-delà des esthétiques française et italienne :
quel opéra pour l’avenir ?   393

Tout reprendre à zéro : le récitatif, enjeu stratégique   398

Pygmalion, ou le miracle de l’idiome parfait retrouvé   401

Des limites de l’opéra traditionnel à l’idéal festivalier   403

Le spectacle possède-t-il une utilité publique ?   406

Préjudices économiques et moraux   410

La cité en spectacle : naissance de l’esthético-politique   413

Collectivités en fête, éléments de politique culturelle   415

DIDEROT ET L’IDÉAL D’UNE MORALISATION DE LA CITÉ
PAR LE BIAIS D’UN OPÉRA RÉFORMÉ   421

Musique et morale   422

Éduquer au moyen de la sensibilité   428

« Le genre lyrique, s’il est mauvais est le plus mauvais
de tous ; s’il est bon, c’est le meilleur »   435

Paroles et musiques   439

D’un idéal esthétique et moral
à sa mise en œuvre pratique  444

RÉCEPTIONS DE LA RÉFORME DE GLUCK

L’âge d’or retrouvé ?   451

Gluck et les philosophes des Lumières :
convergence ou fantasme ?   452

910

Évaluation de la première convergence :
rousseauisme et gluckisme   453

Évaluation de la deuxième convergence :
Gluck et Diderot   456

Une réception éternellement mitigée :
le néoclassicisme en question   458

Gluck et le « royaume merveilleux »
de l’infini musical selon Hoffmann   465

Autonomie, organicité, réflexivité, Witz :
les piliers de l’esthétique romantique   466

Comment « écrire » l’ineffable musical ?
Fondements d’une méthode   468

Une nouvelle à visée polémique et programmatique   471

Gluck selon Fernandez :
l’androgyne perdu et retrouvé   474

Fin des castrats, disparition d’un monde   476

La résistance de Naples,
conservatoire de l’indétermination   480

Mélancolie du castrat,
sentiment de culpabilité chez l’homosexuel ?   482

Maintenir vivante l’utopie
de la perfection androgynique   485

LA VERTU « ASTRINGENTE » DE L’ŒUVRE DE WAGNER

Le premier Nietzsche et sa postérité   493

Carence de « forme » / idéal du « grand art »   493

Proximité de Rousseau et Nietzsche
sur le plan esthético-politique   498

Wagner et la renaissance de la tragédie
de l’esprit de la musique   501

À l’écoute de l’idiome parfait : le festival de Bayreuth   507

Sous le signe de la panacée wagnérienne   509

BILAN DU MOMENT WAGNÉRIEN

La fin de l’utopie du « grand art » ?   521

911

Quand la modernité semble rendre impossible
le désir de refondation mythique

Strauss entre Hofmannsthal et Zweig   541

Cinq œuvres à sujet mythologique   546

L’homme, entre les masques et les dieux   548

Tradition lyrique et strates mythiques   550

La question du genre et du ton   555

Mythomanie et mythoclastie européennes   556

Une Arcadie à la dérive   559

LE PEUPLE EN QUÊTE DE SA FORME,
L’ARTISTE EN MAL DE PUBLIC

Utopies de festival   565

Une fable kafkaïenne sur les mystères
de l’esthético-politique   567

De la fête révolutionnaire à la tyrannie du populaire   572

L’après Wagner : un processus esthético-politique
raté et trop réussi   584

Utopies festivalières socialistes :
Shaw, Rolland et les symbolistes russes   592

Festival en noir et blanc :
naufrages de l’Ancien et du Nouveau monde   604

TROISIÈME PARTIE

ÉMANCIPATIONS, COMPENSATIONS

INTRODUCTION   615

LOIN DU RÉCIT DÉCADENTISTE

Un autre imaginaire de l’œuvre d’art mixte   625

Le « primitivisme dur » : une autre vision de l’origine   627

Cultiver le plaisir de la partie contre celui du tout   632

912

L’opposition Verdi / Wagner :
deux conceptions du « populaire »   643

Défense de l’opéra comme idéal
d’hybridité festive selon Leiris   650

Vérité du bazar spectaculaire, éloge du « pataphysique »   656

UN MODÈLE MUSICAL FORMULÉ SUR LA « BANQUETTE AVANT »

L’exemple de Claudel   669

Contre le mythe tripartite,
les deux temps de la vibration divine   674

La connaissance par l’harmonie et par la mélodie   677

Le chant : la nostalgie et la joie   683

Chant et écoute, discord et accord   689

Contre le vertige de l’organicité : accueillir le silence   696

DE LA « RELIGION DE LA FAUTE » À LA « PRÉSENCE »
CONSTITUTIVE D’UN ÊTRE ENSEMBLE

Bonnefoy face à Jouve   705

« L’intervention de la Puissance divine
après une longue impunité accordée au péché »   707

Le pouvoir sanctificateur de l’art   712

« En finir avec la religion de la Faute »   715

Un modèle musical visant la présence et l’altérité   721

RÊVERIES LITTÉRAIRES EN FORME DE COMPENSATIONS   735

Pourquoi Clarens ? (Rousseau)   736

Écrire un « opéra d’encre et de papier » (Stendhal)   742

Le plaisir musical, socle d’une éthique   742

Mélomanie, autobiographie, fiction   748

Les plus beaux opéras sont imaginaires (Hoffmann)   754

La « tragédie enfantée par l’esprit
de la musique », enfin ! (Nietzsche)   761

Chanter, trouver le ton juste (Leiris)   767

Par le chant, faire tanguer le langage   772

913

Michel Butor et l’idéal du « livre-opéra »   776

« Composer » un roman
avec les restes de l’Europe (Kundera)   779

Pesanteur et légèreté (opéra bouffe)   783

Sens et non-sens (thème et variations)   786

Le modèle de Janáček   789

Contre les ascètes de l’art, vitalité du roman (Fernandez)   794

Musique du silence et résistance (Quignard et Millet)   799

LE MODÈLE MUSICAL : QUOI D’AUTRE
QUE LA QUÊTE D’UNE IMMORTALITÉ ?

Les Mythologiques de Claude Lévi-Strauss   813

Sous la somme anthropologique, le substrat biographique   814

Nature, culture, et hiérarchie interartistique   817

Mythe, langage, musique : la trinité blessée   822

Les Mythologiques, tétralogie salvatrice   825

À l’origine de notre récit : la « chronose »   829

CONCLUSION   833

BIBLIOGRAPHIE   849

INDEX   889